Atmosphère terrestre vue depuis l'espace

Dernières phrases du précédent chapitre

 

Pendant tout ce Temps, dans l’Univers, l’immense pagaille, anarchie, désordre, fatras, fouillis, ne cessât d’augmenter

Par les versets ci-dessus, EL-SHADDAÏ affirme qu’il était seul sans personne avec lui quand il créa la Galaxie Terre dans la Voie Lactée, mais en plus quand il posa la Terre avec les autres planètes à une certaine distance de l’astre lumineux toutes tenues les unes aux autres par un fil invisible afin que la vie soit sur la planète « Terre. » IL ajouta à cette planète un satellite, qui par réverbération de la lumière de l’astre central lumineux, éclairerait la Terre la nuit, ainsi qu’une influence sur la masse des eaux de cette Terre.

Jésus le Nazaréen n’était pas avec son Père géniteur à la fondation de la Voie Lactée et de la Galaxie Terre. Il n’était pas présent non plus quand EL-SHADDAÏ créa le premier invisible, Sammaël, avec la poussière du cosmos et du feu, puis Michel, Gabriel, Ouriel, Raphael, Vevriel Nathanael, et toute la milice des Cieux avec des myriades de myriades. Il les fit à sa ressemblance avec un cerveau et un esprit leur donnant la vue, l’ouïe, l’odorat, le gout et la parole afin qu’ils soient libres de leur pensé et de leurs actes

« IL » installât une hiérarchie pyramidale qui serait valable pour tout l’Univers, le visible et l’invisible, l’infiniment grand et l’infiniment petit, le solide, liquide, gazeux pour qu’il y ait de l’ordre dans toutes choses et que ce capharnaüm n’existât plus.

Tout cela il ne le fit pas seul, mais avec l’aide de ces milices, IL allait mettre de l’ordre dans cette Univers donnant un sens de rotation aux étoiles et planètes ainsi qu’un sens de déplacement elliptique

 

 

Aurore-Croissant lumineux

 

 

De l’Univers à la Terre et ses enveloppes

 

 

 

 Chapitre N°2

 

 

Avant de continuer voyons ce que la science conte au sujet de la naissance de notre Univers.

Là, l’Être Suprême où « Dieu » n’existe pas !

Notre système solaire serait dû à un « Big-Bang »

---- Mais qu’est-ce que c’est le fameux « Big-Bang » ? ----

Les scientifiques :---------

« ------Le « Big-Bang » désigne l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a environ 13,7 milliards d’année. Cette phase marquant le début de la dilatation et de l’expansion de l’univers, abusivement comparé à une explosion, a été désignée pour la première fois, et ce, de façon dédaigneuse, sous ce terme de « Big-Bang » par le physicien anglais Fred Hoyle lors d’un programme radio de la BBC en 1950. »

L’expression est restée et a perdu sa connotation péjorative et ironique pour devenir le nom scientifique d’où est issu l’univers tel que nous le connaissons.

Lemaître, astronome et physicien Belge, supposait que c’était la désintégration d’un immense noyau atomique.

Une autre hypothèse, le « Big-Bang » serait dû à une collision entre deux « branes » {univers ékpyrotique} qui serait le démarrage de notre univers tel qu’il est structuré.

Une autre thèse dit : 

« Le « Big-Bang » n’est pas une explosion, il ne s’est pas produit « quelque part » » Ce qui nous est donné aujourd’hui de voir n’est pas l’époque du « Big-Bang » lui- même, tant est qu’il ait existé, mais le fond « diffus cosmologique », sorte d’écho lumineux de cette phase chaude de l’univers.

……//…..[ La Voie Lactée, « La GALAXIE » est le nom de la galaxie dans laquelle se situent le Système Solaire où vit l’humanité, ainsi que toutes les étoiles visibles à l’œil nu. Cette Voie Lactée a, à sa périphérie d’innombrables galaxies, plutôt des « Nébuleuses » moins denses que notre Galaxie dont Andromède, beaucoup plus grande que notre Galaxie, Petit et Grand Nuage de Magellan, nébuleuse de Carina, d’Orion,…….]….//… »

L’aspect étonnamment « créationniste » que suggère le « Big-Bang » à bien sûr été à l’origine de nombreuses réflexions, y compris hors des cercles scientifiques, jusqu’à là, réservé à la philosophie et à la théologie.

Les scientifiques, par obligation, reconnaissent une « création », mais du bout des lèvres …{ voir le discours du Pape Pie XII } …  Ce qui est normal, car tous scientifiques se posent ces questions :

D’où vient la matière et le gaz pour qu’il y ait eu « Big-Bang » ? … l’immense noyau atomique ? …… et les branes ….. ? …,  surtout qu’il semblerait qu’il existât d’immenses astéroïdes difformes solides et gazeux avant la naissance de notre Galaxie.

Il y a une incohérence entre l’âge du « Big-Bang » très jeune et l’observation, grâce à la lumière, d’objets lointains forcément plus anciens. » … 

Aujourd’hui en 2017, chacun a sa propre pensée qui va du doute, à la certitude du « Big-Bang », au semblant d’acception du « créationniste. »

Ce qui vient d’être écrit ci-dessus vient d’humains qui ont, sans aucun doute, une instruction plus grande que la mienne. Mais à bien réfléchir, ils ne sont que dans la supposition, se basant sur des lois d’astrophysique aléatoires.

Comme ce blog est basé sur du spirituel, tout en cherchant une logique, je vais par obligation, être un peu rasant afin de comprendre certains « mystères », qui, à la fin, resteront pour nous humains quand même des « mystères »

Donc je vais écrire sur l’univers que jamais nous ne connaîtrons.

Une chose est sûre, tout est en mouvement dans cet Univers qui doit, théoriquement, être délimité et la masse de ces choses comme les Galaxies se déplacent en trajectoire elliptique.

Le « Cosmos » d’où la cosmologie est la branche de l’astrophysique qui étudie l’Univers en tant que système physique. Ce qui fait que depuis le XVIIIème siècle il y a la cosmologie scientifique et la cosmologie religieuse.

Le scientifique : jusqu’à ce que l’on ait la preuve optique de l’orbite de la Terre grâce à la découverte de l’aberration de la lumière par l’astronome James Bradley en 1725, qui se traduit par le fait que la direction apparente d’une source lumineuse dépend de la vitesse de celui qui l’observe, la cosmologie faisait encore partie de la métaphysique.

Les cosmologies scientifiques sont échafaudées de façon à être des théories satisfaisantes les plus compatibles avec les observations à une époque donnée. Les théories sont régulièrement affinées, de façon à tenir compte de celles-ci, au gré des progrès scientifiques et technologiques.

Les cosmologies religieuses, quant à elles, sont le fruit des textes fondamentaux d’une religion donnée qui présentent en général une profonde cohérence avec les autres principes fondamentaux de cette religion, et notamment la morale, l’éthique, et la métaphysique.

La question est de savoir si l’univers est le fruit d’une « Création Divine » ? 

On considère aujourd’hui que l’interprétation des textes bibliques doit être considérée d’un point de vue symbolique et non littéral. Aussi, les textes fondamentaux peuvent être ajustés dans le temps.

C’est le travail de l’exégèse de trouver les mots justes pour passer des textes anciens à leur traduction et interprétation dans le contexte contemporain.

Nous pouvons constater que certains passages cosmologiques de la Bible, si controversés où ont été reformulés dans une version qui semble moins prêter à confusion. Nous avons comme exemple l’affaire « Galilée » qui certifiait que la Terre était ronde

Du reste, les passages bibliques s’intéressent généralement à la Terre et à ses habitants, ou aux « cieux », alors que la cosmologie scientifique étudie le cosmos dans son ensemble, notre galaxie, la Voie lactée n’étant qu’une galaxie parmi d’autres.

Je peux reprendre le cours de mes « Écrits », car je suis certain maintenant que nos scientifiques ont comme unique base que de la théorie sur le fonctionnement du Cosmos et de l’Univers.

Alors moi le « Païen » je suis convaincu qu’il existe un Être Sublime qui gère tout cet Univers, et que, même avec nos ordinateurs les plus puissants et nos scientifiques au QI exceptionnel, nous sommes des ignorants, la chose la plus simple devenant un mystère, il nous reste plus qu’à supposer, supputer, imaginer …

La Terre et les planètes du système solaire ne se sont pas positionnées elles-mêmes tout comme leur vitesse de rotation, surtout quand nous étudions le système solaire de notre Galaxie.

Je suis convaincu que là-haut dans les cieux des calculs pharaoniques ont dû avoir lieux pour poser Mercure et Vénus à une certaine distance du soleil ainsi que leur vitesse de rotation sur elles-mêmes et leur vitesse de déplacement autour du soleil il en va de même pour les autres planètes et leurs satellites, ainsi que la planète Terre qui fut posé à une distance du soleil pour que la vie puisse exister ainsi que sa rotation de vingt-quatre heures sur elle-même, ainsi que son déplacement elliptique de trois cent soixante-cinq jours un quart autour du soleil. Là, à moins d’être un hypocrite il faut bien reconnaître que tout cela ne s’est pas fait par une évolution, mais qu’il y a eu une « Intelligence incommensurable » pour poser et régler toutes ces planètes tenues les unes aux autres et si pour une chose ou une autre une seule venait à décrocher, à exploser, elle entrainerait toute la Galaxie dans le trou noir qui est le « Néant ». Ce que je viens d’écrire est prouvé par les scientifiques.

Les « Livres » disent que tous ces calculs furent inscrits sur les « GRANDS LIVRES », et sur les « TABLETTES ».

Il fut écrit aussi que la LUNE serait l’Astre de la Nuit, pour qu’elle éclaire la Terre dans la pénombre par réverbération du Soleil. Tout le travail accompli dans l’Univers sera écrit et gardé dans la « GRANDE BIBLIOTHÈQUE » des Cieux.

La Terre resta longtemps dans la pénombre et la froideur

EL-SHADDAÏ dans son immense sagesse décidât qu’il fallait couvrir la Terre et IL ordonnât :

« Occupons-nous maintenant de la Terre !

Que mes desseins se réalisent … !

Donnons Vie à cette planète ! …

 Qu’elle soit unique pour que nous la reconnaissions de notre hauteur au premier coup d’œil parmi toute la multitude existante et circulant dans cette immensité ! … »

Comme il fut dit, il fut fait …

Avec une partie des gaz existant dans l’Univers plusieurs enveloppes translucides furent créées

Les humains appelleront ces « enveloppes » « Atmosphère »

 Là, ce que je vais écrire, ne vient pas de ma science personnelle, mais de l’intelligence de mes semblables.

Il ne faut pas oublier que cette science est tout de même spirituelle, car aucun de nos scientifiques n’est capable d’expliquée la venue de ces couches de gaz qui nous permettent de vivre. Sans elles, la Terre serait une planète sombre.

L'atmosphère protège la vie sur Terre en absorbant le rayonnement solaire ultra-violet, en réchauffant sa surface par la rétention de chaleur, c’est l’effet de serre, et en réduisant les écarts de température entre le jour et la nuit.

Il n'y a pas de frontière définie entre l'atmosphère et l'espace. Elle devient de plus en plus ténue --- (un fil ténu, très mince voir imperceptible) --- et s'évanouit peu à peu dans l'espace.

Les gaz de l'atmosphère sont continuellement brassés, l'atmosphère n'est pas homogène, tant par sa composition que par ses caractéristiques physiques.

La limite entre l'atmosphère terrestre et l'atmosphère solaire n'est pas définie précisément car la limite externe de l'atmosphère correspond à la distance où les molécules de gaz atmosphérique ne subissent presque plus l'attraction terrestre et les interactions de son champ magnétique. Ces conditions se vérifient à une altitude qui varie avec la latitude --- environ 60 km au-dessus de l'équateur, et 30 km au-dessus des pôles ---.

Ces valeurs ne sont toutefois qu'indicatives, car le champ magnétique terrestre est continuellement déformé par le vent solaire.

L'épaisseur de l'atmosphère varie donc notablement. (réf Pomerol, Lagabrielle et Renard 2000 p.61, 62 -- The Mass of the Atmosphère.)

Alors mélangeons le spirituel et le scientifique !

 La première fondée, -- « l’enveloppe » --- pas celle pour le courrier, euh ! pardonnez-moi mais je n’ai pas pu résister ! --- nommée par les humains « Troposphère », qui mesure environ seize kilomètres, fut celle le plus près du solide {terre} et du liquide {mer}, c’est là qu’existe l’air de la vie avec l’Azote 78%, l’Oxygène 21%, et l’Argon 1%, au-dessus la vapeur d’eau hydrogène + oxygène …( H2O )

 Science : « la troposphère : la température décroît avec l'altitude de la surface du globe à huit à quinze kilomètres d'altitude. L'épaisseur de cette couche varie entre treize et seize kilomètres à l'équateur, mais entre sept et huit kilomètres aux pôles. Elle contient 80 à 90 % de la masse totale de l'air et la quasi-totalité de la vapeur d'eau[]. C'est la couche où se produisent les phénomènes météorologiques nuages, pluies, etc. et les mouvements atmosphériques horizontaux et verticaux, convection thermique, vents, etc. »

Par évaporation, vers quatre cents mètres et plus, se formeront les nuages qui, par désintégration en eau, seront l’arrosoir de la Terre, mais c’est là, aussi, que naîtra par eux, le tonnerre et les éclairs associé aux responsables des vents, pour faire trembler la terre.

La deuxième fondée fut « l’enveloppe » de la « Stratosphère » juste au-dessus des nuages les plus hauts. C’est l’endroit où circulent certains avions, mais en particulier les ballons de la météo. Nous pourrions presque affirmer que cet espace est leur territoire. C’est aussi là qu’il y a la plus grande partie de la couche d’ozone.

La troisième « enveloppe » créée est une couche sans en être une étant donné que son épaisseur est de cinq mille mètres environ qui fait le tampon entre la stratosphère et la mésosphère. Cette couche porte le nom de « Stratopause » et sa température est constante, proche du zéro Celsius légèrement en négation.

---« Pensez toujours à ce que j’ai écrit au début de l’atmosphère ! »

La quatrième couche de gaz, dont le nom est « Mésosphère » est une enveloppe de protection et de réverbération mesurant trente-cinq à quarante kilomètres d’épaisseur.

C’est dans la mésosphère que les météores se désagrègent …

C’est aussi dans cette zone que les ondes propres à chaque couleur du soleil viennent buter. Les ondes courtes relatives au violet, au bleu, et à l’indigo mélangées donnent cette couleur bleue à notre planète et à notre ciel.

Si ces couches n’existaient pas, notre planète et notre ciel seraient d’un noir profond.

« Celui » qui a créé la Terre a bien fait son travail et a vraiment tout ériger parfaitement. Même si vous n’êtes pas un croyant, quand vous lisez tout le fonctionnement de tous ces gaz en couche successive, vous êtes obligé de penser qu’il y a quelque chose, car la gestion est trop parfaite.

A cette hauteur il y a des couches de gaz qui se mélangent aux autres sur quelques kilomètres, mais aussi sur des milliers de kilomètres.

A la limite de la « Stratosphère » et allant jusqu’à l’« Exosphère » il existe la « Ionosphère » cette cinquième couche qui en n’est pas une car elle chevauche à la fois la Mésosphère et la Thermosphère.

La « Ionosphère » joue un rôle important car d’un côté elle est le filtre des rayons solaire pour les « ultraviolets » et de l’autre le trampoline ou le miroir qui renvoi les ondes vers la Terre. C’est elle qui est responsables des aurores boréales et australes.

Il y a une autre couche, la sixième, qui est nommée « Mésopause » et non « ménopause », je n’ai pas pu m’en empêcher, à environ quatre-vingt kilomètres, qui constitue la limite entre la « mésosphère » et le commencement de la « thermosphère ». C’est dans cette enveloppe qu’il y a les températures les plus basses de l’atmosphère, le minimum étant moins quatre-vingt degré Celsius.

Et encore une petite enveloppe, la septième, « Magnétosphère terrestre » située au-delà de l'ionosphère, c'est-à-dire au-dessus de huit cents à mille kilomètres d'altitude. S'il n'y avait pas de vent solaire, le spectre magnétique de la Terre serait semblable à celui d'un aimant droit isolé. En réalité, la magnétosphère agit comme un écran et protège la surface terrestre des excès du vent solaire, nocif pour la vie.

Elle s'oppose au vent solaire comme une culée de pont dévie le courant d'une rivière.

La huitième enveloppe instaurée est une couche qui amasse la chaleur du Soleil, selon son activité, de trois cents à mille six cents degré Celsius et l’altitude, cent, cent cinquante kilomètres à sept cents, huit cents kilomètres. Se sera la région de l’oxygène atomique d’où son nom de « Thermosphère », le début de la Vie …En effet c’est dans cette région que les molécules de dioxygène (O2) se disloquent en deux atomes d'oxygène (O), ce qui explique que l'oxygène atomique devienne le constituant principal de la thermosphère.

La neuvième couche, « Thermopause » représente la limite supérieure de la thermosphère, à une altitude d'environ quatre cents kilomètres. Elle est située en dessous de l'exosphère.

La dixième et dernière couche, « l’écorce », qui se nomme « Exosphère », a une épaisseur de huit cents à cinquante mille kilomètres. Ce serait de là que partirait la VIE, les atomes circulants librement, l’hélium et l’hydrogène en quantité prépondérante.

Un « atome » --- que l’on ne peut diviser --- est la plus petite partie d’un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre partie. (l’humain a trouvé le système pour diviser un atome d’hydrogène : c’est la bombe atomique H )

C’est aussi dans cette couche que la plupart des Satellites sont mis en orbite car ils peuvent vivre des centaines d’année voir des milliers, le frottement n’existant pas.

Après cette couche existe le vide interplanétaire d’une densité extrêmement faible qui est l’espace qui sépare les astres.

Pour l’histoire, l’atome fut particulièrement défendu dans l’antiquité par le philosophe grec Démocrite.

Tout ce que je viens d’écrire fut découvert par l’humain.

Quand l’Être Suprême dit : « faisons ! que nous reconnaissions de notre hauteur cette Planète Terre ! »

En effet ils ont fait sur une certaine distance tout ce qui doit être fait pour qu’il y ait « VIE » et que cela soit éternel.

Je viens de vous d’écrire tout ce que le Fondateur, le Créateur a fait et fait faire pour la Terre, uniquement avec des couches de gaz, de molécules, d’ondes, nommé « Atmosphère » par l’humain, afin que celle-ci soit repérable dans l’univers, mais aussi tout ce qui est nécessaire à sa protection. Pour vous écrire, j’ai lu des pages et des pages sur l’atmosphère et son fonctionnement, je fus émerveillé par sa complexité indéchiffrable, car les « Scientifiques Spécialistes » de cette science expliquent très bien tout ce qu’il y a comme matière, reconnaissant qu’ils ne connaissent pas tout de « l’Atmosphère » et qu’ils supputent, supposent, imaginent, avec d’énormes questions en suspend.

C’est là que je m’aperçois combien je suis petit devant mon Créateur et qu’IL me donne une preuve de son existence. Il faut avoir l’humilité de reconnaître la puissance de gestion qu’il y a dans ce mécanisme, et que celui-ci n’a pu se façonner tout seul même avec des milliards d’années, comme voudrait le dire certains humains de mauvaise foi.

La Terre était sombre et froide.

Toutes ces enveloppes produiront un effet de serre, ce qui réchauffera la Terre, mais la pression sera très forte, alors un orifice de sécurité fut créé dans les couches supérieures à la troposphère pour que cette pression soit variable sans excès.

 Nos scientifiques se servent de ce passage pour sortir et entrer de la stratosphère avec les fusées et les navettes spatiales.

Tout ce travail fut accompli.

Ils regardèrent tout leur ouvrage !

L’ÊTRE SUPRÊME voyant sa création dit :

 « Maintenant sur la Terre il y a un Jour, il y a une Nuit, il y a un Soir, il y a un Matin. » Gn I

J’espère que vous avez appris quelque chose et que cette lecture vous a prouvé que l’Être Suprême existe car il est impossible qu’un hasard ait pu poser ces différentes couches de gaz successives qui d’un côté nous protègent des rayons néfastes du soleil et de l’autre soit un mur de renvoi comme à la pelote basque, des ondes télévisuelles, téléphoniques et de radio trouvé par les humains bien avant les satellites directionnels.

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales à Tous

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »