Raisonnement philosophique sur la Religion par Grandeloupo

samedi 31 octobre 2020

NdR-Chap. N°20 – Le Christianisme Volet VII, Primitif, Assem…….

Naissance des Religions

 

 

Les prémices vers les grandes religions

 

Chapitre N° 20

 

Le Christianisme

 

Primitif, Assemblée, Église

 

Volet VII

 

La vanité, l’orgueil d’être comme son Fondateur, connaître le bien et le mal, Ève était seule devant « l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal », alors elle alla vers cet « Arbre », …., baissa la branche …., prit du fruit et le mangea. Il est vrai que de suite elle eut honte de sa nudité et chercha à la cacher avec des feuilles. Elle prit du fruit de l’arbre interdit avec-elle et elle partit à la recherche de son Mari, et quand elle le trouva par ruse et par des paroles de forfaiture elle fit manger du fruit à Adam qui aussitôt eut honte de sa nudité. Alors par désespoir il dit à Ève : « Qu’as-tu fais, méchante femme, tu nous a envoyé à la mort tous les deux, jamais notre Père, EL-SHADDAÏ, nous pardonnera cette infamie, lui notre Créateur ? Et pourquoi m’as-tu entraîné dans ta perte par des paroles mensongères, hypocrites, je ne te savais pas si intelligente dans la forfaiture, et moi pourquoi t’ai-je écouté ? » Par ces paroles, nous ressentons l’amertume d’Adam qui réalise l’importance de son geste, mais ce qu’il craint le plus c’est la réaction de son Père Créateur, en dehors qu’il sait que maintenant il va mourir.

Arbres remarq-If d'Estry, 1600 ans

La femme, devant EL-SHADDAÏ, rejeta sa faute sur l’animal le plus sensé en Territoire d’’Eden, et l’Homme rejeta sa faute sur la femme qu’EL-SHADDAÏ lui avait donné, alors voyant le peu d’honnêteté des deux humains il les chassa du Territoire d’Eden. EL-SHADDAÏ les revêtit tous les deux d’une peau de bête et les sanctions tombent, mais avant, Adam seul c’était caché car il avait eu une grande colère contre Ève, sa femme. L’Être Suprême arrivant en Territoire d’Eden fut obligé d’héler Adam plusieurs fois, car quand il venait rendre visite à Adam, celui-ci était déjà là pour converser avec son Père : « Adam, Adam, montres-toi ! », « Je suis là Père, je me cache car je suis nu », « Qui t’as dit que tu étais nu ? », …. « C’est que …. J’ai mangé du fruit interdit et j’ai vu ma honte alors ! ……j’ai voulu cacher ma honte ! », « Pourquoi as-tu manger de ce fruit interdit alors que tu en avais tout autour d’aussi succulent, d’aussi juteux et bon, et tu connaissais la sentence, alors pourquoi ? », « C’est la « Femme » que tu m’as offerte, celle de ma chair, qui m’a donné du fruit à manger, et j’ai mangé ! » Et EL-SHADDAÏ ne donne pas la sentence à Adam tout de suite, il va interroger Ève comme il a questionné Adam et la réponse est, … « c’est l’animal le plus sensé du Territoire qui ….. » et à l’animal le plus sensé celui-ci dit c’est la faute à l’Ange SAMMAËL qui m’a dit …., chacun des acteurs rejette la faute sur l’autre, alors les sanctions tombent, pour l’animal le plus sensé il deviendra la Genèse de tous les serpents de la Terre puisqu’EL-SHADDAÏ lui supprime toutes ses pattes et ce Dieu lui dit à partir de maintenant tu te déplaceras sur ton ventre dans la poussière de la terre et cette poussière et cette terre sera la nourriture de ta vie, mais le verset 15 du chapitre III de la Genèse Biblique, je ne le comprends pas : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête et tu l'atteindras au talon. » et à la suite il annonce les souffrances de la femme le jour de son accouchement, c’est-à-dire que la gente féminine enfantera dans les cris et les douleurs à la place d’offrir la vie dans la joie et le bonheur comme Marie a enfanté de Jésus le Nazôréen. Quant à l’Homme, Adam, sa punition est terrible car EL-SHADDAÏ annonce qu’il cultivera la terre pour se nourrir lui et sa famille, mais que celle-ci ne donnera que des ronces : « Tu cultiveras la terre à la sueur de ton front et elle te donnera chardons et ronces, car tu es terre et à la terre tu retourneras » et ce Dieu rappelle bien à l’Homme qu’il est « terre ou glaise » selon la traduction et qu’il y retournera, mais aussi comme les invisibles, il connait maintenant le bien et le mal, alors ce Dieu ne veut pas qu’il mange du fruit de « l’Arbre de Vie », donc il le renvoie du Territoire d’Eden et sur le champ pose l’armée céleste avec Michel au commande plantant son épée « Flamboyante » devant l’entrée du Paradis.

Pour en revenir à la femme celle-ci en plus des douleurs de l’enfantement, par le désir, la convoitise, la vanité et l’orgueil tu as saisi la branche, la tiras vers le sol et seule volontairement tu cueillis le fruit de « l’Arbre de la Connaissance » tu le mangeas et tu en pris un second pour ton mari, alors par les mêmes péchés tu seras poussé vers lui, mais lui, il dominera sur toi. Et toutes ces Lois furent inscrites sur « les Tables Célestes, les Tables de la Mémoire » Voilà pourquoi la « Femme » sur la terre de la Terre ne sera jamais l’égal de « l’Homme ».

abpw-Ève et le serpent

Je viens d’écrire très rapidement la naissance des deux premiers humains, avec l’histoire des Cieux sur lequel je reviendrai cela est une certitude, si bien sûr EL-SHADDAÏ me laisse le temps. Je vous ai écrit ce que je connais, mais pour cela il faut croire car le spirituel et le réel sont mélangé exemple le Paradis ce Territoire qui serait aujourd’hui grand comme la Turquie Oriental avec la péninsule Arabique, une partie de la corne africaine, la Somalie, l’Éthiopie, et toutes les terres de la source du Nil au Delta de son embouchure, l’Égypte de nos jours, ceci représente le Territoire d’Eden où vécurent les deux premiers humains. Adam l’a parcouru c’est une certitude mais Ève je ne pense pas, car elle était cantonnée que dans la région de l’entrée du Paradis qui est très difficile de situer.

Jésus le Nazôréen devait être comme Adam, avant sa « transgression », parfait, car ce premier humain était parfait en tout puisque c’était sur la Terre le représentant de son Créateur, donc il était comme un Dieu puisque tous les animaux lui devaient allégeances

J’ai lu beaucoup d’écrits sur Jésus le Nazôréen, sur sa naissance, sur sa vie en tant d’enfant, vrai ou faux, mais beaucoup de miracle comme celui des oiseaux, alors j’ai toujours cette question, si, il vivait aux Cieux et qu’il était le fils d’EL-SHADDAÏ qu’est-il venu faire sur la Terre ? Je sais que cela fait partie de l’Histoire des Cieux, mais nous humains comment connaissons-nous cette « Histoire » ? Par les écris des prophètes, leurs visions, mais aussi par certains Apôtres et Disciples de Jésus, et aussi par des humains « Sains » qui contèrent leurs rêves ou visions qui bizarrement sans se connaître étant espacé de plusieurs centaines de kilomètres étaient similaires.

Bibl-Hist-Jésus-Le Christ sur le lac de Génésareth - Delacroix - 1853

Autres questions au sujet des Apôtres ; Jacques et Jean Zébédée sont frères et pécheurs sur la Mer de Génézareth ou plus bibliquement sur le Lac de Tibériade la nouvelle ville construite sous l’autorité d’Hérode Antipas en l’an 26 de l’EC. Jésus le Nazôréen est seul et il flâne sur le port de Tibériade, il aperçoit Simon que l’on nomme Pierre et son frère André qui réparait les filets, alors il leurs demanda ce qu’ils faisaient et ils répondirent qu’ils étaient pêcheurs et qu’ils préparaient les filets pour la pêche. Et Jésus répondit : « Moi je vous fais pêcheurs d’hommes, suivez-moi ! ». Alors ils déposèrent leur ouvrage donnèrent des consignes à leurs employés et suivirent Jésus. A l’ère de Jésus le Nazôréen un bateau de pêche coûtait très cher et la vie de pêcheur sur la Mer de Galilée, Génézareth, Tibériade, était dure, pénible, et dangereuse car cette Mer était réputée pour ses tempêtes violentes et soudaines, alors ce qui m’étonne le plus c’est que ces gens réputés pour être rude, d’un caractère bien trempé suivent, comme cela, un inconnu abandonnant tout ce qui est leur vie et leur gagne-pain. Cet inconnu devait, rien que du regard, vous mettre à genoux, et en plus la parole devait être autoritaire, en un mot, rien qu’en vous regardant il vous glaçait les veines. Simon appelé Pierre et son frère André le suivirent et continuant à marcher le long du port il vit Jacques et Jean les fils Zébédée qui préparaient leurs filets car eux aussi étaient pêcheurs et les voyant il leur dit « Suivez-moi ! » Jacques et Jean donnèrent tout à leur père et comme des automates ils le suivirent. Je me pose la question, comment ces hommes rudes ont-ils pu suivre cet inconnu ? Jésus le Nazôréen en se promenant le long du port devait avoir la faculté de sonder les cœurs de ces humains donc par avance il savait que ces quatre premiers Disciples allaient le suivre et pourtant Jacques et Jean ne sont pas des dociles puisqu’il les surnommera « Fils du Tonnerre ».En plus de ces quatre premiers Disciples et Apôtres, trois seront considérés par Jésus comme les colonnes du Temple spirituel et Pierre, Jacques, et Jean seront toujours présents pour les événements cruciaux comme la résurrection de la fille de Jaïre, à la prière de Jésus au mont des Oliviers, et à la transfiguration sur le Mont Thabor petite montagne s’élevant au milieu d’un champ en Galilée

Jacque le Majeur, fils de Zébédée et frère de Jean l’Évangéliste, décéda dix ans après la crucifixion de Jésus le Nazôréen, soit en l’an 43-44 de l’EC., et aussi après la première arrestation de Simon-Pierre. Hérode Antipas meurt en l’an 39 de l’EC., et son successeur est Hérode Agrippa 1er, c’est de celui-là que la Bible parle en Acte XII : 2, tandis que Luc, Marc et Mathieux à la naissance de Jésus le Nazôréen, puis au « Massacre des Innocents » parle d’Hérode le Grand qui décèdera en l’an -4 de l’EC.

Bibl-Hist-Bartolome, Anneet Joachim avec les deux enfants Jean le Batiste et Jésus le Nazôréen

Nous savons que l’Écriture Biblique est douée pour mettre la confusion entre les prénoms Jacques et Marie, entre les impossibles frères de Jésus le Nazôréen et ses cousins, alors je reviens aux Jacques, Jacques le Majeur, fils Zébédée et frère de Jean l’Évangéliste, et l’Apôtre que Jésus aimait bien, faisait avec Pierre partie des colonnes de soutien du départ de la secte hébraïque des Nazôréens après la crucifixion de Jésus et pourtant les trois, Pierre, Jacques le Majeur, et Jean le renièrent juste avant sa crucifixion.

Jacques le Majeur, frère de Jean l’Apôtre, fils Zébédée, et dont la mère serait Marie Salomée, fut tué par le glaive en l’an 43-44 de l’EC, avant l’arrestation de l’Apôtre Pierre par Hérode Antipas et cet assassinat provoqua un soulèvement populaire confirment l’Écrit du « Protévangile » de Jacques le Majeur responsable à l’époque de « l’Assemblée » de Jérusalem des « Nazôréens » primitifs.

« L’Assemblée » ou « Église » était le lieu de rencontre des premiers « Nazôréens », les hébreux de souche que nous nommons péjorativement « juifs », qui suivaient les enseignements de Jésus le Nazôréen ainsi que les Lois et Préceptes de son Père géniteur, EL-SHADDAÏ, et dans cette réunion les humains élisaient celui qui avait le plus de « Connaissance », le plus de « Sagesse » et d’humilité alors ils le nommaient « Ancien », « Presbytre » ou « Évêque » qui signifiait « Serviteur » et cet ou ces humains oralement les éduquaient sur les paroles et paraboles de Jésus le Nazôréen comme il était nommé à l’époque.

L’Évêque, Presbytre ou Ancien, était au « Service » des humains de la communauté, car tous, ensembles, ils discutaient sur les paroles et Paraboles de Jésus le Nazôréen, ce qui faisait avancer tout le monde sur le même chemin vers un enseignement spirituel, mais aussi de mise en pratique des Lois et Commandements de Moïse et pour être plus dans la réalité d’EL-SHADDAÏ le Dieu seul et unique. Ces humains nommaient l’Être Suprême, le Très-Haut, avec un « Nom » et sûrement pas de ce nom vulgaire de « Dieu ». Croyez-vous que Jésus le Nazôréen avec ses soixante-douze Disciples dont douze étaient ses Apôtre, et ces douze qui étaient toujours avec lui sur les chemins de Galilée, de Judée et autres ne donna jamais le nom de son Père géniteur, impossible ?

Bibl-Hist- Pères de l'Église Clement Alexandrin

Particulièrement les douze Apôtres étant toujours avec Jésus le Nazôréen, mangeaient et dormaient sur les routes avec lui, et Jésus qui leur disait voici comment prier mon Père : « Notre Père, qui vie au Cieux, que ton nom soit glorifié … » Et avec des versets pareils, personne ne connaît le nom du Très-Haut ? Difficile à croire, que Jésus le Nazôréen soit resté trois ans avec ses Apôtres tous les jours en leur inculquant comment prier son Père sans jamais le citer ? Alors comment se fait-il que nous ayons ce nom banal de Dieu et pas son véritable « Nom » ? Pourquoi, même parmi les Écrits apocryphes le « Nom » du seul et unique Dieu de tout l’Univers, la Planète Terre comprise, puisque c’est la seule planète où existe la « Vie », ce « Nom » n’est pas communiqué ? Étrange !

Personnellement j’aimerai connaître ce « Nom », car avec plaisir je le nommerai dans mes écrits afin de vous le faire connaître, pour le moment je le nomme comme Abraham l’appelait soit « EL-SHADDAÏ ». Je vais écrire le commencement du « Christianisme » qui ne sera vraiment connu que vers la fin du IIème voire le début du IIIème siècle ou le terme « Chrétien » commencera à être connu par des Lettres envoyées entre « Assemblée »

Le mot « Chrétien » est employé pour la première fois à Antioche ville grecque de Syrie par le Presbytre Ignace d’Antioche né en l’an 35 et décédé entre l’an 107 et l’an 113, dont certains exégètes s’accordent pour l’an 110. Donc le terme « chrétien » dans les Actes des Apôtres du Nouveau Testament est erroné – Actes XI : 26, XXVI : 28, par contre dans le Premier Épitre de Pierre cela serait un peu plus juste puisque cette Épitre ne fut pas écrits par l’Apôtre Pierre celui-ci étant décédé en l’an 64 voire plus exactement en l’an 66, mais par un prête-nom vers l’an 110 qui correspondrait avec les Lettres d’Ignace d’Antioche qui dans son voyage de Martyr vers Rome pour être donné en pâture aux lions, emploie dans plusieurs Lettres le terme de « Chrétien », Lettre à Polycarpe de Smyrne VII : 3, « Le chrétien n'a pas pouvoir sur lui-même, mais il est libre pour le service d’EL-SHADDAÏ. », Lettre aux Magnésiens X : 1 « C'est pourquoi faisons-nous ses disciples et apprenons à vivre selon le christianisme », Lettre aux Romains III : 2, « Ne demandez pour moi que la force intérieure et extérieure, pour que non seulement je parle, mais que je veuille, pour que non seulement on me dise chrétien, mais que je le sois trouvé de fait ». et ce « mot » en début de IIème siècle est encore péjoratif, il faudra attendre encore un siècle et demi pour que ce terme « chrétien » entre dans le langage populaire et que les persécutions vont devenir beaucoup plus sauvage, cruelle et sanguinaire.

Nous sommes déjà à cette ère des « Pères Apostoliques », ce sont ces humains qui ont été éduqué par les Apôtres et premier Disciples de Jésus le Nazôréens, et leurs successeurs, qui ont eu le bonheur de l’imposition des mains, pouvaient guérir les malades, remettre les péchés, er pouvaient être à l’origine de certains miracles. Tout ce que je viens d’écrire c’est avéré exact par des historiens et des exégètes de différentes confessions en dehors de la confession musulmane qui n’existait pas encore, il faudra attendre six-cents, (600), ans après l’EC.

Bibl-Hist-Jésus sur le mont des Oliviers, Sebastiano Ricci, v

Avant de revenir sur ces « Pères Apostoliques », voyons avec Jésus le Nazôréen et les humains qui l’entourent. Comme écrit dans les chapitres précédent, Jésus le Nazôréen naquit sur la terre de la Planète Terre parfait en tout, c’est-à-dire de corps, le matériel visible, et d’Esprit se sont les milliards d’ondes invisibles qui émanent de la matière grise, formant le cerveau, enchâssé dans la boite crânienne, de là sort la pensée, réflexion, raisonnement, et l’Esprit en relation avec le cœur, siège de la pensée, d’où sort tous les sentiments bons et mauvais. Pour que l’équivalence soit valable avec le premier humain posé sur la terre, car le pantin « Homme », après avoir reçu le « Vent de Vie », devient une « Âme Vivante » parfaite sur la terre de la Terre, Jésus le Nazôréen devait vivre parfaitement sur la Terre toutes les années de sa vie.

Évan-Lac de Tiberiade depuis le mont des Béatitudes

Pour moi et cela n’engage que moi, Jésus le Nazôréen devait vivre sur la terre de la Planète Terre un âge prophétique et dans les deux derniers chapitres je vous ai expliqué l’âge exacte de Jésus le Nazôréen ainsi que sa vie parfaite sur la Terre. Jésus le Nazôréen était né une première fois des entrailles de son Père, EL-SHADDAÏ, qui, je vous l’avais déjà écrit, donc je réitère, était « androgyne », dictionnaire : « Qui réunit les deux sexes, qui est à la fois mâle et femelle. Qui tient partiellement des deux sexes, qui présente simultanément des caractères des deux sexes. » donc ce Dieu, se fit un « Fils » dans les cieux de par lui-même, voilà pourquoi cet Être Suprême connait image par image tous les « Secrets de la Vie » et que, quand il façonna ce polichinelle « Femme » il lui donna en même temps que les « Secrets de la Vie », l’élasticité ventriculaire, mais à l’enfant aussi toutes les étapes de son développement, musculaire, glandulaire, cérébral pour le centre nerveux des automatismes et des actions cognitives, en  reconnaissant que sur le fonctionnement des neurosciences, malgré les avancées modernes, nous sommes vraiment des petits enfants particulièrement sur l’Esprit d’Intelligence, de Sagesse, ainsi que la pensée, le raisonnement, la réflexion, la parole et la mémoire.

Dans l’Antiquité le terme « Esprit » était plus en rapport avec le spectre, fantôme, farfadet, lutin, djinn, elfe, génie, donc un être vivant, particulièrement dans les sphères maléfiques, mais aussi dans la nébuleuse religieuse. Nous avons l’exemple avec ce « Nouveau Testament » et la Trinité du Christianisme où le Saint-Esprit est considéré comme une âme vivante, un être humain.

Le 31 Octobre est une fête païenne sur les démons et sur la risée des enseignants religieux comme l’Abbé, Curé, Évêque, Cardinal et Pape, Pope, Rabbin, Pasteur, le 1er Novembre est la fête de tous les Saints, et le 2 Novembre est la commémoration de tous les morts.

Avec toute ces fêtes et le confinement bientôt nous aurons la fête du Covid 19

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales à tous sans exception !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »


samedi 24 octobre 2020

NdR-Chap. N°19 – Le Christianisme Volet VII – Le Polichinelle « Femme »

Arche d'Alliance disparu

Naissance des Religions

 

Les prémices vers les grandes religions

Chapitre N° 19

Christianisme

Volet VII

 

Le Polichinelle « Femme » posée sur la Terre

 

La prêtrise hébraïque changea beaucoup après la destruction du premier Temple et la disparition de l’Arche d’Alliance avec son contenu, c’est-à-dire les Tables de la Loi écrit du doigt Divin, le bâton d’Aaron, le coffret avec la Manne du désert de l’Exode, alors quand on connaît la puissance de l’Arche, sa disparition reste mystérieuse et c’est une énigme.

En Palestine, sous occupation romaine, les régions comme la Galilée, Pérée, Judée, etc sont sous la royauté d’Hérode le Grand qui doit son nom aux grands travaux qu’il entreprend comme le port de Césarée, la ville de Tibériade sur la mer de Génézareth, les forteresses de Massada, d’Hérodion, et surtout les grands travaux du Second Temple de Jérusalem. En l’an -7 de l’EC est né un hébreu qui fera beaucoup parler de lui.

Hist

La foi hébraïque de l’ère de Moïse a disparue, il ne reste que les dix commandements et quelques Lois comme le respect du sabbat, la Pâque, la croyance en un seul et unique Dieu, et encore les hébreux sont divisés sur ce thème. EL-SHADDAÏ sans doute écœuré par la tenue spirituelle et corporelle de son peuple l’a abandonné dans les mains des Nations et il a compris que dans toutes les nations de la Terre il y a des humains qui le cherche, alors ce n’est plus lui qui choisira un peuple d’humains, mais ce sont les humains de la Terre entière qui formeront son « Nouveau Peuple » et celui-là sera plus « sain » que son ancien « Peuple » choisi par lui, car ces humains viendront vers lui avec le cœur, ils n’auront pas la nuque raide, le cœur dur, et l’Esprit fermé, car au contraire ils chercheront ses lois, ses enseignements, ses commandements pour s’améliorer, les mettre en pratique et ils prieront un seul et unique Dieu.

Cet humain, Jésus le Nazôréen, est, d’après les « Écritures » le Fils de l’Être Suprême, son unique Fils, et son père géniteur, a préparé le terrain pour qu’il soit bon, fertile, mais aussi, propre, pur, sans tache, clair, limpide comme l’eau de source, en une jeune fille, qui à l’âge de trois ans, devant le peuple qui la regardait monter les marches du Temple sans aucune aide, fut lavé du péché adamique, afin que son sang soit comme à l’origine parfait rendant ainsi son corp et son esprit parfait.

Hist-Bibl- - Ruines de la cité fortifiée de Gamala, enjeu de la guerre entre Arétas IV et Hérode Antipas

Cette jeune fille, Marie, fille de Joachim et Anne deviendra la porteuse d’un grand mystère, car choisit par EL-SHADDAÏ pour porter sa progéniture. Elle fut choisie par ce Dieu, car ce dernier connaissait la droiture de ses parents de cœur et d’Esprit, alors leur descendance ne pouvait être que, comme eux, garçon ou fille, et de plus nous savons que ce Dieu seul et unique sonde les cœurs et ce qui émane de la matière grise invisible pour nous mais pas pour lui.

Marie arrivé à l’âge de la conception devait quitter le Temple et prendre un mari. L’âge de la conception c’est quand l’enfant entre treize et seize ans commençait à avoir ses menstruations, alors elle était déclarée impure pendant cette période. Quand la jeune fille avait ses menstrues régulièrement elle était considérée comme une femme et devait trouver mari, voilà pourquoi les enfants dans l’antiquité se mariaient généralement entre quinze et seize ans.

Hist

Sur les évènements de cette époque la Bible est muette comme une tombe, et cela est bien dommage et heureusement il nous reste l’écriture apocryphe où, comme de bien entendu il faut faire la part du réel, avec la part de l’enjolivement.

Le Protévangiles de Jacques fut écrit environ vers l’an 39-40 quand Hérode Antipas fut envoyé en exil dans le sud de la Gaule par l’Empereur romain Caligula après une plainte des hébreux sur le pouvoir excessif de son monarque. Les autres apocryphes furent écrits quelques siècles plus tard vers le VIème voire le VIIème siècle et qui sont des copies enjolivées du Protévangiles de Jacques Zébédée, frère de Jean l’Apôtre, les deux surnommés les « Fils du Tonnerre ».

Jacques était considéré comme le Presbytre, l’Évêque, l’Ancien de l’Assemblée de Jérusalem. Cette Église de Jérusalem essayait de se souvenir des paroles et enseignements de Jésus le Nazôréen et particulièrement les loggias « Jésus a dit » et aussi les « Paraboles » ces histoires qui enseignaient comment l’humain devait se tenir dans la société. Vrai ou faux l’Apôtre Jean a dit que si l’on devait poser par écrit tout ce que Jésus a dit et fait la surface de la Terre ne serait pas assez grande.

Joachim et Anne après bien des difficultés dans leur vieillesse où ils n’y croyaient plus, Anne prévenu en songe, enfanta d’une fille qu’elle devait nommer « Marie ». Cet enfant conçu humainement, sans miracle, en dehors de l’âge avancée de la future maman, fut choisi par EL-SHADDAÏ pour porter la procréation de son Fils unique en tant qu’être humain, mais comme le polichinelle « Adam » il devait être parfait en corps et en Esprit.

Adam reçoit Eve

EL-SHADDAÏ aux Cieux façonna le pantin « Adam » de ses mains où il fit tout ce que le Testament de Nephtali explique II : 5, « Non pas qu’on puisse dire qu’il y ait supériorité en quoi que ce soit, ni sur le visage ou autres choses semblables, car Elohim fit toutes choses bonnes dans leur ordre, les cinq sens dans la tête à laquelle pour donner belle apparence il a ajouté les cheveux. Il joignit la tête au cou, la compréhension en plus, le cœur pour la pensée, le ventre pour séparer ce qui est dans l’estomac, la trachée pour inspirer l’air, le foie pour la colère, la bile pour l’aigreur, l’amertume, la rate pour le rire, les reins pour la ruse, les muscles lombaires pour la puissance, les flancs pour se reposer, se coucher, les hanches pour la force, et ainsi de suite, le tout avec rigueur, assonance, dans une belle eurythmie. » et EL-SHADDAÏ le posa au milieu de sa main et admira son œuvre, regardant, scrutant, cherchant, le moindre défaut, mais les Anges qui passaient virent leur Maître contempler son ouvrage et voyant l’image de leur Dieu dans le creux de sa main, eux aussi s’émerveillèrent et glorifièrent la ressemblance de leur Dieu, se prosternant devant lui en glorifiant, vénérant leur Maître pour le labeur qu’il venait de terminer.

C’est à cette époque que dans les Cieux il y eut beaucoup de changement. En effet l’Être Suprême dans une immense Sagesse créa les invisibles avec la poussière du Cosmos et le feu des gaz de l’Univers, et il les créa à sa ressemblance avec un Esprit et des sentiments, mais ils ignorent les plaisirs du goût et de la reproduction, la sensation du toucher et bien d’autres sens, mais en contrepartie, ils sont immortels, ces êtres de l’invisible sont des guides pour l’humain et pour certains d’eux se sont des messagers d’EL-SHADDAÏ.

Le premier Ange façonné par la force d’Esprit de l’Être Suprême se nommait Sammaël et il était partie visiter la Terre et ses environs quand EL-SHADDAÏ posait sa marionnette au creux de sa main et l’admirait, et tous les Anges de passage se prosternaient devant la marionnette humaine dans le creux de la main de leur Dieu. Sammaël revenait des environs terrestre et l’histoire sûrement véridique commence là !

Á partir de ce jour plus rien ne serait comme avant aussi bien dans les Cieux, l’Univers, que sur la Terre et ses environs, car SAMMAËL allait se rebeller contre son Concepteur et parmi les milices des Anges beaucoup de celles-ci allaient suivre SAMMAËL.

La perfection de l’Univers, des Cieux, et de la Planète Terre et de ses environs était terminée, le mal diabolique, démoniaque, satanique, machiavélique, luciférien et méphistophélique était né !

Ange Michel terrassant samael

Une « Guerre », un « Défit » permanent, infernal entre EL-SHADDAÏ le seul et unique Dieu préexistant et existant et SAMAËL ou SAMMAËL, le premier Ange à avoir été créé par ce seul Dieu et cet Ange c’est retourné contre son Créateur, pensant avoir assez de puissance, de force, d’Intelligence, de Connaissance pour prendre sa place où tout du moins devenir son « Égal ».

Je vous conterai ultérieurement l’histoire de l’Homme et de Sammaël, l’Homme étant le responsable involontaire de ce bouleversement cataclysmique de la perfection de l’Univers, des Cieux, de la planète Terre et de ses environs.

Suite à cette rébellion SAMMAËL et les Siens furent plongés dans un endormissement très profond afin que leur cerveau ne puisse enregistrer soit des paroles, soit des actions, soit des commandements                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

Maintenant EL-SHADDAÏ une dernière fois prit sa marionnette « Homme » dans le creux de sa main, lui insuffla son carburant, une bise d’air dans ses narines, les poumons se mirent en fonctionnement, le cœur, la pompe moteur de la circulation sanguine commença ses premiers battements et doucement celle-ci prit le régime de croisière, alors l’Être Suprême prit délicatement cette marionnette devenu « Âme Vivante » et déposa « l’Homme » sur la terre de la planète Terre. Les éléments moteurs les uns derrières les autres cheminaient dans leurs fonctions, et cette splendide machine humaine se mettait en activité ; le cerveau étant maintenant oxygéné, « l’Homme » pouvait faire travailler sa matière grise, en premier en parlant avec son Concepteur, mais aussi avec tous les animaux qu’il croisait auquel il donnait un « Nom », ainsi que les plantes, les insectes, tout ce qu’il voyait faisait travailler cet « Esprit » neuf, où la mémoire était vide, où la réflexion, le raisonnement était dans la perfection, le mal étant emprisonné dans un profond sommeil pour un « Temps » indéfini. « L’Homme » heures après heures, jour après jour découvrait son environnement, et EL-SHADDAÏ veillait sur son pantin, son fonctionnement, aussi bien corporel, mécanique, automatisme que spirituel, car « l’Homme fut créé comme les Anges, pour vivre éternellement ». EL-SHADDAÏ pendant plusieurs jours devait vérifier si l’Être Humain fonctionnait correctement en tout, si tous les branchements nerveux, veineux, artériels étaient conformes.

Ange-La guerre des Anges dans les Cieux

Voilà maintenant plus de sept-cent-trente jours qu’Adam fut déposé sur la terre de la Planète Terre et toutes les bêtes et bestioles, animaux sauvages et domestique qu’il croisait où qui venaient se présenter à lui, le faisait en couple, un mâle, une femelle, et lui, Adam, était seul, pas un être vivant se présenta à sa ressemblance, alors EL-SHADDAÏ Genèse II : 18, : « dit : « Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie. »mais avant cela il l’avait enseigné sur les autorisations et les interdictions. N’oublions pas que le premier « Humain, l’Homme » mesurait quatre mètres maximums pour un poids de trois quintaux environs. Genèse II : 16-17, « Et EL-SHADDAÏ fit à l'homme ce commandement : « Tu peux manger de tous les arbres du jardin. Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, car, le jour où tu en mangeras, tu deviendras passible de mort et tu mourras, c’est certain ! » ». EL-SHADDAÏ appela Adam et le plongea dans un profond sommeil. Il découpa la chair et prit la plus petite côte d’Adam, cette dernière qui est en cartilage, il referma la chair avec douceur et avec la côte il façonna un polichinelle féminin exactement à la ressemblance de l’homme et avec cette dernière petite côte cartilagineuse en plus et un squelette osseux légèrement aplati, une tête osseuse plus agréable au regard, mais cette boîte crânienne plus petite la densité de la matière grise sera plus faible et la programmation cérébrale des automatismes seront différente, voilà pourquoi la femme est plus agile avec ses mains pour dénoyauter des fruits, taper sur un clavier d’ordinateur, et tellement d’autres travaux longs, répétitifs, minutieux, et en plus de l’Homme, seule la « Femme » possédera dans son ventre, le secret, le mystère, de la vie.

EL-SHADDAÏ, dans une immense Sagesse façonna la « Femme » avec légèreté, d’une grande beauté avec ces cheveux longs et soyeux faisant ressortir la finesse des traits du visage, il la fit belle à regarder, à admirer et à se magnifique pantin il insuffla de l’air dans ses narines et ce pantin devint une âme vivante.

Comme pour « l’Homme », les vérifications de fonctionnalités furent de rigueur et cette âme, « Femme », vagabonda en Territoire d’Eden heures par heures, puis jours par jours, semaines avec semaines, et maintenant l’Humain « Femme » était au point et fonctionnait correctement. Comme « l’Homme » elle était parfaite en tout, « de Corps » et « d’Esprit. »

Hist-Bibl- Moïse et lmes tables de la Loi

EL-SHADDAÏ réveilla « l’Homme » de sa torpeur et lui présenta sa compagne, et la regardant il s’exclama : Genèse II : 23, « Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair ! » Celle-ci sera appelée « Femme », car elle fut tirée de « l'Homme ». Les deux humains étaient nus et cela ne les dérangeaient nullement et la Bible continue, Genèse II : 24 « C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » « L’Homme », Adam, voyant la « Femme » Ève, la regarda comme une compagne à sa ressemblance, en elle il se voyait, lui, et vice-et-versa pour la femme. La « Femme », Ève, était maintenant sur la terre de la Planète Terre en compagnie de l’Homme, et tous les deux allaient donner un nom à la multitude d’animaux domestiques et sauvages, la sélection entre ces deux appellations est que les domestiques sont tous ceux qui sont proches de l’humain en donnant leur lait comme les chèvres, brebis, vaches, buffala, et les sauvages sont les animaux qui vivent loin de l’humain, mais à cette époque-là les deux premiers humains conversaient avec les animaux Les deux premiers humains se nourrissaient d’herbes, de fruits, et de racines comme les animaux petits et gros.

Pendant que sur la terre de la Planète Terre, les deux premiers humains apprenaient à se comprendre, dans les Cieux, SAMMAËL et les Siens avaient été libéré de leur profond sommeil et tout juste réveillé, encore un peu vaseux SAMMAËL ne pensa qu’à sa vengeance. Il se jura de se venger de « l’Homme », par la faute de ce pantin « d’Homme » il avait été chassé des Cieux, lui le premier Ange à avoir été façonné avec la poussière du Cosmos et le feu des gaz de l’Univers, et il aurait dû se prosterner devant cet amalgame de terre et d’eau, impossible il n’avait pas les mêmes valeurs.

Arbres remarq-If d'Estry, 1600 ans

SAMMAËL maintenant bien réveillé partit avec les Siens visiter la Terre et ses environs et fit le tour du Territoire d’Eden et il s’aperçut qu’il était gardé par une milice d’Anges sous le commandement de Michel. Pour entrer dans le Territoire du Paradis il devait trouver un stratagème. Après moult réflexions, il alla voir l’animal le plus sensé de l’Eden et après de sérieuses tractations, il se servit de cet animal pour entrer dans l’immense Jardin. SAMMAËL connaissant l’Esprit humain et son fonctionnement alla vers celui qui serait le plus malléable, donc avec Ève il se loua d’amitié, toujours dans le corps de l’animal le plus sensé de l’Eden. Il entraîna cette dernière à passer et repasser tous les jours devant « l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal » et à vanter la qualité de son fruit. Genèse II : 9 « EL-SHADDAÏ fit pousser du sol toute espèce d'arbres séduisants à voir et bons à manger, et « l'Arbre de Vie » au milieu du jardin, et « l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. » » Par ce verset nous apprenons qu’il y a deux « Arbre » dans le Territoire Paradisiaque, et quelques versets plus loin au 17 il est écrit : « Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal vous n’en mangerez pas, car, le jour où vous en mangez, vous mourrez c’est une certitude. » Par ce verset qui, selon les traductions s’adresse à Adam seul, ou parle pour les deux humains, Homme et Femme, la mort est annoncée avec certitude, si, ils mangent du fruit de « l’Arbre de la Connaissance », quant à « l’Arbre de Vie » je pense qu’il doit être gardé jour et nuit par des Anges armés.

Arbre de Vie

SAMMAËL venait tous les jours tenir compagnie à Ève, en vantant sans cesse les qualités de « l’Arbre » et des actions du « Fruit », qu’avec ce fruit si délicieux qu’elle deviendrait supérieure à « l’Homme », et serait l’égal de son Concepteur, voire supérieur car elle possède deux enveloppes, l’une visible, matérielle, et son clone invisible comme les Anges, comme « Lui ». Et quand il partait, toujours devant « l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal », avec des mots subtils, il la posait en « Princesse » supérieur en intelligence et en force, à la condition qu’elle mangeât du fruit, car c’est le fruit qui offre tout et qu’elle en donnât à son époux.

Alors à force de …… Ève commençait à s’imaginer qu’elle était …. !

Ève était prête, c’est une certitude, alors une dernière fois SAMMAËL l’accompagna devant le magnifique, splendide « Arbre » et cette odeur tellement agréable, enivrante, et ces fruits plus beaux que les autres jours que l’eau en venait à la bouche, ….. c’est bon, … le travail était fait, ….. et du bon travail, … il disparut ! … !

Portez-vous bien !

Salutations cordiales !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

dimanche 11 octobre 2020

NdR-Chap. N°18 – Le Christianisme Volet V – Les années

Naissance des Religions

 

 

Les prémices vers les grandes religions

 

 

Chapitre N° 18

 

 

Le Christianisme

 

Volet V

 

Les années d’Hérode le Grand et du Second Temple

 

 

 

 

 

Le « Protévangile » était connu des humains qui suivirent les enseignements de Jésus le Nazôréen après son décès, et qui se réunissaient avec les soixante-douze Disciples qui suivirent cet homme pendant son ministère et qui firent un grand nombre de disciples que les historiens nommeront les premiers « Chrétiens ».

Bibl-Hist- Jacques Zébédée par Albrecht Dürer (1516), galerie des Offices, Florence

Jean à la terminaison de son « Evangile » écrivit : XXI : 25, « Il y a encore bien d'autres choses qu'a faites Jésus. Si on les mettait par écrit une à une, je pense que le monde lui-même ne suffirait pas à contenir les livres qu'on en écrirait. », et les écrits apocryphes ajoutent que si l’on mettait tout ce que cet homme a fait et dit les mots bout à bout couvriraient la Terre et encore ce n’est pas une certitude, car avec le reste nous couvririons une bonne partie de la Lune.

Les historiens, comme les Apôtres et Disciples écrivent sur Jésus le Nazôréen ses premières années particulièrement les trois premières, puis un vide, et après à l’âge de douze ans, et un grand vide jusqu’à son « Ministère » qui dura trois ans maximums. Seule la littérature apocryphe écrit quelque chose sur ses déplacements, le métier qu’il exerce, et à la mort de son père nourricier Joseph, ainsi que sur les parents de Marie, la jeunesse de Marie et comment Joseph honorable Charpentier connue dans la région pour son travail, qui était veuf maintenant e qu’il eut des enfants avec sa première épouse.

La religion judaïque doit son extension grâce à « l’Ancien Testament » qui fut rédigé par les soixante-douze érudits qui copièrent les rouleaux sacrés de la religion hébraïque que l’on nommera « Les Septante ». Les Lois qui se retransmettaient de père en fils oralement étaient maintenant écrites.

À partir du «  Second Temple », VIème siècle avant notre ère – Ier siècle après, l'existence des rabbins est certaine. Les instances religieuses dirigeantes restent cependant centrées sur les prêtres. Les rabbins ne sont donc pas des prêtres. Ce sont des spécialistes de la loi religieuse, y compris de la « loi orale », où l'on trouve une série de commandements, les mitzvot, soit six-cent-treize commandements non inclus dans la Torah écrite, première partie de la Bible appelée Ancien Testament.

Dans cet ancien pays appelé « Israël » il y a encore cette guéguerre fratricide entre pharisiens et sadducéens, mais aussi esséniens elle est composée de cinq livres désignés en hébreu par un des premiers mots du texte la « Torah »

Bible-les Livres d'Hénoch

La Torah ou Thora, en hébreu signifie « instruction » et en grec ancien, Nomos, », « Loi », est, selon la tradition du judaïsme, l'enseignement divin transmis par Dieu à Moïse sur le Mont Sinaï et retransmis oralement au travers de ses cinq livres hébraïques, la Genèse « au Commencement », l'Exode « Noms », le Lévitique, « et il appela », les Nombres « Dans le désert », le Deutéronome « Paroles. »

Le Christianisme nommera ces cinq Livres la « Pentateuque », et les hébreux la « Torah » et ce que nous appelons « l’Ancien Testament », les hébreux nomment la compilation du « Premier Testament », le « Tanakh ».

Le Christianisme primitif ne se nommait pas ainsi, puisque le terme « Chrétien » n’existait pas, mais les humains qui se rassemblaient en petit groupe ou en « Assemblée » étaient appelé les « Nazôréens », « Nazaréniens » et cela dura la période des « Pères Apostoliques » ce sont des humains qui ont suivi et connu les Apôtres et Disciples de Jésus le Nazôréen et qui ont été Oint Disciple de Jésus par imposition des mains qui leur donnaient le pouvoir de guérir et de soigner des malades corporellement, mais aussi cérébralement en chassant les mauvais esprits, mais cette deuxième génération ne pouvait pas retransmettre leur pouvoir qui leur fut donné par la première génération des Disciples. Autre chose, beaucoup de ces « Nazôréens » étaient des hébreux pur souche, et environ un tiers d’hellénisés, avec quelques païens.

Jésus le Nazôréen meurt en l’an 33 de notre ère, (EC) par la torture romaine de la crucifixion, à l’âge de 40 ans, âge hautement symbolique pour cette religion, mais aussi civilisation. Tout ce que j’écris sur l’âge de Jésus à sa mort vient de mes recherches personnelles entre les historiens et les exégètes bibliques, qui donnent la naissance de Jésus le Nazôréen en l’an -7 de l’EC.                                                                                       

Bib-Hist-h,Epitre aux Colossiens

Hérode Ier le Grand, fils d'Antipater, est né à Ascalon en 73 av. J.-C. et mort à Jéricho en 4 av. J.-C. Il est roi de Judée l'un des personnages les plus importants de l'histoire de l'époque du Second Temple de Jérusalem, édifice auquel il confère son aspect monumental qui subsiste encore, et son histoire est surtout connue par les écrits de son secrétaire, Nicolas de Damas, qui lui sont particulièrement favorables.

Nicolas de Damas est un historien et philosophe de langue grecque du Ier siècle av. J.-C.. Né à Damas en Syrie, il devient le secrétaire, professeur et ami d'Hérode Ier le Grand. Il est l'auteur d'une œuvre abondante, dont seulement des fragments assez importants se sont conservés directement, mais qui a été beaucoup exploitée par des auteurs postérieurs, notamment Flavius Josèphe, qui s'en inspire directement dans ses Antiquités juives pour la période hérodienne et l'histoire de la Judée depuis la révolte des Maccabées.

Hérode est placé sur le trône de Jérusalem par les Romains et pour consolider sa souveraineté, il retire le pouvoir politique aux prêtres qui dirigeaient la Judée depuis le début de l'époque du Second Temple. Pour écarter toute rivalité politique susceptible de menacer son pouvoir, il fait assassiner son épouse Mariamne ainsi que plusieurs de ses enfants.

Bib-hist-Jésus devant Hérode Antipas

Ce Roi Judéen considéré comme impitoyable devait sa réputation de cruauté à un passage de l'Évangile selon Matthieu II : 16-17, « Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, fut pris d'une violente fureur et envoya mettre à mort, dans Bethléem et tout son territoire, tous les enfants de moins de deux ans, d'après le temps qu'il s'était fait préciser par les mages. Alors s'accomplit l'oracle du prophète Jérémie : » connu sous le nom du « massacre des Innocents. » Le prophète Jérémie avait prévenu dans Jérémie XXXI : 15, qui est le même verset que le 18 de Matthieu ci-dessus que je n’ai pas posé puisque je voulais vérifier, et que je vous pose tout de suite : « Ainsi parle EL-SHADDAÏ A Rama, une voix se fait entendre, une plainte amère, c'est Rachel qui pleure ses fils. Elle ne veut pas être consolée pour ses fils, car ils ne sont plus. » Selon l'évangile, les grands prêtres et les scribes du peuple avaient annoncé la naissance à Bethléem du « Roi des Juifs », et Hérode, craignant un futur rival temporel, l'avait fait rechercher pour le mettre à mort. Ne l'ayant pas trouvé, il ordonna la mise à mort de tous les enfants mâles de la bourgade âgés de moins de deux ans, espérant qu'il serait du nombre. Simplement que dans la recherche de ce massacre deux enfants étaient en danger, Jean dit le Baptiste, et Jésus le Nazôréen. La famille du premier enfant cité dût se cacher dans les montagnes de Galilée, quant au second, toute la famille avec les troupeaux se réfugièrent en Égypte.

Maintenant faisons un petit calcul historique, Hérode le Grand meurt en l’an -4 avant Jésus-Christ (J-C.), ou de l’Ère Commune (EC), et certains historiens et exégètes donnent la naissance de Jésus le Nazôréen vers l’an -7 ou -5 de l’EC. Au massacre des Innocents les enfants devaient avoir deux ans et en dessous, alors raisonnons : en premier ce massacre n’a pas eu lieu l’année de la mort d’Hérode le Grand, puisqu’il a reçu les Rois Mages. Ces Rois Mages pour ceux qui venaient le plus loin avaient un périple de deux ans, Jésus le Nazaréen venait d’avoir cet âge quand ces Souverains, Caspar, Balthasar, et Melchior se présentèrent au mois de Septembre, Octobre à Jésus le Nazôréen lui offrant des objets en or incrusté de pierres précieuses, mais aussi des parfums rare, de l’encens et de la myrrhe, l’adorant et le vénérant disant : « Aujourd’hui la Terre entière possède un Roi et nous l’avons vu ! ».

Hist

Donc Jésus le Nazôréen, n’ a pas pu naitre en -5 de l’EC car au « Massacre des Innocents » son âge aurait été de peu de mois et encore cela me semble un peu juste,  alors Jésus le Nazôréen cela semble une certitude est né en -7 de l’EC et le « Massacre des Innocents » a dû avoir lieu en l’an -5 de l’EC ou J-C. ce qui correspond avec les deux ans de l’arrivée des Rois Mages, et le Roi Hérode le Grand est décédé le -4 av. l’EC ou J-C.

Ce Roi, Hérode le Grand était un grand bâtisseur, mais était dérangé au niveau psychique, comme l’on dit chez nous « il n’avait pas la lumière à tous les étages » d’où cette méfiance maladive, et cette cruauté pour se protéger, car il avait peur qu’on l’assassine pour prendre sa place.

Les écrits sur Jésus le Nazôréen commencèrent en l’an 40 de l’EC, et le premier évangile fut écrit en l’an 50-55 par l’Apôtre Matthieu en loggia « Jésus a dit : », mais cet Évangile fut perdu dans sa presque totalité. A cette époque les enseignements se faisaient oralement et étaient répétés, répétés, sans cesse, puisque l’écriture était réservée à la classe sacerdotale, qui lisait la Loi au peuple. En premier la Loi Noachique fut retransmise ainsi, puis vint la Loi Abrahamique avec la circoncision, qui fut relayée de père en fils avec Isaac, puis avec ses enfants, et après Jacob avec tous ses enfants et cette Loi le père devait l’apprendre à tous ses enfants garçons et filles, et ainsi de suite. Le « Peuple » hébreu qui se forma en Égypte devait connaître le Loi, même avec les mariages mixtes, le père ou la mère devait enseigner la Loi a ses enfants afin que ceux-ci la respectent en toute connaissance et ne puissent pas dire comme les humains des Nations : « j’ignorais les Lois et Préceptes de ce Dieu et quel est son Nom ? ». Puis à l’époque de Moïse, après avoir été libéré de la servitude égyptienne, le Dieu des hébreux EL-SHADDAÏ, qu’ils nommaient Yahvé, Élohim, Adonaï, trois mois après avoir quitté l’Égypte sur les contreforts de sa « Montagne Sainte », voulu donner ses Lois oralement à son Peuple, mais celui-ci au son de sa voix qui faisait trembler les montagnes et le sol était pris de panique par la peur, alors se « Peuple » demanda à son guide que ce soit lui qui parle et non Yahvé. Encore quelque mois d’errance et ce Peuple stationnât sur les contreforts de la « Montagne Sainte » d’EL-SHADDAÏ.

Alors une chose était sure, cette Montagne était énormément volcanique à cette époque avec beaucoup de mont en éruption plus où moins en effervescence et les contreforts étaient riche en prairie, arbustes épineux, et arbre comme le palmier, tamarin, caroubier, arbre à pain, le jacquier ainsi que l’ailanthus altissima, et bien d’autres de la famille des moracées. La terre volcanique est réputée pour être fertile, alors pour la culture rapide, ainsi que pour l’élevage des caprins et ovins, l’herbe bien verte et grasse des pâturages était un bon engrais pour ces animaux qui par leurs excréments rendaient ces près et champs encore plus prospères.

Bibl-Hist-Mount_Sinai ou Dieu parle à son peuple

Les historiens trouvent peu de trace du déplacement de ces hébreux pendant quarante ans dans les montagnes du Sinaï et pourtant ils étaient environ à la sortie d’Égypte six-cent-mille hommes de pieds nombre donné par la Bible, Exode XII : 37, « Les Israélites partirent de Ramsès en direction de Sukkot au nombre de près de six cent mille hommes de pied - rien que les hommes, sans compter leur famille. », mais là je suis en accord avec les exégètes ce nombre est élevé, cinq-cent-mille serait plus près de la vérité, car il faut ajouter les femmes et leurs enfants, ainsi que les vieillards même si ceux-ci sont moindre. Nous pouvons multiplier cette population d’hommes de pieds par deux fois ce nombre, une fois pour les femmes et une autre fois pour les enfants ce qui fait déjà un million huit d’humains et nous ajoutons la moitié pour les vieillards soit trois-cent-mille humains et sans beaucoup nous tromper nous en sommes à deux millions-cent-mille humains, ajouté à cela les troupeaux de caprins, ovins, bovins, camélidés, équidés et avicole. Toute cette foule abracadabrante devait déambuler en direction de la Mer Rouge, et pour moi une question se pose : vers quel endroit de cette Mer cette foule hétéroclite marche ? Reste-elle en pays d’Égypte où se déplace-t-elle en Arabie Saoudite ? Au bout de combien de jours Pharaon change-t’ il d’opinion ? ….

Je reviendrai en détail sur cette péripétie des hébreux en Arabie Pétrée, sur la Mer des Joncs ou Mer des Roseaux, puis Mer Rouge, sur les déplacements, et sur les temps d’arrêt, mais aussi sur cette abnégation de ces humains vis-à-vis de leur « Dieu ».

Hist-Bibl-D

Quatre à cinq mois après la traversée de la Mer Rouge cette colonne hétérogène ce trouva au pied de la « Montagne Sainte » de l’Être Suprême, le Mont Horeb ou la Montagne du Sinaï. Je réitère à l’époque toute cette région était remplie de volcan et le plus gros et le plus puissant était celui du Mont Horeb, d’où la disparition des preuves de cet « Exode » car la région était bien arrosée et fertile grâce aux cendres volcaniques refroidies.

Là Moïse donne les Lois, la grammaire, la philosophie ainsi que la langue hébraïque, c’est la civilisation d’un « Peuple ».

Moïse seul avec son frère Aaron ne pouvait gérer tous les différends du « Peuple » d’EL-SHADDAÏ et son beau-père lui donna ce conseil, Exode XVIII : 18-24, « A coup sûr tu t'épuiseras, toi et le peuple qui est avec toi, car la tâche est trop lourde pour toi ; tu ne pourras pas l'accomplir seul. Maintenant écoute le conseil que je vais te donner pour que Dieu soit avec toi. Tiens-toi à la place du peuple devant Dieu, et introduis toi-même leurs causes auprès de Dieu. Instruis-les des décrets et des lois, fais-leur connaître la voie à suivre et la conduite à tenir. Si tu fais cela et que Dieu te l'ordonne tu pourras tenir et tout ce peuple, de son côté, pourra rentrer en paix chez lui. » Moïse suivit le conseil de son beau-père et fit tout ce qu'il lui avait dit. » Tout l’enseignement de Moïse se faisait oralement et l’on rabâchait sans cesse les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ afin que tous les humains, hommes et femmes, de l’enfant de cinq ans, de la servante étrangère, au vieillard, tous, connussent la Loi hébraïque pour la mettre en pratique.

Revenons maintenant à l’ère de Jésus le Nazôréen ; ses soixante-douze disciples, dont douze faisaient partie de ses Apôtres, étaient nés hébreux, araméens comme leur Maître, à part un tout petit nombre qui étaient aussi helléniste. Les hellénistes étaient des hébreux de langue grecque. Ils apprenaient la Loi de l’Être Suprême dans cette langue qui était enseignée par les Rabbins dans les Synagogues.

Hist-Bibl- Moïse et lmes tables de la Loi

Les Rabbins étaient les humains qui remplaçaient les Grand Prêtres qui officiaient dans le Temple et surtout dans le « Saint-des-Sains » car ils parlaient avec EL-SHADDAÏ, face à face pour recevoir les ordres, mais aussi les enseignements. Il se disait que quand EL-SHADDAÏ était présent dans le « Saint-des-Sains » des éclairs terrifiantes passaient entre les Anges du Propitiatoire et une puissance indéchiffrable, pire que les explosions atomiques, émanait de cette pièce et de ces deux Anges alors quand ce Dieu ouvrait la bouche les murs du Temple tremblaient. Le Grand Prêtre qui entrait dans le « Saint-des-Sains » était tenu à la taille par une cordelette de chanvre et d’or et quand il arrivait malheur à cet humain qui entrait dans le « Saint-des-Sains » les prêtres le tiraient pour le sortir de cette pièce, car il était carbonisé.

Bibl-Hist-Enseignement de la Loi

En effet pour entrer dans cette pièce il fallait être propre en tout et le Grand Prêtre devait se laver entièrement, puis il devait demander le pardon de ses péchés et ceux-ci devaient être supprimés, alors seulement il pouvait entrer dans le « Saint-des-Sains » Vous pensez que j’ai fait une faute d’orthographe dans le « Saint des Sain(t)s », que nenni, car le Saint représente la vénération, glorification, adoration, dévotion, et cela est réservé uniquement à EL-SHADDAÏ et des « Sains » représentent tout le monde des Anges qui gravitent autour de cet Être Suprême ainsi que certains humains qui sont propre, pur, clair, limpide, sans tache alors je laisse mon écriture ainsi, mais par contre pour les idolâtre à plusieurs Dieux comme le Père, le Fils, et l’invisible Saint-Esprit ou Esprit-Saint la Sainte Trinité du Christianisme, les Saints qu’ils vénèrent, sont loin d’être sains.

Je continuerai sur la fin du Second Temple, et le début de ce Christianisme qui n’est pas encore géré que je nommerai, pour être le plus dans la vérité, le commencement de la secte hébraïque, car juive, ce mot ne me convient pas, des « Nazôréens ».

Portez-vous bien et prenez-soins de votre maisonnée !

Salutations cordiales à Tous, quel qu’il soit !

Sig : J-P G. dit « GRANDELOUPO »

mercredi 30 septembre 2020

NdR-Chap. N°17 – Le Christianisme – Volet IV, Esprit Sain = Souffle Divin Sain

Naissance des Religions

 

Les prémices vers les grandes religions

Le Christianisme

Chapitre N° 17

 

Volet IV  - Esprit Sain = Souffle Divin Sain

 

Qu’est-ce-que l’Esprit, si ce n’est cette chose incorporel, immatériel, que la « matière grise » insérée dans la boîte crânienne développe en abondance, d’où sort le raisonnement, la réflexion, la pensé, mesure de l’intelligence qui n’est pas égalitaire, mais se jauge par la parole, l’écrit, la fabrication de l’image, l’explication de l’enregistrement de la vue, de l’ouïe par les sons, mais aussi l’archivage, transcription par la mémoire. Toutes ces actions sont dans l’invisible, et seule la parole et l’écriture les dévoilent d’une certaine façon, selon l’intelligence de l’individu.

Cerv-explication

La marionnette humaine déposé sur la terre de la Planète Terre, n’était rien, sauf un amalgame complexe de différentes matières solides, liquides, voire gazeux. La Bible dit qu’EL-SHADDAÏ insufflaun « Souffle de Vie » dans les narines de sa marionnette et celle-ci prit vie, c’est-à-dire que les poumons se mirent en fonction, mais aussi la pompe cœur pour que le liquide sang circule afin que ce dernier amène l’oxygène au cerveau, à cette matière grise pour qu’elle fonctionne, avec tous les automatismes moteurs de ce pantin, maintenant « Homme ». Pour le Concepteur, l’Inventeur, de ce polichinelle, il devait vérifier si tout fonctionnait dans sa merveilleuse machine « Homme » et le tester en tout afin que cet « Homme » chemine parfaitement sur la terre du globe Terre. Après toutes ces vérifications Il pouvait donner l’ordre à l’homme de nommer tout ce que ce dernier voyait, touchait, sentait, goûtait sur son passage, ainsi que tout ce qui se mouvait sur la terre, dans les eaux et les airs.

L’Homme, le premier étant parfait en tout, libre d’esprit, possédait une très grande intelligence ainsi qu’une mémoire phénoménale, et il était comme un « Dieu » sur la Terre puisqu’il était le maitre sur tout. Quand EL-SHADDAÏ insuffla sa marionnette, il lui donnait la puissance de « l’Esprit », qui émane de « la matière grise », et celle-ci envoie des ondes différentes en gamme, comme des notes, qui offrent la force de l’intelligence, puisque sa marionnette est à sa ressemblance en tout, car pour façonner ce pantin, obligatoirement, il fallait un « esprit » avec une « intelligence » donc quelque chose qui ressemble à de la « matière grise », ce que possède les Êtres de l’invisible en bien ou en mal.

Esp

EL-SHADDAÏ cet être à « l’Esprit Sain » inventa, puis modela, sculpta le pantin « Homme » et étant le seul et unique Dieu il avait aussi un « Esprit Saint » comme tout son Être qui était « Sain et Saint » et à sa marionnette il insuffla un « Souffle Sain de Vie ».

Rien n’est impossible avec « l’Humain », « Homme » et « Femme », car c’est son invention, Il est le maître d’œuvre, ce polichinelle il le connait par-cœur puisque c’est lui qui façonna toutes les pièces et qu’Il les monta, les assembla, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, de « l’Humain », c’est sa conception tout est propre, pur, limpide, parfait, alors pour Marie, l’enfant de Joachim et Anne, il n’y avait aucune difficulté pour qu’Il enlève la tare adamique de son corps le rendant parfait et par découlement la « matière grise » donc « l’Esprit ». Cet Être Suprême avait maintenant un corps parfait en tout, alors il pouvait introduire son spermatozoïde dans l’ovule féminin.

L’enfant qui allait naître était comme à l’origine d’Adam, parfait !

Alors je me pose la question, comment ce fait-il que l’écriture biblique soit complètement muette sur la naissance de la mère de Jésus ? Pourquoi il n’existe aucune écriture sur la perfection de Marie ? Ce christianisme et cette Bible avec son Nouveau Testament sentent l’hypocrisie des humains du IVème siècle, car il ne faut pas oublier que la compilation des Livres de ce que l’on nomme Nouveau Testament fut choisi arbitrairement par Alexandre le Grand qui se déclara le « Pontifex Maximus » de cette religion avec son ami Eusèbe de Césarée Docteur Théologien et Écrivain, au Concile œcuménique de Césarée en l’an 325 de notre ère. C’est à ce Concile que le dogme chrétien prit naissance avec cet « Esprit-Saint ou Saint-Esprit », mais où le mot « Christ » fut accolé à Jésus le Nazôréen en « Jésus-Christ » qui remplaçait aussi le « Jésus-Crux » mettant helléniste et judéo-chrétien d’accord.

Bibl-Hist-Intelligence n'est pas égalitaire, mais il rempli les êtres humains

Comme déjà écrit « l’Esprit » est immatériel, incorporel, invisible, impalpable, ondes émanant de la « matière grise », c’est-à-dire du cerveau emprisonné dans la boite crânienne, et cet « Esprit » est toujours en corrélation avec le cœur siège de la pensée qui donne les sentiments, les réactions, douces ou brutales, bonnes ou mauvaises, et les ondes que chacun dégage, se mélangent pour jouer une partition gratifiant l’intelligence que tout être possède plus ou moins. « L’Esprit » n’est pas un être vivant, mais il est engendré par quelque chose, pour l’humain la « matière grise », pour EL-SHADDAÏ qui se déplace et gère l’Univers dans l’invisible lui qui est fait d’une autre substance, possède lui aussi une boite crânienne avec à l’intérieur une matière qui dégage « l’Esprit » puisqu’il a inventé l’humain à sa ressemblance son reflet, son image, mais aussi toute la milice des invisibles, que nous nommons Anges ou Démons, être possédant aussi une matière dans une boite crânienne par laquelle émerge « l’Esprit » puisqu’ils sont libre de choisir leur camp, du bien ou du mal.

« L’Esprit-Saint » de la Bible, cet « Esprit » de sanctification par quel terme pourrions-nous le remplacer ?

En premier « l’Esprit Sain » d’EL-SHADDAÏ est pur, propre, clair, parfait, c’est un « Esprit » de bonté, de clairvoyance, de miséricorde, de raisonnement, de cœur, de réflexion, de sentiments, et bien d’autres termes plus scientifiques et philosophiques, alors « l’Esprit », fut-il Saint ou Sain ne peut rien faire dans une conception, en dehors de la constater, mais un autre évangéliste écrit : « Marie, le Très-Haut te couvrira de son ombre, c’est pourquoi le fils que tu concevra sera « Sain » et tu lui donnera le nom de Jésus car il sauvera son Peuple et tous les humains des Nations qui reconnaîtrons son Père par Lui »Essayez de vous souvenir de ce texte qu’aujourd’hui je vous écris car je ne serai pas toujours là vu mon âge et la maladie.

« L’Esprit Saint » de la Bible par quoi de véridique peut-on le remplacer, en premier par « l’Esprit-Sain », mais encore mieux par « le Souffle Sain Divin », mais à la Pentecôte EL-SHADDAÏ insuffla aux Apôtres un « Souffle Sain d’Intelligence » représenté par la colombe ou les flammèches de feu au-dessus de leur tête.

Le Christianisme naissant au IVème siècle n’était plus monothéiste, mais une trithéiste, trimurti, triade, mais plus exactement une Trinité avec « Dieu Père »,« Dieu Fils ou Dieu Jésus-Christ », et « Dieu Saint-Esprit ou Esprit-Saint ». 

Selon certains écrits Biblique du Nouveau Testament nous pouvons écrire « Esprit-Sain », le remplacer par « Souffle Divin Sain » ou bien « Souffle Sain d’Intelligence » tout comme « Vent d’Intelligence Sain », le terme Sain que j’emploie signifie propre, pur, clair, limpide sans oublier que seul sont « Saint » ceux qui sont « Sain » comme EL-SHADDAÏ, son fils Jésus le Nazôréen qui le fut sur la terre de la Terre, puisqu’il est né d’un corp Sain, parfait, sans tache, quand à Marie la mère de Jésus, son fils, elle est « Saine » de corps et d’Esprit, puisqu’elle fut reconnue comme une grande prophétesse, mais je ne pense pas que l’on peut dire qu’elle fut « Saint » terme de la sanctification réservé pour EL-SHADDAÏ car c’est lui et lui seul que l’on vénère comme un Dieu, son Fils notre Roi n’est pas un « Dieu », donc nous pouvons le glorifier comme un Roi, le sanctifier, le vénérer, Lui notre assesseur, notre Avocat, le « Paraclet » de Jean, notre Médiateur, alors prions-le comme tel, à sa place, comme notre Roi Enseignant et son Père notre « Dieu », le seul, l’unique, car Jésus le Nazôréen fut investi comme Roi des Cieux le troisième jours après son décès sur la croix, engin de torture romaine, le jour de sa résurrection, il recevait son investiture dans les Cieux des mains de son Père, mais celle terrestre il ne l’a pas encore. Son intronisation sur la terre de la planète Terre aura lieu après le « Jour de Colère de son Père, aux « Dernières Générations », décennie d’effroi, qui sera long pour les humains qui subiront une partie de cette terreur, mais encore pire pour les humains que je nomme « Justes », car même si ils seront protégés par les Anges, l’angoisse, la peur, les tenailleront, par la vue et l’esprit qui enregistrera toute cette terreur, les humains se combattant Nations contre Nations, villes contre villes, mais il y aura des tremblements de terre avec en puissance quatre fois l’échelle de Richter, sans compter avec la hauteur des vagues des Tsunamis, la folie étant attachée au cœur des humains et seul un petit nombre traversera ce « Jour de Colère » d’EL-SHADDAÏ.

Jour de Colère- La main de la colère

Je reviendrai sur ce qui fut écrit par des humains sur les « Dernières Générations » et sur le « Jour de Colère » de ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ. Là aussi se sera une question de foi, mais aussi de réflexion, de raisonnement.

EL-SHADDAÏ avait choisi un peuple pour ce faire connaître, et il faut reconnaître que cette civilisation hébraïque était connue sur toute la Terre à plus où moins grande échelle, et le nom de l’Être Suprême changeait, mais pas l’enseignement sur le comportement de l’humain avec le bien et le mal.

EL-SHADDAÏ, aime l’humain plus que tout, car c’est sa plus belle invention, c’est sa marionnette, sortie de son intelligence, et il a fallu faire un grand nombre de recherches, d’essais en physique, puis en chimie, car EL-SHADDAÏ œuvre dans l’infiniment petit, dans le nucléaire, et tout ce qu’il invente et façonne doit avoir vie en premier avec les plantes et la terre, tout doit respirer et vivre. Puis sa création terrestre continue avec les animaux de toutes les sortes, et là aussi il commence par l’infiniment petit, qui doit vivre respirer, se mouvoir, manger, déféquer, si seulement TF1, anciennement ORTF, pouvait nous repasser les scènes « du Petit Rapporteur » émission de Jacques Martin sur la vie dans l’infiniment petit, comme exemple tout ce qui vie sur un poil humain, toute cette vie de l’invisible pour nous, EL-SHADDAÏ l’a créé avant nous, je n’invente rien. Donc EL-SHADDAÏ créé sa marionnette « Homme » en dernier, car le jour biblique, n’est pas notre jour de vingt-quatre heures, et combien de temps représente un jour ? Un jour est une année, une décennie, un siècle, ou encore un millénaire comme beaucoup de grosse tête dans les sciences pensent ?

Une certitude qui n’engage que moi et mon raisonnement, EL-SHADDAÏ a dû passer un grand temps à la conception de sa marionnette « Homme », puis un peu moins de temps pour la seconde marionnette, la « Femme », quoi que, la complexité est plus importante chez la « Femme » que chez « l’Homme », car elle porte en elle le secret de la conception de la vie reproductive !

Adam et Ève-Occupation dans le Paradis

Cet Être Suprême tient à sa marionnette car elle fut créé à sa ressemblance en tout d’apparence avec une tête, un coup, le tronc sur lequel sont attaché des membres deux supérieur et deux inférieur terminés par des mains qui seront ses pinces et de l’autre des pieds pour l’équilibre et marcher, mais il a voulu que ce polichinelle pense, invente, sculpte, raisonne, fabrique alors comme lui il lui a offert un cerveau afin qu’il est un esprit, mais qu’il soit comme les invisibles, comme les Anges, voilà  pourquoi il donna à son polichinelle une deuxième image, son clone dans l’invisible d’une substance autre que sa milice d’Ange afin que son image soit reconnaissable dans les cieux pour être jugé comme les Anges, mais ce double, ce clone c’est lui seul qui la forgera et c’est cette image immatériel qui passera en « Jugement », mais c’est elle qui à la résurrection ira retrouver son corps matériel.

Voilà pourquoi à notre mort terrestre, c’est le corps matériel qui retourne à son origine la poussière, et c’est notre double qui ira, soit errer dans le « Firmament », soit se reposer dans une demeure, soit partir définitivement dans le « Néant » et là, tu n’existes plus. Il y a aussi des humains qui ont la faculté de pouvoir communiquer avec ces êtres qui errent dans le « Firmament » qui sont le double d’humain ayant vécu sur la Terre, et ces humains peuvent communiquer pour faire le bien comme ceux qui vous soigne de névralgie avec simplement une photos et ils habitent à plus de six-cents kilomètres de votre domicile, ces humains sont dans le monde des invisibles et ils se mettent en relation avec ces âmes pour vous soigner, et d’autres comme les médiums qui parlent avec le double de personne bien définis comme un mari, un frère ou une sœur.

Hist

Je vous ai expliqué tout cela pour en revenir à Jésus le Nazôréen. En effet son Père géniteur, EL-SHADDAÏ, a demandé à son fils si, il voulait bien aller sur Terre vivre comme un humain pour sauver la race humaine, qui à cause de la transgression volontaire des deux premiers humains, la race humaine va à sa perte et à sa disparition de la surface de la Terre. EL-SHADDAÏ n’a pas créé sa marionnette « Homme » pour que cette dernière se suicide avec le temps, le sang venant à se dégénérer de plus en plus au point de transporter la vie il transportera la mort.

Jésus le Nazôréen est né sur la Terre dans un corps parfait puisque Marie, par la volonté d’EL-SHADDAÏ fut nettoyé de la tare adamique, donc son corps devenait parfait avec un sang qui coulait comme à l’origine. C’est pourquoi il était impossible à Marie qu’elle connaisse un homme car comme les Anges qui c’étaient transformés en prenant enveloppe humaine, sa progéniture aurait été un géant, voire un monstre. Pour Jésus le Nazôréen si, il c’était accouplé avec une femme leur progéniture aurait été soit des géants, soit des monstres, mais en plus cela rendait caduc sa perfection, et sa mort, comme sa résurrection, n’était plus valable, puisque la perfection adamique aurait été rompue.

La naissance de Jésus le Nazôréen a fait, tout au long des siècles, couler beaucoup d’encre et encore aujourd’hui au XXIème siècle, Marie, la mère de cet humain devint parfaite en corps et en Esprit par la volonté de ce Dieu seul et unique EL-SHADDAÏ, qui à l’âge de trois ans purifia son corps, le nettoyant de la tare adamique et elle reçut ce jour même « le Souffle Sain d’Intelligence de l’Esprit »

La Bible n’écrit rien sur la pureté de Marie ce qui est bien dommage car le Protévangile de Jacques écrit : « Et moi, Jacques, qui ai écrit cette histoire à Jérusalem, je résolus, lors des troubles qui éclatèrent à la mort d'Hérode, de me retirer au désert, jusqu'à ce que la paix fût revenue à Jérusalem. Et je glorifierai le Maître qui m'a donné la sagesse d'écrire cette histoire. », puis le Livre de Jacques se termine ainsi :« Révélation de Jacques. Paix à celui qui a écrit et à celui qui lit ! » Ceci nous prouve que les humains de l’époque supprimèrent des « Livres » qui les dérangeaient. Jacques parle sans doute de l’assassinat de l’Empereur Romain Caligula et de la mort d’Hérode Agrippa Ier tétrarque de Galilée et Pérée en l’an 44 de EC, successeur d’Hérode Antipas qui en l’an 39 de EC fut condamné à l’exil dans les Gaules, probablement dans les Pyrénées vers Pau.

Que nous content les « Apocryphes » qui pour certains furent écrit avant les Évangiles, exemple le « Protévangile » de Jacques le Juste, qui est Jacques le Mineur ou Jacques d’Alphée, mais l’histoire de la nativité fut conté par un pseudo-Matthieu, ainsi que le Livre de la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ.

Bibl-Histo-Archange Gabriel avec Marie

Les écrits apocryphes donnent énormément de détail sur la famille de Jésus le Nazôréens, mais aussi sur un homme, annoncé par les prophéties d’Isaïe, je nomme Jean le Baptiste. La naissance de Jésus le Nazôréen par le « Protévangile de Jacques : XIX : 1-3, XX :1-4, XXI : 1, « 19.1. Et je vis une femme qui descendait de la montagne et elle m'interpella : « Eh, l'homme, où vas-tu ? » Je répondis : « Je vais chercher une sage-femme juive. - Es-tu d'Israël ? me demanda-t-elle encore. - Oui », lui dis-je. Elle reprit : « Et qui donc est en train d'accoucher dans la grotte ? »

[Et Joseph dit à la sage-femme : « C'est Marie, ma fiancée, mais elle a conçu du « Souffle Sain », après avoir été élevée dans le Temple du Seigneur. »]

Et je lui dis : « C'est ma fiancée» - « Elle n'est donc pas ta femme ? » demanda-t-elle. Et je lui dis : « C'est Marie, celle qui a été élevée dans le temple du Seigneur. J'ai été désigné pour l'épouser, mais elle n'est pas ma femme, et elle a conçu du Souffle Sain.» Et la sage-femme dit : « Est-ce la vérité ? » Joseph répondit : « Viens et vois. »

2. Et elle partit avec lui, et ils s'arrêtèrent à l'endroit de la grotte. Une obscure nuée enveloppait celle-ci. Et la sage-femme dit : « Mon âme a été exaltée aujourd'hui car mes yeux ont contemplé des merveilles : le salut est né pour Israël. » Aussitôt la nuée se retira de la grotte et une grande lumière resplendit à l'intérieur, que nos yeux ne pouvaient supporter. Et peu à peu cette lumière s'adoucit pour laisser apparaître un petit enfant. Et il vint prendre le sein de Marie sa mère. Et la sage-femme s'écria : « Qu'il est grand pour moi ce jour ! J'ai vu de mes yeux une chose inouïe. »

3. Et la sage-femme sortant de la grotte, rencontra Salomé et elle lui dit : « Salomé, Salomé, j'ai une étonnante nouvelle à t'annoncer : une vierge a enfanté, contre la loi de nature. » Et Salomé répondit : « Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si je ne mets mon doigt et si je n'examine son corps, je ne croirai jamais que la vierge a enfanté. »

20.1. Et la sage-femme entra et dit : « Marie, prépare-toi car ce n'est pas un petit débat qui s'élève à ton sujet. » A ces mots, Marie se disposa. Et Salomé mit son doigt dans sa nature et poussant un cri, elle dit : « Malheur à mon impiété et à mon incrédulité ! disait-elle, j'ai tenté le Dieu vivant ! Et voici que ma main se défait, sous l'action d'un feu. »

2. Et Salomé s'agenouilla devant le Maître, disant : « Dieu de mes pères, souviens-toi que je suis de la lignée d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Ne m'expose pas au mépris des fils d'Israël, mais rends-moi aux pauvres. Car tu sais, ô Maître, qu'en ton nom je les soignais, recevant de toi seul mon salaire.

3. Et voici qu'un ange du Seigneur parut, qui lui dit : « Salomé, Salomé, le Maître de toute chose a entendu ta prière. Etends ta main sur le petit enfant, prends-le. Il sera ton salut et ta joie. »

4. Et Salomé, toute émue, s'approcha de l'enfant, le prit dans ses bras, disant : « Je l'adorerai. Il est né un roi à Israël et c'est lui. » Aussitôt Salomé fut guérie, et elle sortit de la grotte, justifiée. Et voici qu'une voix parla « Salomé, Salomé, n'ébruite pas les merveilles que tu as contemplées, avant que l'enfant ne soit entré à Jérusalem. »

Bibl-Histo-l'adoration des mages peint-par-matthias-stom-vers-1600-1650

21.1. Alors que Joseph se préparait à partir pour la Judée une vive agitation éclata à Bethléem de Judée.

Les mages arrivèrent, disant : « Où est le roi des Juifs ? Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l'adorer. »

Le « Protévangile de Jacques le Mineur » signifie écriture avant les évangiles. Ce petit Livre contant l’histoire de la naissance de Marie, ainsi que sa purification de corps, mais aussi d’Esprit, puis la naissance de Jésus le Nazôréen, son Fils qui devait naître parfait, fut copier un grand nombre de fois puis qu’il était connu de l’Apôtre Matthieu, qui en fit référence dans ses écrits en loggia.

Dans ce chapitre j’ai écrit sur « l’Esprit-SAIN » et non comme les Chrétiens qui pensent « Esprit-Saint » que moi je remplace par « Souffle Sain » ou « Souffle Divin Sain » ou encore « Souffle Sain d’Intelligence » car « l’Esprit » est comme le vent, comme un souffle, immatériel, invisible, intouchable, il émane de la matière grise, nommée cerveau, insérée dans une boîte crânienne et c’est une gamme d’ondes plus où moins importante, mesure de l’intelligence.

A bientôt pour les prochains « Écrits » qui seront sur l’histoire de cette religion « Chrétienne » et de ses fidèles.

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

mercredi 16 septembre 2020

NdR-Chap. N° 16 – Le Christianisme – Volet III Joachim & Anne

Naissance des Religions

 

Les prémices vers les grandes religions

Chapitre N° 16

Le Christianisme

 

Volet III – Joachim & Anne

 

 

Les quelques mots ou lignes que je vous écris ci-dessous vient de mes recherches, mais surtout de ma réflexion, ma pensée personnelle alors je n’ai pas obligatoirement raison.

Hist-Bibli-g,Samson avec sa mâchoire d'âne

Pour moi il y a un humain, un homme qui naquit en l’an -7 de l’EC. (Ère Commune = EC.) et qui décéda en l’an 33 de notre ère à l’âge de quarante (40) ans, nombre hautement symbolique dans les Écrits Bibliques et prophétiques de l’AT et NT, car Jésus le Nazôréen resta quarante jours dans le désert, l’armée Philistine et Israëlite,  pendant quarante jours,  se positionnèrent face à face du matin jusqu’au soir dans la vallée de Térébinthe I Samuel XVII : 1-4, « Les Philistins rassemblèrent leurs troupes pour la guerre, ils se concentrèrent à Soko de Juda, et campèrent entre Soko et Azéqa, à Éphès-Dammim. Saül et les Israélites se concentrèrent et campèrent dans la vallée du Térébinthe et ils se rangèrent en bataille face aux Philistins. Les Philistins occupaient la montagne d'un côté, les Israélites occupaient la montagne de l'autre côté et la vallée était entre eux. Un champion sortit des rangs philistins. Il s'appelait Goliath, de Gat, et sa taille était de six coudées et un empan. »À cette époque le Pays d’Israël ne faisait qu’un seul grand territoire, c’était la période des « Juges » d’après la Bible, et ce peuple qui venait d’être délivré de la servitude égyptienne, et qui avait reçu des mains d’EL-SHADDAÏ le pays de Canaan où coulait le lait et le miel, ce Peuple qui encore une fois avait oublié son Dieu, demandait à ce dernier d’avoir un « Roi » comme les autres Nations qui les entouraient, et Saül était le premier Roi du Peuple choisi par l’Être Suprême. I Samuel le même chapitre et des versets suivants : 20-21 « David se leva de bon matin, il laissa le troupeau à un gardien, prit sa charge et partit comme lui avait ordonné Jessé. Il arriva au campement au moment où l'armée sortait pour prendre ses positions et poussait le cri de guerre. Israël et les Philistins se rangèrent ligne contre ligne », puis le verset 24 : « Dès qu'ils aperçurent l'homme, tous les Israélites s'enfuirent loin de lui et eurent très peur. » et maintenant le verset 40, puis de 42-47 : « David prit son bâton en main, il se choisit dans le torrent cinq pierres bien lisses et les mit dans son sac de berger, sa giberne, puis, la fronde à la main, il marcha vers le Philistin. », « Le Philistin tourna les yeux vers David et, lorsqu'il le vit, il le méprisa car il était jeune - il était roux, avec une belle apparence. Le Philistin dit à David : « Suis-je un chien pour que tu viennes contre moi avec des bâtons ? » et le Philistin maudit David par ses dieux // « Viens vers moi, que je donne ta chair aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs ! » Mais David répondit au Philistin : « Tu marches contre moi avec épée, lance et cimeterre, mais moi, je marche contre toi au nom d’EL-SHADDAÏ Sabaot, le Dieu des troupes d'Israël que tu as défiées. Aujourd'hui, EL-SHADDAÏ te livrera en ma main, je t'abattrai, je te couperai la tête, je donnerai aujourd'hui même ton cadavre et les cadavres de l'armée philistine aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages. Toute la terre saura qu'il y a un Dieu en Israël, et toute cette assemblée saura que ce n'est pas par l'épée ni par la lance qu’EL-SHADDAÏ donne la victoire, car EL-SHADDAÏ est maître du combat et il vous livre entre nos mains. » En raccourci je viens de vous conter l’histoire de David et Goliath

Hist-Bibli-David et Goliath le géant

La pluie tomba quarante jours et quarante nuits Genèse VII : 12, Je restais sur la montagne quarante jours et quarante nuits sans boire, ni manger, Deutéronome IX : 9. Exode XIV : 18, « Moïse entra dans la nuée et monta sur la montagne. Et Moïse demeura sur la montagne quarante jours et quarante nuits ». Les hébreux que fit sortir d’Égypte EL-SHADDAÏ, était ingrat envers leur Dieu, malgré les exploits qu’il avait fait devant eux, et infidèles car certains regrettaient même la vie qu’ils avaient en Égypte. Nombre XIV : 34, « Vous avez reconnu le pays pendant quarante jours. Chaque jour vaut une année : quarante ans vous porterez le poids de vos fautes, et vous saurez ce que c'est que m'abandonner. » Cette sentence a fait que ces hébreux-là errèrent pendant ce temps dans le désert, car ce sont les enfants et petits-enfants qui entrèrent en « Terre Promise » Jonas III : 4 « Jonas pénétra dans la ville, il y fit une journée de marche. Il prêcha en ces termes : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite. » Je ne vais pas vous poser tous les versets bibliques qui parlent du nombre quarante, en nombre symbolique, mais maintenant vous saurez que le nombre quarante a de l’importance dans la vie des humains qui font vivre la Bible.

Sous Hérode le Grand, un homme nait d’une femme vierge, considéré comme le Roi sauveur d’Israël, un « Messie » que des Rois Mage du Moyen-Orient viennent voir avec de gros présents en suivant l’étoile qui brille le plus dans le ciel la nuit et qui est encore visible aux aurores, que l’on nomme étoile de Vénus pour les Empires Grec, Romain, Perse, Babylonien et Assyrien, et que le Christianisme nommera l’étoile du Berger la nuit, et le jour l’étoile de Satan.

La naissance de cet humain est des plus mystérieuse, et le Christianisme naissant du IVème siècle, avec ses dogmes, ne fera rien pour éclaircir cette naissance, au contraire ! car en plus cet humain avec sa mère Marie et son père adoptif Joseph sont de confession hébraïque.

Bib-hist-Jésus devant Hérode Antipas

La Bible avec son Nouveau Testament est peu loquace sur la naissance de Jésus le Nazôréen et pour avoir des renseignements, il faut se tourner vers « l’Écriture Apocryphes », le terme apocryphe signifiant, qui doit-être caché, réservé à des connaisseurs, à une élite.

Anne et Joachim sont les parents de Marie. Anne était stérile et après vingt ans de mariage elle n’avait toujours pas enfanté. Pourtant Joachim était bien jugé par EL-SHADDAÏ ainsi que son épouse car tous les deux avaient un cœur pur et suivaient les enseignements, les Lois et Préceptes de leur Dieu. EL-SHADDAÏ avait ouvert le sein de Anne afin qu’elle enfante et tous deux avaient fait la promesse, fille ou garçon, que l’enfant serait offert à l’Être Suprême et ils tinrent leur promesse puisqu’à trois ans l’enfant fut amené au Temple pour servir ce Dieu. Ses parents Joachim et Anne déposèrent l’enfant au bas des marches de l’autel réservé aux Prêtres, et au Grand Prêtre le temps qu’ils changent de vêtement afin d’être propre comme le veut la Loi, et l’enfant pendant ce temps monta les quinze marche de l’Autel et en montant seule elle esquissait des pas de danse se qui émerveilla tous les humains qui la regardaient, considérant qu’elle avait été prise sous la protection d’EL-SHADDAÏ. C’est là, que cette enfant fut délivrée de la tare adamique, et que son sang redevenait comme à l’origine, son corps devenant parfait.

Les quelques lignes que je viens d’écrire ci-dessus, viennent de mes recherches, de ma réflexion personnelle, mais aussi à la croyance d’un Être Suprême créateur et gestionnaire de l’Univers, ainsi qu’à la gestion de la Planète Terre de l’infiniment petit à l’infiniment grand en physique et en chimie.

Bibl-Histo-l'adoration des mages peint-par-matthias-stom-vers-1600-1650

Je crois fermement en la vie d’un être supérieur, d’une Intelligence incommensurable, Créateur du pantin humain Homme et Femme, une invention tellement merveilleuse, d’une complexité indéchiffrable pour nous humains, alors que nous pouvons nous réparer tout seul, avec tellement de mystères incompréhensibles et qui existent comme le « vaudou », les « guérisseurs », qui vous soignent de vos douleurs avec une photo alors que vous habitez à huit cents kilomètres et ceux qui vous coupent le feu, après des brûlures graves, etc, ….

Souvent, dans mes « Écrits » je vous parle de ma santé, et les dernières fois je vous écrivais sur l’état de mes pieds que les chirurgiens de Grenoble voulaient couper suite à un carcinome épidermoïde c’est-à-dire un Cancer avancé. Puis j’ai désiré un autre avis et j’ai été à Lyon Bérard spécialisé dans tous les Cancer, qui m’ont envoyé aux Hospices de Lyon Sud spécialisé en Cancer dermatologique qui là, m’ont gardé un mois. À mon entré les trois premiers jours, ils m’ont pratiqué tous les tests de dépistage du Cancer et les diopsys ont confirmé un « Carcinome Épidermoïde » avancé. Pendant un mois les infirmières s’occupèrent de me soigner les plaies aux pieds et aux jambes avec ténacité afin que je souffre le moins possible et l’interne qui s’occupait de moi mettait au poing la chimiothérapie.

Le Docteur Anne Marchetti dermatologue qui me suivait trouva étrange que les cratères que j’avais aux pieds se referment en deux, trois jours et je devais sortir de l’hôpital. Le jour de ma sortie, deux heures avant elle décide de me refaire une diopsys des deux pieds à chaud, juste une piqure pour endormir.

Ce docteur Anne Marchetti m’envoya les résultats, et à rien y comprendre, le Cancer avec les germes avait disparu de mon corps, phénomène anti-scientifique, et incompréhensible pour le Docteur Anne Marchetti.

Je reconnais que je me suis posé des questions, mais pour qu’un « carcinome épidermoïde » disparaisse comme cela en quatre jours ….. , je me suis tourné vers celui qui est au-dessus de ma tête, mon Créateur, car Lui seul est capable de supprimer un Cancer avec plus aucune trace. Vous mes semblables essayez de vous mettre à ma place, je crois en cet Être EL-SHADDAÏ, que je nomme ainsi, comme Abraham, ce Dieu que je prie dans les moments de joie et de peine, je ne crois qu’en Lui et je réitère, Lui seul peut supprimer complètement mon Cancer, je ne vois et ne connais personne d’autre, et sûrement pas le « Prince » de ce monde, mon ennemi, mais qui m’entraine quelques fois dans le péché, car comme vous je suis faible et je ne suis pas parfait, alors involontairement je prends le chemin de traverse, et malgré cela, EL-SHADDAÏ a retiré ce Cancer de mon corps. Là je le reconnais, c’est une question de foi ! ….

Esp

Si j’avais été un bon « Chrétien », pratiquant, le Curé de ma paroisse avec l’Évêque du Canton aurait crié « au Miracle ! »

Puisque je parle du christianisme, je vais en profiter pour vous donner quelques explications sur mes « Écrits ». Surtout dans le Nouveau Testament il est parlé ou écrit de « l’Esprit-Saint » c’est-à-dire de l’Esprit de sanctification car « Saint » écrit ainsi signifie « sanctifier » et sanctifier c’est vénérer, glorifier, adorer, louer, consacrer, mais aussi diviniser, déifier, élever, embellir, rehausser, et bien d’autres synonymes. Suite à mes réflexions, « Esprit-Saint » signifie que, votre « Esprit » tout comme le mien, si, il devient « Saint » doit être adorer, vénérer, mais il me semble que ces actions ne sont réservées que pour notre « Dieu ». D’après les « Écritures » chrétiennes, mais aussi protestantes, ces humains doivent louer, glorifier, la pensée, la réflexion donc leur esprit de leurs semblables, et je ne suis pas un farfelu, vous mes semblables chrétiens c’est ce que vous nous dites de pratiquer avec le terme « Sain(t) » écrit ainsi. Je continue mon raisonnement avec mon « Esprit-Sain », c’est-à-dire, propre, pur, sans tache, limpide, clair comme de l’eau de source, là, ce n’est plus la même chose car ma pensée, ma réflexion est saine, je réfléchis avec un esprit sain, propre, limpide, clair, comme nous sommes loin de la première réflexion de glorification !

Essayez de faire comme moi, c’est un peu fastidieux, mais vous ne regretterez pas le résultat. Partout dans le Nouveau Testament où il est écrit « Saint-Esprit ou Esprit-Saint », remplacez-le par « Sain-Esprit ou Esprit-Sain » en pensant à la signification exacte du terme « Sain », « sain(t), Sain(t), » glorifier, vénérer, adorer …., et « sain, Sain » pur, propre, limpide, transparent ….,  voici un exemple, Matthieu III : 11, « Pour moi, je vous baptise dans de l'eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. » Le petit bout de phrase que j’ai mis en gras ; c’est Jean le Baptiste qui parle et il est le cousin de Jésus le Nazôréen et ils ont six mois de différence en âge. Jésus vous baptisera dans « l’Esprit-Saint », donc Jésus baptisera dans un « Esprit » de vénération, d’adoration, de louange, de divinisation, de déification, et temps d’autres synonymes, mais si Jésus le Nazôréen vous baptisera dans un « Esprit-Sain »,c’est autre chose car l’esprit est clair, limpide comme l’eau de source, propre, pur, « un Esprit » sans tache, sain, comme les animaux pour le sacrifice devant l’autel des parfums. De plus un « Esprit » qu’est-ce que c’est ? Puisque « l’Esprit » est invisible, intouchable, impalpable, sauf si l’on considère « l’Esprit » comme un spectre, un fantôme, un revenant, un démon, et là, nous rentrons dans la divination.

Esp-Sai-Diffusion de l'esprit

Alors cet « Esprit-Saint » est ce que reçurent les Apôtres à la Pentecôte, mais « l’Esprit » qu’ils obtinrent n’est pas « Saint », mais « SAIN » ce qui est une très grosse différence, car « l’Esprit » étant invisible comme le vent, le souffle, l’air, il fallait bien le représenter par quelque chose de visible, de matérielle, comme une colombe, donc les Apôtres acquirent un « Souffle Divin, Sain, d’Intelligence d’Esprit », voilà pourquoi ils comprenaient et parlaient plusieurs langues et idiomes ou dialectes.

Toujours au sujet de « l’Esprit-Saint » de la chrétienté voyons le sens exact que le Livre Sacré de cette religion, la « Bible », le Nouveau Testament en particulier, veut lui donner. La naissance de Jean le Baptiste, dont le père est le Grand-Prêtre Zacharie et sa mère, Élisabeth qui était stérile, fut annoncé par « l’Ange Gabriel », écrit par le disciple Luc l’évangéliste I : 13, 15-16, « Mais l'ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée ; ta femme Élisabeth t'enfantera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jean. », « Car il sera grand devant le Seigneur ; il ne boira ni vin ni boisson forte ; il sera rempli d'Esprit Saint dès le sein de sa mère et il ramènera de nombreux fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu ». Si j’ai bien lu ces trois versets Jean « sera rempli d'Esprit Saint », et que l’esprit qu’il reçoit n’est pas un esprit de sanctification donc « Saint » est mal écrit, car Jean acquiert un « Souffle d’Intelligence, un Souffle SAIN », il recueille un esprit donc un vent, un souffle propre, pur, limpide, ( dictionnaire : Substance incorporelle et immatérielle,principe de la pensée et de la réflexion.) et encore dans l’Évangile de Luc, l’Ange Gabriel rend visite à Marie qui a quitté le Temple d’EL-SHADDAÏ, pour être fiancé à un veuf, Joseph le Charpentier qui a eu des enfants avec sa première femme décédée, dont deux sont encore avec lui, et ils l’avaient laissé seule dans la maison car ils devaient aller travailler sur des chantiers Luc I : 28-37 « Il entra et lui dit : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation

Et l'ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès d’EL-SHADDAÏ. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus.Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur EL-SHADDAÏ lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin. »

Bibl-Histo-Archange Gabriel avec Marie

Mais Marie dit à l'ange : « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ? »

L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils d’EL-SHADDAÏ

Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; car rien n'est impossible à EL-SHADDAÏ »

Là, dans les versets de Luc, « l’Esprit-Saint » est considéré comme une personne, alors que nous savons, et je réitère que l’Esprit est immatériel, invisible, intouchable, impalpable, et surtout incorporel. Le dictionnaire en parlant de l’Esprit écrit, {substance}, et la substance est quelque chose qui en philosophie est une quintessence existante de par elle-même, en science est une matière, le meilleur, le plus succulent de quelque chose et au figuré est une partie essentielle d’un discourt, d’un texte, nous avons Luc le médecin cité ci-dessus et le percepteur d’impôts Matthieu I : 18, 20-21 « Or telle fut la Genèse de Jésus le Nazôréen. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph, or, avant qu'ils eussent mené vie commune, elle se trouva enceinte par le fait de « l'Esprit Saint. » » « Alors qu'il avait formé ce dessein, voici que l'Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme, car ce qui a été engendré en elle vient de « l'Esprit Saint ». Elle enfantera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. » »

Bib-hist-adoration-des-mages

Le terme « Esprit-Saint » dans la « Bible » signifie obligatoirement sanctification, mais plus grave encore, c’est que cet « Esprit-Saint, Saint-Esprit » est considéré comme une personne et comme un Dieu, une divinité qui doit être adoré, glorifié, vénéré comme telle par les fidèles de toute la chrétienté. Cela devient une iniquité, une abomination pour EL-SHADDAÏ ce Dieu seul et unique que cette religion, le Christianisme appelle « Dieu » par hypocrisie, pour ne pas lui donner un nom biblique comme moi je le fais, je lui donne un « Nom », celui d’Abraham, qui est quand même plus jolie que le dieu « Dieu » de la chrétienté.

Dans le Nouveau Testament (NT) il y a de « l’Esprit Saint » à toute les sauces surtout avec le terme « croix » et particulièrement dans les Lettres du Disciple Paul, oui, pour moi cet humain n’a jamais été un « Apôtre » au sens biblique car il n’a jamais reçu le « Souffle Sain Divin » le « Souffle Sain d’Intelligence » car il était absent à la Pentecôte ainsi qu’à l’élévation de Jésus le Nazôréen, le jour de son ascension vers son Père géniteur.

A bientôt pour les prochains « Écrits » qui seront sur l’histoire de cette religion « Chrétienne » et de ses fidèles, en particulier sur les étapes de la naissance de cet homme Jésus le Nazôréen.

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à Tous

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »


lundi 7 septembre 2020

NdR-Chap. N°15 - Le Christianisme volet II

Naissance des Religions

 

 

Les prémices vers les grandes religions

 

 

Chapitre N° 15

 

 

Le Christianisme

 

 

Volet n° 2

 

 

 

 

 

Soixante-dix ans après ces évènements les hébreux sont libérés de Babylonie, mais ce sont les pauvres qui rentrent au pays, les autres ayant fait fortune restent à Babylone. Toutes ces déportations sont à l’origine de la « Diaspora. »

Les deux Livres des Rois accuseront par la suite la population de Samarie d'être composée de colons venus de Babylonie ou de Syrie et convertis à une religion hébraïco-païenne.

532 à 332 av. J-C. domination Perse sur la Judée, puis de 332 à 142 av. J-C. domination Grecque.

G-P-arche alliance

Seuls les grands-prêtres représentent une autorité juive. Ils exercent une sorte d'autorité civile et leur autorité religieuse, reconnue jusqu'à Alexandrie[], demeure incontestée sous le règne des Lagides.

C’est pendant cette époque que furent reliés une grande partie des Livres Hébreux nommée Ancien Testament. Ces livres seront traduit en grec et l’ensemble sera appelé la Bible des Septante.

Pour comprendre la Bible et la « Naissance du Christianisme », je suis obligé d’écrire l’histoire du peuple hébreu avec ses Lois religieuses ainsi que la traduction de ces Lois en grec.

Je cite les faits historiques.

 En 332 avant notre ère, Alexandre le Grand conquiert l’Égypte, alors soumise à la domination perse. En 331 av. J-C. il fonde la ville d’Alexandrie. Il meurt en 323, un de ses généraux, Ptolémaios, fils de Lagos, reçoit la satrapie (gouvernance) d’Égypte, mais en 306 il se proclame Roi sous le nom de « Ptolémée I Sôter. » Il fonde la dynastie des Lagides, le musée et la Grande Bibliothèque d’Alexandrie qui sera brûlée par les Romains en 47 av. J-C. détruisant un nombre incalculable de rouleaux et de papyrus de toute l’histoire des peuples méditerranéens. [ Les historiens estiment la perte d’environ un million de documents, mais une chose est sûre, dans la lettre d’Aristée, qui est un pseudépigraphe, il ait parlé de plus de cinq cent mille documents et nous sommes au milieu du IIème siècle avant J-C. ]

De 320 à 198 avant notre ère, la Palestine ou Judée est soumise à la domination des Ptolémées.

Bib-Hist-BibAlex Phare de l'ile de Pharos Ptolomée II Soter

Dès le IIIème siècle av. J-C, les juifs d’Égypte ont composé, en grec, des ouvrages littéraires appartenant à la littérature sacrée comme les Septante (LXX) ou à l’histoire.

Les origines de la Septante

Ce que l’on appelle aujourd’hui la Bible des « Septante », « LXX », est la totalité de l’Ancien Testament (AT) traduit en grec qui comprend l’ensemble des livres de la Bible hébraïque, mais encore, d’une part, diverses additions de livres, Esther, Psaumes, Jérémie, Daniel, et, d’autre part, les livres « Deutérocanoniques » ou « apocryphes ».

On désigne par ce terme les livres qui ont été, par la suite, reçus dans le Canon de l’Église et qui, ou bien n’existaient qu’en grec, Sagesse, 2 Maccabées chapitre 2, 19 jusqu’à la fin, 3 et 4 Maccabées, ou bien sont la traduction grecque de livres hébreux ou araméens que le Canon juif n’a pas retenu, tel que, I Esdras, 1 Maccabées, 2 Maccabées chapitre 1 :1-2, 18, Siracide, Judith, Tobit, Psaumes de Salomon.

Dans l’Antiquité, la « Septante » désigne deux réalités distinctes. A partir du IIème siècle de notre ère, il s’agit de l’AT en entier. Justin de Naplouse -( 100 ou 114 -- 162 ou 168 )- l’attribue aux 72 traducteurs ( je reviendrais sur eux un peu plus loin ) avec le Psaume 81, ainsi que le livre d’Isaïe « Dialogue avec Tryphon 124 :3, puis 137 :3 », Origène ( 185 - 253 ), notamment dans ses « Hexaples », ou Eusèbe de Césarée ( 265 - 340 ) dans « Préparation évangélique VII, 1, 6. »

En revanche, dans la tradition juive hellénophone, voir lettre d’Aristée que cite Flavius Josèphe dans la Guerre des Juifs, la « Septante », ce sont les cinq livres de la Torah, de la loi hébraïque.

Le terme de « Septante » a donc un sens étroit, l’originel, celui qui correspond à la Loi, la Torah, et un autre large, représentant l’Ancien Testament en entier.

Bib-Hist-Pharos of Alexandrie

Il nous reste un témoignage, peut-être le plus ancien, qui est la lettre d’Aristée, un pseudépigraphe, du milieu du IIème siècle av. J-C -- dont vous trouverez une copie écrit en anglais, mais avec le traducteur google vous l’avez en français, sur Internet si comme moi vous cherchez un peu, -- connu d’Aristobule, juif grec, qui vivait à Alexandrie sous Ptolémée V Épiphane et Ptolémée VI Philométor  et qui composa une Exégèse des livres de Moïse, où il soutenait que les philosophes grecs avaient connu ces livres et y avaient souvent puisé leur inspiration.

Voici un petit résumé de cette lettre :

« La Lettre qu’Aristée adresse à son frère Philocrate fait le récit de la mission dont il a été chargé par le roi Ptolémée II Philadelphe ( 309 - 246 av. J-C.) auprès du grand prêtre des juifs.

La scène se déroule en premier à Alexandrie.

« Le responsable de la Bibliothèque Royale, Démétrios de Phalère ( 350 - 282 av. J-C.), propose au roi de faire traduire les Lois des Juifs pour en doter ensuite son établissement. Ptolémée II donne son accord. Il libère par décret tous les esclaves juifs du royaume. Démétrios présente un rapport sur la question des livres juifs à faire traduire. Il suggère au roi que l’on écrive au grand prêtre de Jérusalem pour lui demander l’envoi d’hommes qualifiés, six par tribu, afin d’obtenir une traduction exacte et digne de l’État et des intentions royales.

Ptolémée fait préparer des cadeaux destinés au Temple ; une lettre les accompagne.

La réponse d’Éléazar est affirmative. Elle contient la liste des 72 traducteurs, « maîtres dans les lettres judaïques, mais aussi adonnés à la culture hellénique », qu’il enverra avec la Loi.

Les traducteurs arrivèrent à Alexandrie.

Le Pharaon Ptolémée II est là.

Il se prosterne sept fois devant les rouleaux de la Loi écrits en lettre d’or :

« Merci à vous mes amis, plus encore à celui qui vous a envoyés et par-dessus tout au Dieu [EL-SHADDAÏ] dont voilà les oracles. »

Suit un banquet qui durera sept jours pendant lequel les 72 traducteurs répondent aux 72 questions que le roi pose, une à chacun. Ils répondirent par des apophtegmes remplis de force.

Le roi admire chaque réponse.

La traduction est réalisée collectivement par sept groupes de douze traducteurs en soixante-douze jours, chiffre miraculeux puisqu’il correspond au nombre de traducteurs. Ils se retirèrent dans l’île de Pharos et là ils « prophétisèrent ». Ils traduisirent la Loi tous avec les mêmes mots et tournures, comme sous la dictée d’un souffleur invisible.

On en fait la lecture.

Les traducteurs et les délégués du « politeuma » déclarent :

« Il est bon que cette œuvre reste comme elle est, sans la moindre retouche. »

Admiration et exclamation générale.

Le roi se joint à la liesse.

La Loi« vient de Dieu [ EL-SHADDAÏ ] » déclare Démétrios. Ils sont, non pas des traducteurs, mais « des hiérophantes et des prophètes. » »

Voilà comment est née la « Septante -- LXX »

Bible en Hébreu-Torah

Avant de continuer, je vais vous poser quelques faits historiques, qui pour moi ont une certaine importance pour la véracité de certains écrits bibliques de l’Ancien Testament.

Aristobule, juif grec, affirme que la traduction complète de la Loi a eu lieu à l’initiative de Démétrios de Phalère sous le roi Ptolémée Philadelphe. Par contre des traductions partielles de la Loi ou de l’AT existaient dès le début du Vème siècle avant notre ère.

Aristobule estime que Pythagore ( 580 - 497 av. J-C. ) et Platon ( 428 - 346 av. J-C. ) doivent le meilleur de leurs doctrines à ces traductions partielles. En effet Pythagore côtoya des chaldéens (hébreux) en Égypte et en Babylonie où il aurait eu connaissance de la Loi et des écrits prophétiques. Platon lui aussi fit un séjour en Égypte et était un adepte des études pythagoriciennes. C’est sans aucun doute au cours de ce voyage et de ces études qu’il eût connaissance de certains écrits partiels de la Loi hébraïque.

Ce qui est étonnant, c’est la connaissance des « Pères Apostoliques » de la « Lettre d’Aristée » notamment Jérôme et Irénée. D’autres aussi connaissent les 72 traducteurs qui sont séparés dans l’île de Pharos chaque groupe occupant un « petit logement » comme Clément d’Alexandrie, Tertullien, Cyrille de Jérusalem, Augustin, Michel Psellos. Épiphane de Salamine, Justinien et Bar Hebraeus proposent une autre explication.

L’auteur de la Baraïta, rabbi Yehudah ben Elaï, a vu, vers 110 de notre ère, le site du Phare, ainsi que les logements des traducteurs qui étaient des petites maisonnettes. Il paraît donc sûr que, au IIème siècle, il y avait, au Phare d’Alexandrie, une sorte de monument historique mis en rapport avec les traducteurs.

Autre fait, Philon d’Alexandrie, philosophe juif hellénisé, -- [ Il symbolise le judaïsme d’Alexandrie, étape vers le christianisme, dans la mesure où celui-ci est à la fois issu du judaïsme et de l'hellénisme. Pour les chrétiens, Philon est juif. Mais pour les juifs orthodoxes, lui et sa communauté d'Alexandrie sont les prototypes des "juifs assimilés". Selon Claude Tresmontant, philosophe, helléniste et hébraïsant, ainsi qu'un exégète français, né en 1925 et mort en 1997, Philon d'Alexandrie aurait aussi influencé les premières communautés chrétiennes. ] -- ajoute que, à son époque, une fête et une panégyrie sont célébrées chaque année dans l’île de Pharos pour vénérer le lieu de la traduction et rendre grâce à Dieu [ EL-SHADDAÏ ] de son bienfait.

Bib-Hist-Claude-Ptolemee

A cette fête assistent Juifs et non-Juifs. Elle s’achève par un festin et une nuit passée dans les baraquements construits dans l’île.

Ceci nous donne la certitude que, au IIème siècle av J-C., il y avait, au Phare d’Alexandrie sur l’île de Pharos, une sorte de monument historique mis en rapport avec les traducteurs. ( voir bibliographie, « Pourquoi la Torah … » de D. Barthélemy )

Un autre fait très étonnant, qui confirmera ce que je vous écrirais, dans un des rouleaux de la Loi hébraïque, les Noms du Divin étaient écrits en or.

Quand la chose vint au-devant des « Sages », ils décidèrent que le rouleau devait être caché, c’est-à-dire conservé à l’écart et ne pas être utilisé pour la lecture.

Un rouleau de cuivre fut découvert dans une des grottes de Qumram sur lequel était inscrit les noms du divin qui comporte, fait étrange, soixante-douze lettres.

Ce rouleau fut aussitôt « caché » par les rabbins.

En plus le terme « synagogue », mot grec qui signifie « communauté, rassemblement », est attesté en Palestine à l’époque ptolémaïque, mais il n’apparaît qu’au Ier siècle de notre ère chez les auteurs juifs d’Alexandrie.

Les papyrus juifs mentionnent une dizaine de synagogue réparti à travers l’Égypte, dont une est attestée peu après -245 av. J-C. à Schedia, au sud-est d’Alexandrie, dans une inscription qui offre le plus ancien emploi connu du mot « Ioudaîoi », qui signifie « Juifs », et une autre à la même époque à Crocodilopolis dans le Fayoum.

Hist

Les textes du Talmud décrivent la grande synagogue d’Alexandrie comme une superbe basilique.

Le judaïsme de l'époque du Second Temple est parcouru par de multiples courants religieux qui peuvent se combattre violemment, dont la division est souvent considérée comme une des causes de la chute du Second Temple. Les Juifs partagent la terre d'Israël avec les Grecs et une frange du monde juif, souvent liée au pouvoir, tend à helléniser le culte. Le judaïsme hellénistique, très influent à Alexandrie, était aussi celui des derniers Hasmonéens.

On parle aussi des Hassidéens, des hommes pieux qui ont été parmi les premiers à se rallier à Judas Maccabée pour libérer le Temple.

Le monde juif de cette époque est partagé entre Sadducéens et Pharisiens. Les Sadducéens affirment la primauté du Pentateuque, de ses lois, aux dépens des enseignements ultérieurs de toute mystique. Les Pharisiens prennent en compte la Torah mais aussi les autres livres de la Bible et les enseignements des sages.

De nombreuses autres sectes existent, qui attendent l'arrivée éminente du Messie, comme les Esséniens.

Au Ier siècle, apparaissent de nouvelles sectes juives, les zélotes, partisans de la lutte à outrance contre les Romains, les baptistes, autour de Jean le Baptiste[] puis les disciples de Jésus

En marge du judaïsme, il faut rappeler l'existence, jusqu'à ce jour,[] des Samaritains, qui ne reconnaissent que le Pentateuque et adorent l'Éternel, non à Jérusalem, mais sur le mont Garizim, aujourd'hui près de Naplouse.

Le dernier roi et grand-prêtre hasmonéen Antigone II est décapité en 37 av. J-C.

Hist

Hérode Ier le Grand, s'empare de Jérusalem et il est proclamé roi par le Sénat romain.

Hérode est issu d'un peuple récemment converti au judaïsme. C'est un fin général qui reconquiert tout le domaine des Hasmonéens. Il établit une certaine prospérité dans son royaume et ménage Pharisiens et Esséniens[]. C'est aussi un grand bâtisseur qui reconstruit le second Temple, des forteresses impressionnantes, Massada et Hérodion où, chaque fois, il fait construire une synagogue. Il crée le port et la ville de Césarée, ainsi que d’autres villes comme Tibériade, Capharnaüm, Bethsaïde, Génésareth sur la mer de Génézareth

La peur d'être assassiné le conduit à faire tuer la plupart des membres de sa famille proche et il laisse l'image d'un roi cruel.

Il meurt en 4 av. J-C. et ses fils survivants n'arrivent pas à maintenir son royaume.

En 6 de J-C., Archélaos est exilé par les Romains en Gaule et la Judée devient province romaine, dans les frontières du royaume d'Hérode.

Comme toute province romaine, la Judée devient alors administrée par des procurateurs romains qui exercent tous les pouvoirs et font et défont les grands-prêtres, en ait-il ainsi pour Ponce Pilate.

La mort de Tibère permet à Hérode Agrippa Ier, descendant d'Hérode le Grand et des Hasmonéens, de retrouver le trône en tant que tétrarque. Il gouverne la Galilée, la Samarie, la Judée, l'Idumée et l'empereur Claude le fait même roi.

Hist

Son règne fut un bref moment de renaissance pour le judaïsme. Il rend son autorité au Sanhédrin. Il meurt en 44[] de J-C.

Rome reprend le contrôle de la Judée et le pouvoir revient aux procurateurs.

Un homme du nom de Jésus de Nazareth naît en l’an -7 ou -5 av. notre ère sous Hérode le Grand.

Son histoire laisse beaucoup de mystère, car lui-même n’a jamais rien écrit, si ce n’est le nom de son Père avec son doigt dans le sable et une courte phrase.

Tout ce qui fut écrit sur lui, le fut une vingtaine d’année après sa mort par crucifixion.

Il fut alors nommé Jésus-Christ, christos signifiant « Messie » ou « Oint d’un Être Suprême », mais en réalité le mot « Christ » fut accolé à Jésus le Nazaréen par les Pères de l’Église naissante vers la moitié du IIème siècle ( 150-180 )  en déformant l’origine du mot grec, Christ, par la représentation de la croix ( crux ) en latin, croix donnant « Christ » soit, Jésus et Croix, où plus exactement Jésus et Crux, mais Jésus Crux n’était pas agréable dans le langage, alors en 325 de notre ère, au Concile de Nicée sous l’autorité d’Alexandre le Grand, le « Pontifex Maximus » de cette nouvelle religion naissante le mot « Crux » fut remplacé par le mot « Christ »dans toutes les « Écritures » et accolé obligatoirement à Jésus qui était un nom juif afin qu’il soit grécisé en « Jésus-Christos soit Jésus-Christ ».

Pour la suite des écritures, il faudra attendre quelques jours.

Portez-vous bien et prenez soin de vous !

Restez dans votre cœur et votre esprit avec cet Être seul et unique, EL-SHADDAÏ, notre Dieu, Lui et pas un autre car il est notre géniteur !

Sig : JP.G. dit ou « GRANDELOUPO »

mercredi 2 septembre 2020

NdR-Chap.N°14 – Le Christianisme volet I

Naissance des Religions

 

Les prémices vers les grandes religions

 

Chapitre N° 14

 

Le Christianisme

 

Volet n° 1

 

Avant que je ne vous écrive sur le Christianisme, je vais poser quelques lignes sur les évènements qui se déroulent sous nos yeux, ce phénomène du « Coronavirus ou le Covid19 ».

Adam reçoit Eve

Depuis quelques décennies nous constatons, pour les humains qui ouvrent les yeux, que nos Gouvernants, Rois, Présidents, Assemblées, n’arrivent plus à diriger leur pays correctement. Comme il a été écrits il y a plus de deux millénaires par Esdras :  « Quand on verra dans le monde les peuples en tumultes, troublés, les Nations conspirant, les Chefs ( Présidents, Princes, Rois, Chefs de gouvernement) dans l’inconstance, les Princes dans le trouble, alors tu reconnaîtras que le Très-Haut avait prédit ces choses dès le commencement, annonçant que l’Être-Suprême va visiter la Terre. » Mais ce n’est pas tout ! En effet les Livres des Prophètes annoncèrent, bien avant la ruine de Jérusalem et sa désolation pendant 1878 ans, où en l’an 1948 la Palestine sous Protectorat Anglais, le gouvernement de sa Majesté de l’époque redonna la terre d’Israël aux Hébreux, qu’à l’ère des dernières générations les peuples deviendront ingouvernables, le contre-nature ira grandissant, l’enfant ne connaîtra plus son père, des famines, maladies, épidémies sur la Terre entière seront inguérissables, des Tsunamis d’ampleur incontrôlable ainsi que des tremblements de terre qui seront sept fois supérieur à l’échelle de Richter, voilà ce qui nous attend dans les décennies à venir.

Adam et Ève-trop tard

Comme EL-SHADDAÏ m’a prouvé son existence sur la Terre, et qu’il sonde individuellement le cœur de chacun des humains vivant sur la sphère Terre, peu importe sa morphologie ou sa couleur de peau, je serai heureux pour vous mes semblables chrétiens que vous réfléchissiez sur votre comportement religieux qui ressemble étrangement à de l’idolâtrie, puisque vous vous signez devant une croix de bois ou une statue de pierre représentant l’image du fils d’EL-SHADDAÏ, alors que les « Écrits » de l’AT font partie de vos Lois religieuses que vous ne respectez pas car il est écrit : Exode XX : 4 – 6 « Tu ne te feras aucune image sculptée, rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux, là-haut, ou sur la terre, ici-bas, ou dans les eaux, au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas, car moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent, mais qui fais grâce à des milliers pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements. » Ce n’est pas moi qui le dis, ce ne sont pas des paroles de mon invention, mais bien votre Dieu, « Dieu » qui vous enseigne tous ces commandements ! Alors ! Pourquoi suivez-vous ces mauvais enseignants ?

Cell

Je certifie que l’Être qui nous a inventé en matière, physique, chimique, entre mille-deux-cents et mille-quatre-cents usines, a réuni avec sagesse dans sa création la plus belle, la plus merveilleuse, la plus complexe machine de tout l’Univers, l’Humain, mâle et femelle, la femelle créée de l’Humain Homme, le premier « pantin » à recevoir la vie après sa conception, son invention, sa création, cette marionnette posée sur la terre de la Planète Terre en Territoire d’Eden, par le « Souffle Divin » de son « Fondateur » dans ses narines, devint une âme vivante, un être vivant de par lui-même, seul, à l’image, au reflet de son bâtisseur, de son père producteur, et ce même père, pris la plus petite côte de l’Homme, après l’avoir plongé dans un sommeil profond, et avec façonna le pantin femme, un être à la ressemblance de l’Homme pour tout ce qui est armature et pour tous les organes moteurs, mais beaucoup de fonctionnement différend comme le cérébrale, l’élasticité ventriculaire, les os squelettiques légèrement plus petit et plus plat que ceux de l’homme, de plus la femme est douée pour faire des petits gestes répétitifs pendant des heures grâce à des doigts fins et agiles. Cependant la femme possède aussi en son sein, le secret de la vie, de la reproduction, son sein étant la matrice de l’enfant mâle et femelle. Quand EL-SHADDAÏ fini de façonner la femme, semblable à l’Homme, mais tellement différente, elle qui veut de nos jours être l’égale de l’homme, alors que sa conception, sa création n’a pas été conçu pour cela, Il l’a créé pour être le complément indispensable de l’homme et que les deux ensembles ne fassent « qu’Un », Il la déposa sur la terre de la Terre insuffla dans ses narines le « Vent de Vie », réveilla l’homme, et la présenta à l’Homme qui s’exclama : « Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair ! » et EL-SHADDAÏ rajouta : « Celle-ci sera appelée femme, car elle fut tirée de l'homme. C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. »(Genèse II : 23-24) Les Écrits bibliques de l’Ancien Testament, tout comme ceux de la Torah, ainsi que les écritures musulmanes, tous comme les plus anciens textes apocryphes rendent la femme responsable du premier péché, de la première transgression de la Loi Divine. Certains Écrits vont jusqu’à dire qu’Ève aurait pratiquée la zoophilie avec le serpent, alors que les textes anciens les plus véridiques ne parlent pas de serpent, mais de l’animal le plus sensé du Paradis ou de l’Eden, alors personnellement je ne pense pas que ce soit le serpent, sa matière grise étant assez restreinte dans sa conception surtout que cet animal n’a vu le jour qu’après la transgression d’Ève puisque : Genèse III : 14 « Alors Yahvé Dieu dit au serpent : Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie. », ce verset nous prouve que l’animal qui devait ressembler au serpent avait des pattes, un genre de mille-patte en plus gros et plus long. EL-SHADDAÏ nous fait comprendre qu’Il supprime les pattes à cet animal assez sensé d’après les écritures bibliques. En lisant le texte biblique au complet, vous remarqueriez le manque de courage des deux humains qui se relance leur faute l’un sur son épouse, et la femme sur l’animal, quel manque de courage de l’homme, quel manque de courage de la femme ?

Cell

Nous sommes maintenant au début du XXIème siècle, le contre-nature augmente de plus en plus, entre femme, entre homme, et ces couples contre-nature défilent de plus en plus dans les rues des grandes villes pour faire des adeptes et demander d’élever des enfants. Quand les « Écrits Prophétiques » écrivent « que dans les dernières générations l’enfant ne connaîtras plus son père » nous y allons tout doucement, nous approchons des « Dernières Générations » avec ces microbes épidémiologistes inguérissables, ainsi que les famines dû aux grandes sécheresses, mais aussi à la bêtise des hommes qui cultive des plantes pour façonner le méthanol carburant automobile qui rapporte mieux aux paysans que la culture des céréales alimentaires et nous allons tout doucement vers une famine mondiale. Les humains ne se tournent plus vers l’Être Suprême, ils vont jusqu’à dire qu’il n’existe pas, et même les Temples de l’idolâtrie se vident de leurs fidèles, comme les Églises, Cathédrales, Chapelles, les humains ne croient plus au spirituel, mais ils doutent de l’existence d’un « Dieu » Créateur, Fondateur, ils s’estiment supérieur à ce « Dieu » car leur origine vient d’une autre Planète, et il y a ceux qui pensent être plus instruit qui déclarent : « Par hasard, un acide aminé a abouti à un unicellulaire. Il ne s'est pas ensuite développé d'abord en un bicellulaire, mais directement une forme de vie complexe, comme nous l'enseigne la théorie de l'évolution. Même si cela devait être exact, il se pose une question qui jusqu'à présent n'a pas été formulée : d'où est venue la deuxième cellule, après que la première se soit formée par un hasard incroyable ? Y a-t-il eu simultanément plusieurs hasards incroyables, ou deux seulement, au début ? Dans ce cas, il doit y avoir eu n'importe quand, un jour, un bicellulaire. Pourquoi ne trouve-t-on pas cet organisme dans la nature, ni un tri ou un tétra cellulaire ? D'où vient le code génétique, comment est-il entré dans la cellule : c'est toujours une des plus grandes énigmes de la science. »En effet il est déjà bizarre qu’une cellule du genre humain vienne sur la terre de la Terre, et l’on ignore ci cette cellule était du genre mâle ou femelle en plus comment est venu cette deuxième cellule, encore par un étrange hasard et ce qui est encore plus bizarre c’est son sexe, mâle ou femelle car deux mâles ensemble ne font rien tout comme deux femelles, donc pour cette cellule qui est arrivée sur la terre de la Terre il faut qu’elle soit le contraire de la première, encore de l’étrange, du bizarre, du hasard, et de plus qui a formé ces deux cellules ? Alors l’évolution commence dans le mystère, alors quant à croire à un mystère, j’aime mieux croire en celui de la Création, par un Être qui n’a pas de commencement et qui n’aura pas de fin. Le hasard de l’Évolution par Mr Darwin, manque de logique scientifique car le « hasard » double, d’une    cellule humaine de plus l’une opposée à l’autre est dans l’impossibilité, car le hasard ne ferait pas deux cellules, une, mâle, et l’autre femelle et de plus humaine !

Civilis-Les Hyksos, ancêtre des hébreux

Reconnaissons que depuis trois décennies nous vivons comme les prophètes l’avaient annoncé dans l’ère antédiluvienne dans les Livres d’Hénoch, puis après le Déluge, quelques siècles après la dispersion des humains à la Tour de Babel, où ils changèrent d’aspect, de morphologie même squelettique, ainsi que la couleur de peau dû à la pigmentation de celle-ci, mais le sang qui est le transport de la vie ne changea pas de génétique et continua de se détériorer à la vitesse de reproduction des humains sur le Globe Terrestre et aujourd’hui nous approchons de l’époque des « Dernières Générations », du « Jour de colère d’EL-SHADDAÏ ».

J’espère avoir le temps de vous écrire sur la « Prophétie du Quidam » et des « Dernières Générations », si EL-SHADDAÏ m’accorde encore un peu de temps sur cette Terre.

Je reviens maintenant sur l’histoire du Christianisme et son origine.

Le peuple hébreu avec sa religion a plus de quatre-mille ans. Des dissensions après le Roi Salomon apparaissent au sein de ce peuple qui est formé de douze tribus.

Le premier livre de la Bible hébraïque ou de l'Ancien Testament, la Genèse, se termine avec l'installation en Égypte des Hébreux, où plus exactement, des 12 fils de Jacob nommé Israël, fondateurs des 12 tribus.

Les douze fils sont :

Réouven en français Ruben, Shiméone français Siméon, Lévi tribu des Prêtres dédié au service du Temple de Jérusalem, Yéouda français Juda tribu dont provient la dynastie du Roi David, Issa’har français Issacar, Zévouloune français Zabulon, Dan, Nephthali, Gad, Aser, Yossef français Joseph dont deux tribus sont issues, qui sont ses fils, Menaché, français Manassé et Éphraïm, la plus petite Biniamine français Benjamin.

Ceci représente les douze tribus d’Israël qui sont les fils de Jacob mais Lévi n’a pas de territoire et Joseph est remplacé par ses deux fils.

À l’ère des Hyksôs qui gouverne l’Égypte une grande famine a lieu dans tout le Moyen-Orient, Palestine et Égypte, mais en dehors des écrits bibliques de l’Ancien Testament les historiens du Moyen-Orient en parlent très peu, et tous les écrits qui existèrent pendant cette période de l’invasion Hyksôs de la Basse et Moyenne Égypte, soit environ douze décennies, furent détruit par les successeurs des Hyksôs, période peu glorieuse pour les Égyptiens.

Civilis-Invasion de l'Égypte par les Hyksôs

Ce que j’écris après vient de ma réflexion personnelle, car il fut prouvé que pendant cette période l’Égypte se modernisa et pris de l’avance sur les pays limitrophes grâce à l’élevage des chevaux, des arcs composites, des chars de guerre, et aussi l’agriculture avec les connaissances hébraïques des saisons par l’astronomie. C’est pendant cette période Hyksôs, d’après les textes bibliques, que les descendants d’Abraham s’installèrent en Égypte sous la gouvernance du Grand Chambellan Joseph, fils de Jacob, vendu par ses frères à des caravaniers, qui des années après, suite à une grande famine, autorisa ceux-ci à s’installer dans le Delta du Nil, dans la province de Goshen, et ils étaient les douze tribus d’Israël et c’est dans cette région que se forma le « Peuple » d’EL-SHADDAÏ pendant quatre-cent-trente ans.

Les Rois égyptiens, que l’on nomme Pharaon, qui succédèrent aux Hyksôs, comprirent vite la puissance du Dieu unique des Hébreux et les secrets technologiques que connaissaient les descendants d’Abraham qui se retransmettaient ces mystères, de père en fils si ces derniers suivaient les « Enseignements et Préceptes » d’EL-SHADDAÏ leur Dieu. L’Être Suprême donna à la descendance d’Abraham tous les secrets que l’Ange Ouriel avait enseigné jour et nuit pendant une période de six mois d’hiver c’est-à-dire l’énergie solaire, les sciences géométriques et mathématiques, astronomiques, avec le Pi, le Phi, la somme des angles, le centimètre par la goutte d’eau, les dizaines par la somme des doigts des mains, des pieds, et toute cette science notre époque moderne la donne aux égyptiens, mais par quel scientifique humain ?, qui lui a donné la connaissance et l’intelligence ?, et construire une pyramide avec une telle technologie pour un tombeau avec des multiples chambre, des granites tellement différents, conducteurs de l’électricité, mais aussi accumulateur de cette même électricité sans fil comme Tesla l’avait découvert au XIXème siècle et déjà connu deux mille ans avant Jésus-Christ avec la pile de Bagdad, tout cela connu des hébreux, si non, comment seraient venu les hiéroglyphes en forme d’ampoule ?

Bib-Hist-Royaume de Juda

Et la pile électrique de Bagdad, n’était-ce pas une connaissance des hébreux pour avoir l’éclairage dans la tente du rendez-vous avec Moïse ? Mais il n’y a pas que cela, ils connaissaient aussi l’art de la galvanisation, car ils avaient beaucoup d’objet en or, mais étaient-ils vraiment en or massif surtout pour la construction ? La galvanisation là, était utile pour faire croire aux ennemis que les colonnes de soutient étaient en or massif !

Les Hébreux après Moïse, « l’Ami » d’EL-SHADDAÏ, conquirent tout le pays de Canaan, qui est la Palestine d’aujourd’hui où, à l’époque, coulait le lait et le miel, sous l’autorité de Josué, lui-même sous les ordres d’EL-SHADDAÏ, pour diriger son « Peuple »

Après Josué, pendant deux ou trois siècles, le temps que les générations qui connurent les faits de l’Être Suprême pour son Peuple soient oubliés, les Israélites négligèrent leur Dieu et retombèrent dans l’idolâtrie avec toutes les mauvaises actions en corps et en esprit, préférant l’iniquité, que les Lois et Préceptes d’EL-SHADDAÏ.

Ce « Peuple », choisit par le Dieu Créateur de tous les humains, étaient plus ingrat envers leur Dieu, que les humains qui adoraient d’autres « Dieux » qu’ils se représentaient en statut de pierre, de bois, de fer, e, priant et se prosternant devant ces objets façonnés de mains d’homme.

Bib-Hist-Nabuchodonosor II fait crever les yeux du Roi hébreu Sédécias

Pendant cette période ce « Peuple » Hébreu fut guidé par des hommes au cœur droit et pur qu’EL-SHADDAÏ choisissait, car ces humains pendant quatre ou cinq décennies suivaient les enseignements de leur Dieu, puis pendant d’autres décennies le quittaient, et adoraient d’autres Dieux, alors le malheur tombait sur eux. Cette période de je t’aime, je t’aime plus dura quelques siècles et est appelé ère des Juges par la Bible.

Puis ce peuple déplaisant envers son Dieu exigeât un Roi et le premier fut Saül, puis suivit les deux grands Rois de la Bible David et son fils Salomon, mais au décès de ce dernier le pays d’Israël fut scindé en deux, dix tribus qui prirent le royaume du Nord, garda le nom d’Israël avec comme Roi Jéroboam et comme capitale Samarie, et les deux tribus restantes, Benjamin et Juda qui firent le royaume de Juda avec comme capitale Jérusalem avec comme Roi, Roboam. A partir de ce moment bien des choses allait changer, en premier ces guerres fratricides incessantes qui mettaient les deux royaumes à la faillite. I Roi XIV : 30 « Il y eut tout le temps guerre entre Roboam et Jéroboam. » Le royaume d’Israël était devenu idolâtre et les hébreux de ce pays ne reconnaissaient plus EL-SHADDAÏ comme leur Dieu, et Roboam lui fit mieux, I Roi XIV : 21, 22-24  « Roboam fils de Salomon devint roi sur Juda » // « Il fit ce qui déplaît à Yahvé : il irrita sa jalousie plus que n'avaient fait ses pères avec tous les péchés qu'ils avaient commis, eux qui s'étaient construit des hauts lieux, avaient dressé des stèles et des pieux sacrés sur toute colline élevée et sous tout arbre verdoyant. Même il y eut des prostitués sacrés dans le pays // … » Toutes les Nations idolâtres qu’avait combattu leur Dieu, Roboam et Jéroboam les imitèrent en iniquités mais en pire, voilà pourquoi EL-SHADDAÏ les abandonna aux mains des nations. Les hébreux des deux royaumes comprirent leur erreur, mais selon le Roi qui les dirigeaient ils allaient vers EL-SHADDAÏ, ou ils s’en éloignaient et les malheurs arrivaient, mais ces humains avaient le cœur dur et la nuque raide alors ….. ! Pendant environ trois siècles ce petit jeu dura avec le royaume d’Israël, qui disparut en -722 av. J-C., sous le règne du dernier Roi hébreu Osée, après trois ans de siège de la capitale Samarie par l’Assyrien Sennachérib, qui déporta la population hébraïque dans toute la Mésopotamie, ce fut la première « Diaspora », la remplaçant par des Assyriens, des Mèdes, et des Perses. Les hébreux du royaume de Juda ne firent pas mieux, même pire, puisqu’ils ont assassiné plusieurs de leurs Rois, et tout comme les israélites ils prièrent leur Dieu SHADDAÏ un temps et l’oublièrent pendant des autres.

Bib-Hist-j,Le Roi Nabuchodonosor

En 597 av.J-C le roi babylonien Nabuchodonosor fait le siège de Jérusalem car le roi Joiakim du royaume de Judas refusa de payer le tribu. La ville fut prise et les notables lettrés furent déportés avec le fils du roi Joiakim à Babylone.

En 586 av.J-C Jérusalem est de nouveau assiégée par Nabuchodonosor II et un grand nombre de ses habitants est déporté en Babylonie. La ville est brûlée, le roi Sédécias fut mutilé et ses fils tués. (Livre du prophète Zacharie)

Quatre ans plus tard la Palestine se révolte et beaucoup de judéens se réfugient en Égypte dont le prophète Jérémie.

Je continuerai dans le prochain chapitre où, là, j’écrirai sur la formation du « Christianisme » et comment un humain fait une religion.

En attendant, prenez soin de vous et portez-vous bien !

Salutations cordiales

Sig : JP.G.dit« GRANDELOUPO »

vendredi 24 juillet 2020

NdR-Chap. N°13 - Les Hébreux volet V

Naissance des Religions

 

 

 

Les prémices vers des Grandes Religions

 

 
 
LES HÉBREUX Volet V

 

Chapitre N° 13

 

 

 

 

Un peu de recul et d’histoire humaine, pour comprendre la naissance de la civilisation hébraïque, et de ce nouveau « Peuple » qui naquit en terre Égyptienne.

Le Déluge, Noé, ses trois fils et toute sa famille environ deux cents humains montent dans l’Arche, avec leurs secrets, leurs plans, leur savoir, chacun selon son métier, mais les femmes aussi montent dans cette caisse de bois avec leurs livres de recettes de cuisine, de couture et autres. Avec eux ils n’emmènent pas que les livres, mais aussi les outils, le maximum d’outils, les électriques, pneumatiques et surtout les manuels.

Av-antedil-c-Israel-jerusalem-centre-du-monde-

Comme déjà écrit dans les chapitres précédent la terre ne faisait qu’un Continent et qu’une seule mer, les humains mesuraient en moyenne quatre mètres, et les géants entre le double et le triple de ces mensurations. Sur toute la surface de la Terre nous trouvons des constructions de « pyramides » même en Antarctique et ces monuments n’étaient pas des tombes, mais avaient une fonction bien déterminée dans toutes les régions de la Terre. Les statues de l’Ile de Pâques représentaient des Dieux antédiluviens. Les humains antédiluviens avaient des connaissances en technicité bien plus poussées que les nôtres, surtout sur les ondes de l’invisible qui étaient la science des géants ainsi que la domestication de l’électricité qui était dans l’air, dans la nature entre le ciel et la terre grâce à l’humidité et les pyramides faisaient fonction de Central Électrique.

Tout ce savoir fut retransmis de père en fils, particulièrement dans le domaine électrique, mais voilà, ces humains avec ces connaissances les perdirent au moment de la tour de Babel à la dispersion, tout ce savoir disparut, le jour du changement d’aspect, de la confusion du langage. Les humains se regroupèrent selon la couleur de peau en premier, puis selon les idiomes, et ils partirent remplir la Terre.

Pyramide d'Égypte

Sur toute la Terre les humains se façonnèrent de nouveaux « DIEUX », mais il y en avait un qui était supérieur à tous les autres, car dans le fond d’eux-mêmes il restait une pensée du Dieu unique EL-SHADDAÏ.

Les siècles passèrent et la race humaine reprit ses penchants idolâtres, ainsi que tous ses défauts sur l’adultère, pédophilie, zoophilie, contre nature, etc.

Abram vivait dans ce milieu idolâtre où son père et ses frères adoraient le Dieu Lune « SÎN », mais dans le fond de son cœur il ne croyait pas à tous ces Dieux, il pensait, lui, qu’un seul et unique Dieu avait créé le ciel et la Terre, mais aussi toute la verdure des prés et les arbres des forêts, ainsi que tous les animaux qui y vivaient et finalement l’homme.

L’Être, Créateur de la nature, puis des animaux, et enfin de l’homme et la femme, géniteurs de la race humaine, trouva en Abram, nommé Abraham par cet Être, un cœur et un esprit pur, droit, sans hypocrisie, et il lui donna une force d’esprit, d’intelligence que les humains avaient avant le Déluge, mais aussi certaines sciences qui existaient avant le changement de langage et d’aspect. La disparition du langage divin était celui que tous les humains parlaient pendant la construction de la Tour de Babel, qui était celui d’Adam et Ève et de toute leur descendance, même celui après le Déluge puisque Noé et tous ceux qui montèrent dans l’Arche parlaient ce langage.

Abraham-a,le départ

EL-SHADDAÏ trouva en cet humain Abraham un cœur et un esprit juste et pur alors voilà ce qu’Il fit : « Le seigneur EL-SHADDAÏ dit : « Ouvre sa bouche et ses oreilles pour qu’il puisse entendre et parler par sa bouche le langage qui a été révélé et qui avait cessé sur les bouches de tous les enfants des hommes le jour du changement d’aspect et de langage à la Tour de Babel. »

Alors j’ouvris sa bouche et ses oreilles et ses lèvres et commençai à parler avec lui en hébreu, dans la langue de la création. Et il prit les livres de ses pères qui étaient écrits en hébreu et il les transcrit et à partir de ce moment-là il commença à les étudier et je lui fis connaître ce qu’il ne pouvait comprendre et il les étudia pendant six mois de pluie. »

Abraham, tout comme Hénoch, Moïse, reçu un enseignement « Divin » sur le passé, le présent et l’avenir, de la science des hommes, leur intelligence et ce qu’ils en n’ont fait, ce qu’ils en font et ce qu’ils en feront, et selon les sciences, l’Ange « Instructeur » n’est pas le même, pour Hénoch, Esdras, Moïse, mais tous restent un certain temps pour assimiler l’instruction. Abraham reçu le langage « Divin », puis toutes les découvertes des humains antédiluviens, mécaniques, comme les armes de guerres, hélicoptères, avions, automitrailleuses, avions de chasse, soucoupes volantes, engins spatiaux, mais encore piles atomiques, électricité sans fils, et tellement de choses qu’il étudia pendant trois ans sans comprendre puisque tout cela n’existait plus.

Ce que je vous écris viens de ma réflexion, de ce que j’ai lu, visionné, par des géologues, archéologues, paléontologues, et les spécialistes des pyramides, ainsi que la Bible et les Apocryphes, dont certains textes datent de -800 ans avant J-C.

Ca-capture du courant électrique -10

À l’ère d’Abraham les humains avaient perdu en corpulence, longévité de vie, mais le plus grave est au niveau cérébral, le cerveau, la matière grise, s’était atrophiée, et « l’Intelligence », était moindre, « la Mémoire » égarée, la connaissance, la science dans la grande généralité étaient devenue un désert pour les humains.

Hénoch avait eu l’Ange Vreviel qui l’avait instruit sur l’histoire de la naissance de l’Univers, de la Terre, de l’humain, et sur ce dernier, le présent, l’avenir, et les dernières générations de l’humain, des millénaires après le Déluge. Abraham, lui, eut sans aucun doute l’Ange Ouriel, qui instruisit aussi Hénoch, Esdras, Baruch, Moïse et sûrement d’autres prophètes.

De cet enseignement Abraham a certainement instruit son fils Isaac, mais aussi le Grand Prêtre, ainsi que l’humain qu’il considérait comme un « ami », un humain sûr, Éliézer, mais je ne suis pas certain de ce nom, et tous ces humains connurent tous les secrets et mystères qu’Abraham leur enseigna sous l’influence d’EL-SHADDAÏ, comme l’électricité sans fils.

Abraham et son neveu Lot partirent de Hâran pour Canaan, avec tous leurs troupeaux, d’ovins, caprins, avicole, dromadaires et chameaux mais aussi femmes, enfants, servantes et servants

La famille d’Abraham grandit et comme l’avait promis EL-SHADDAÏ, il eut un Fils Isaac, qui engendra Jacob, Jacob nommé « Israël » procréa les douze tribus d’Israël qui fécondèrent le début du « Peuple » hébreux et sa civilisation. La Bible dit que quatre-cent-trente ans plus tard ils étaient six cent mille hommes de pieds.

Lamp-ant-égypt

Ce Peuple hébreu devient l’esclave des égyptiens ! Pourquoi ? En premier parce que ce peuple devenait plus nombreux que les autochtones ! Est-ce la réalité, ou, les hébreux connaissaient le secret de la lumière c’est-à-dire de l’électricité sans fil ?

Voilà pourquoi Ramsès II le Pharaon égyptien de l’époque ne voulait pas que ces hébreux partent ! Car ce secret était très bien gardé par les prêtres hébreux et seuls un petit nombre le connaissait, mais entre-eux personne ne savait qui était les détenteurs de ce secret.

Est-ce vrai ?  Des hiéroglyphes en donnent la preuve ! En effet ces dessins montrent des ampoules, mais aussi l’éclairage des temples, ainsi que comme dessins un hélicoptère de notre époque, un sous-marin, une automitrailleuse, et un autre engin de guerre inconnu. Ces dessins recopiés viennent de l’époque antédiluvienne, où d’extraterrestre venu visiter la Terre, mais à cela je n’y crois pas du tout.

Tout ce que je vais écrire ci-dessous vient de mes recherches et de ma réflexion, mais c’est une supposition qui, il me semble pourrait être une partie de vérité car dans ces galeries égyptiennes, sont inscrit pour l’éternité des hiéroglyphes étranges, mais le plus étonnant c’est ce manque de trace d’éclairage sur ces murs, alors pour écrire d’où venait la lumière ? En effet aucune marque de suie, d’éclairage avec des torches, ces bâtons sur lesquels les humains ficelaient de la paille très serré qu’ils trempaient dans de la résine de pins, puis, une fois bien imbibé ils y mettaient le feu pour s’éclairer avec une torche tous les vingt coudées environ. Je réitère, aucune trace de ce système d’éclairage, le haut des galeries et les plafonds, parfaitement propre. Comme écrit au-début les humains antédiluviens maitrisaient la mécanique et l’électricité sans fil, mais aussi l’astronomie, ainsi que la divination sur l’humain avec l’astrologie. N’oublions pas que les humains de l’époque antédiluvienne jouèrent aux apprentis sorciers en essayant de changer la génétique des animaux et de l’humain pour vivre éternellement. Sur la Terre à l’époque il n’existait qu’une seule langue, qu’une seule couleur de peau, et l’humain était devenu exécrable dans sa méchanceté, par son esprit et son cœur, seul un petit nombre était resté fidèle à EL-SHADDAÏ, avec ses Lois et ses Préceptes.

Ant-dessin pyramide

Les pyramides que l’on retrouve sur toute la Terre, même en Antarctique, les calendriers solaires et lunaires inscrit dans la roche pour l’éternité, sont des vestiges des humains antédiluviens, tout comme ces immenses statues de l’ile de Pâques tournées vers la mer et ces habitations qui sont dans les fonds marins. Ces statues ont été façonnée en représentation de leurs Dieux, car comme aujourd’hui, l’idolâtrie était mondiale, car il n’y avait qu’un Continent qui allait du pôle Nord au pôle Sud, avec une seule mer qui entourait l’aride, c’est-à-dire la terre.

Aujourd’hui certains scientifiques font des éloges sur l’intelligence des Égyptiens en mathématique et en géométrie, mais quel est l’humain égyptien qui avait ces connaissances ? Les premiers hébreux, soixante-dix au total, vinrent en Égypte à l’ère des Rois ou Pharaon Hyksôs -1750 - -1550, approximativement car les historiens ne sont pas d’accord sur la venue de ces humains qui connaissaient l’arc composite, le char, et le cheval, ce qui en faisaient de terribles combattants, craint de nombreux Rois et Princes qui aimaient mieux passer des accords et payer un tribut, plutôt que de combattre sachant par avance la supériorité dans l’art de la guerre de ces humains, peuple pluriethnique.

La première pyramide construite en Égypte fut celle de Djéser, construite en -2600 av.l’EC, qui est une pyramide à degré sur le site de Saqqarah. La construction des monuments pyramidaux date de l’époque où la Terre ne faisait qu’un seul Continent, ou les humains avaient comme grandeur quatre mètres en moyenne et pesaient deux-cent-cinquante à trois-cents kilogrammes, parlaient le même langage, la langue divine, celle du premier humain, « L’Hébreu », et descendaient au niveau esprit et intelligence de la perfection. Ces pyramides avaient une utilité autre que d’être des tombeaux pour humains. Les connaissances antédiluviennes sur les ondes et les atomes ainsi que l’électricité statique de la planète, étaient beaucoup plus avancés que notre technologie désuète.

Antiq-Pyramide--Sakkara

Aujourd’hui notre intelligence, et je parle des scientifiques, mathématiciens, astronomes, physiciens et géophysiciens, chimistes représentent le dixième de l’intelligence commune des humains de cette époque, et en plus je suis généreux car la perfection du sang et de la matière grise était proche de son origine, le sang avait encore sa qualité de défense, la tare adamique, le microbe maladif de la mort ne se multipliant que par la reproduction des humains, qui pouvait à l’époque se marier entre frères et sœurs, leur progéniture ne faisant pas des trisomique comme à l’époque de Jésus le Nazôréen, alors aujourd’hui cela s’est amplifié à la vitesse vertigineuse car en l’an 1908 nous étions un milliard huit-cents- millions d’êtres humains, et un siècle après soit en l’an 2008 nous étions six milliard cinq-cents millions et aujourd’hui en 2020 nous sommes à sept milliards six-cent-cinquante millions d’êtres humains sur la Terre et le sang comme la matière grise ce sont détériorés à la même vitesse. Dans une goutte de notre sang, il y a toute notre génétique, remontant à notre origine, mais il y a aussi mille à mille deux-cents usines chimiques, effarent ! ….

J’en revient à Abraham et aux secrets qu’il a retransmis à ses proches. Abraham est parti avec son neveu Lot, qu’il considérait comme son fils, mais aussi toute la population multi-ethnique qui le servait, en terre de Canaan où coulait le lait et le miel. Il avait acquis une grande connaissance et l’Ange Ouriel pendant tout ce temps lui apprit les secrets importants, ceux qu’il allait se servir, comme l’électricité sans fil, ou la pile que l’on nomme de Bagdad.

C’est cela que je désirai démontrer, le recule intellectuel de l’humain, de l’intelligence humaine qui régresse au fur et à mesure de la reproduction humaine, car la stature de l’humain change, mais aussi la composition du sang, ainsi que ses défenses immunitaires amoindris

Ile de Pâq-Easternislands

Je suis convaincu qu’après le Déluge, EL-SHADDAÏ dégénéra l’intelligence humaine pour éviter que les humains ne recommencent leur folie destructive en deux mille deux cents ans.

Abraham est le père de la civilisation hébraïque, car c’est sa descendance qui forma le peuple hébreu en Égypte. Ma question, est-ce EL-SHADDAÏ son Dieu qui lui donna certains secrets comme le (pi), le nombre d’or, l’énergie solaire, la science géométrique des mesures et des angles, retransmis aux égyptiens négrophiles de l’époque, pour construire des pyramides qui n’étaient pas des tombeaux, mais des centrales électriques. Les humains de sciences mathématiques sont étonnés de l’intelligence des égyptiens de cette époque surtout sur la vitesse de la lumière, le périmètre de la Terre, la distance Terre-Lune, ainsi que certains calculs géométriques avec les signes du Zodiaque. Une dernière question, pour écrire leurs hiéroglyphes dans les galeries comment se sont-ils éclairés ? …

Les « Hébreux », peuple formé à partir d’un seul humain, Abraham, qui se multiplièrent en terre étrangère pour former un peuple, le peuple Hébreux, qui se forma en quatre-cent-trente ans en terre égyptienne, ce peuple qui vivait et ce comportait sur les Lois et Préceptes de leur Dieu, ce Dieu qui est le Dieu de tous les humains de la Terre, ce « Peuple » qui eut son heure de gloire et de grandeur à l’ère du roi David puis de son fils Salomon.

Ce Peuple choisi par le seul Dieu de la Terre et de l’Univers, ingrat envers ce dernier, et pourtant l’aide et la protection de ce Dieu pour son « Peuple » fut énorme, mais celui-ci ne fit que des guerres fratricides, reniant son Dieu, alors il fut envahi par tous les grands empires du Bassin Méditerranéen, et du Moyen-Orient, Perses, Grecques, Romains, Égyptiens, et les humains formant ce peuple furent dispersés sur toute la Terre.

Montagnes du Sinaï- Une région volcanique

Les « Hébreux », comme d’autres civilisations auraient dû disparaître de la surface de la Terre, oui mais voilà ! il y a ce Dieu, celui de tous les humains sans exception, qui les protégea de la disparition, mais tout le long des siècles les « Hébreux » furent martyrisés, par la haine des autres peuples. En effet en l’an 70 de l’EC le pays d’Israël fut rayé de la carte, et il faudra attendre l’an 1948 pour que les « Hébreux » retrouvent leur pays, Israël, suite au génocide hitlérien qui fit plus de six millions de mort, uniquement des « Hébreux », dans les camps de concentration avec les chambres à gaz, qui fit honte à l’humanité mondiale.

De la religion hébraïque naitra le « Christianisme », mais cela est une autre histoire.

Beaucoup de mystère entoure ce peuple et son Dieu qui est notre Dieu à nous tous humains, c’est le seul et l’unique Dieu créateur de tout l’Univers et de l’humain, cette merveilleuse machine, ce pantin magnifique créé pour vivre éternellement, et nos scientifiques reconnaissent volontiers que le vieillissement est contre nature.

Portez-vous bien et prenez soin de vous !

Salutations cordiales !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

lundi 13 avril 2020

NdR-Chap. N° 12 - Les Hébreux volet IV

Naissance des Religions

 

 

 

Les prémices vers des Grandes Religions

 

 
 
LES HÉBREUX Volet IV

 

Chapitre N° 12

 

 

 

 

 

Après avoir étudié cette langue dans les montagnes Abram exigea que ses proches ainsi que ses servantes et serviteurs parlassent cette nouvelle langue. Dans cette région de Mésopotamie les humains parlaient le sumérien, akkadien, araméen, hittite, ougarite, amanite, cananéen, chaldéen, etc., chaque ville, chaque province avait son idiome, et quand les humains se faisaient la guerre le vaincu devait parler la langue du vainqueur.

Abram était toujours dans les montagnes faisant paître son grand troupeau et la voix de l’Être Suprême lui parvint en ces termes Jubilés XV : « Et le seigneur apparut à Abram et lui dit : « – Je suis EL-SHADDAÏ accorde-toi avec moi et sois parfait et je ferai mon alliance entre moi et toi et je te multiplierai extrêmement ».

Et Abram tomba sur sa face et EL-SHADDAÏ parla avec lui et dit : « – Voici mon ordonnance est avec toi et tu seras le père de plusieurs nations. Plus jamais ton nom sera appelé « Abram » mais ton nom sera « Abraham » à partir de maintenant et même pour toujours, car je t’ai fait le père de plusieurs nations. » »

Anim

C’est à partir de ce jour que Abram se fit appeler comme ce « Dieu au-dessus des Montagnes » l’avait nommé, Abraham et tous ceux qui le connaissaient le nommèrent ainsi puisque pour eux c’était sa volonté.

Les premiers Hébreux venaient de naître, et Abraham quitta son père pour aller en Canaan le pays qu’EL-SHADDAÏ lui donnerai pays, qui à l’époque coulait le lait et le miel, la Palestine d’aujourd’hui.

Abraham commença son périple il y a approximativement quatre mille quarante ans, la Péninsule Arabique n’était pas aussi désertique qu’aujourd’hui puisque les montagnes du Sinaï étaient volcaniques avec un grand nombre de volcan en éruption et la Palestine qui se nommait Canaan était verdoyante, boisée et bien arrosée par des petites rivières qui ont disparu à notre époque.

Abraham le premier Hébreux qui engendra Isaac et Isaac engendra Jacob et Jacob engendra les douze tribus d’Israël, car Jacob ne portait plus son nom, mais comme Abram qui devint Abraham, Jacob portait le nom qu’EL-SHADDAÏ lui avait donné soit « Israël »

Selon la Bible, à l’ère de Joseph qui est le Grand Chambellan de l’Égypte qui est sous la domination Hyksôs il y aurait eu une grande famine en Palestine, mais historiquement il n’y a pas de trace de cette famine et les Hyksôs ont envahie l’Égypte approximativement de -1670 à -1548 avant l’EC.

Joseph vice Roi d'Égypte

Dans le récit biblique de la vie de Joseph aucune date ne peut nous éclairer, et cela est bien dommage. Joseph est venu « Grand Chambellan » du royaume de Basse et Moyenne Égypte à l’âge de trente ans d’après la Bible. Joseph aurait vécu sous trois Rois Hyksôs, Mery-ouser-Rê, Souser-en-Rê, et Âa-gen-en-Rê, à moins que ce ne soit un conte mésopotamien du cinquième siècle avant l’Ère Commune (EC) qui aurait été transformé et incorporé à la Bible, ce que personnellement je trouve impossible.

Une certitude, Jacob que l’on nomme « Israël », est arrivé en Égypte avec toute sa famille, soit soixante-dix personnes et ils s’installèrent dans le Delta du Nil, et ils nommèrent cette région le « Goshen ». Jacob et les siens descendant direct d’Abraham se nommaient « les Hébreux » et ils gardèrent ce nom ! La région du « Goshen » devint fertile grâce à l’élevage des ovins et caprins, mais aussi grâce à la culture de la terre tel qu’EL-SHADDAÏ l’avait ordonné. La population des Hébreux était aussi fertile que la terre et les animaux et les hébreux devenaient de plus en plus nombreux et il leur fallait de plus en plus de terre à cultiver, mais aussi en pâturage.

Joseph décéda à l’âge de cent-dix ans, et la suprématie Hyksôs disparue quelques décennies après et les dynasties pharaoniques reprirent leurs cours. Entre la dynastie Hyksôs Âa-gen-en-Rê et celle de Ramsès II, quatre siècles passèrent. Les Hébreux se multiplièrent à tel point qu’ils devinrent plus nombreux que les autochtones qui étaient des Égyptiens. Le Pharaon de l’époque Ramsès I fit tuer tous les enfants mâles de deux ans et en-dessous pensant que les hébreux se reproduiraient moins, mais la mortalité enfantine était moindre chez les hébreux que chez les égyptiens dû à l’hygiène des hébreux et aux Lois de leur Dieu, « EL-SHADDAÏ » sur l’éducation des enfants.

De soixante-dix humains, la descendance d’Abraham, en quatre-cent-trente ans devint un « Peuple » en terre étrangère de plus de six cents mille hommes de pieds quand EL-SHADDAÏ libéra son peuple de l’esclavage égyptiens avec Moïse à leur tête comme guide.

Fidèle à Ê

Comme je viens de l’écrire le « Peuple Hébreu » a pris ses racines en terre « Étrangère », ainsi qu’une civilisation. Ce nouveau « Peuple, les Hébreux » en « Terre Étrangère » suivait, non les Lois du Pays où il se formait, grandissait, mais les Lois des premiers humains qui vécurent une année dans l’Arche, pendant le Déluge, soit les Lois qu’EL-SHADDAÏ donna à ces humains, au sortir de l’Arche, quand celui-ci se posa sur la terre ferme, et que ces humains sortirent de cette « caisse à savon » et que cet Être Suprême passa une alliance éternelle entre « Lui » et les « Humains » en posant un « Arc-en-Ciel » dans les nuées, afin que les Humains, comme « Lui », se souviennent de cette « Alliance » indestructible et éternelle, comme quoi, « Lui » ! EL-SHADDAÏ ! le seul et l’unique « DIEU » de tout l’Univers, ne supprimerait jamais plus, toute chair vivante sur la terre de la Terre, par un « Déluge Planétaire », à cause de l’Homme, par les péchés abominables des Humains !

Bien des siècles après le Déluge, les humains vivant sous les Lois Noachides, recommencèrent leurs péchés abominables et ils n’eurent pas confiance dans l’Alliance éternelle entre l’Être Suprême et Eux et commencèrent à construire une Tour qui monterait jusqu’au Cieux afin qu’ils ne périssent pas tous par un « Déluge ». Les humains construisirent cette Tour pendant quarante-trois ans avec femmes, enfants, vieillards, seuls étaient exclus les agriculteurs, apiculteurs, et bergers tous les autres humains valides devaient aller à la construction de la Tour, mais il me semble que je vous ai déjà tout écrit sur cette Tour.

La langue Divine disparue à la dispersion des humains sur toute la Terre, après leur changement d’aspect et la confusion de leur langage avec un grand nombre d’idiome qui pour certain deviendront des langues de civilisation comme le romain, le mède, le perse, le grec ou encore l’égyptien, etc.

Cette langue, l’Hébreu, revient avec Abraham, mais en plus de cela, pour reconnaître son peuple l’Être Suprême impose à Abraham la circoncision de tous les enfants mâles le huitième jour après leur naissance.

EL-SHADDAÏ libéra son peuple avec à leur tête un homme du nom de Moïse. Comme écrits plus haut les Hébreux devinrent un « Peuple » en terre « Égyptienne » et ces Hébreux devinrent une « Civilisation » comme les Phéniciens, Sumériens, Perses, Akkadiens, Philistins, etc, mais beaucoup de ces civilisations disparurent de la surface de la Terre absorbées par d’autres, mais pas les Hébreux, pourquoi ?

Avant de répondre à cette question je reviens à Moïse et à la relation qui exista entre lui et son Dieu « EL-SHADDAÏ ». En effet cet Être Suprême avait pour cet humain une attention particulière. Cet humain imparfait, meurtrier même puisqu’il a tué un égyptien, fut le porteur de toutes les Lois Bibliques et hébraïques, particulièrement ce Décalogue connu par tous les humains de la Terre que l’on nomme les « Dix Commandements » ( Exode XX : 1-17 et Deutéronome V : 6-22 ), et si tous les humains de la Terre mettaient simplement ces dix commandements en pratique, la vie sur la Terre serait admirable.

Exode-la Pâque-Montagnes du Sinaï- (400)

Tous les jours où presque EL-SHADDAÏ et Moïse se retrouvait à l’intérieur de la Tente du Rendez-Vous et conversait face à face, sachant pourtant que Moïse, ne pouvait voir la face de son « Dieu » et vivre, et pourtant tous les deux mettaient au point des Lois, le plus juste possible, qui conviendraient aux humains, n’étant pas trop dur à respecter. Cet Être Suprême connaissait bien la race humaine puisqu’avec Moïse ils firent des Lois sur le divorce, la prostitution, la pédophilie, la zoophilie, les hommes avec les hommes et les femmes avec les femmes, accouplement des femmes et des animaux, la nudité, les règles, les écoulements du sexe, etc …

Du temps que cet Être suprême, ce Dieu Créateur de toute chose, de l’Univers et de cette merveilleuse machine, ce pantin façonné à son image, son reflet, sa plus belle création de tout l’Univers, l’Homme et après la Femme, deux marionnettes magnifiquement gérées, devant vivre éternellement, passa avec ce polichinelle, cet humain, une poussière dans ses mains et pourtant de ces deux êtres tellement opposés en tout allait naître le plus bel amour de la Terre, « l’Amitié ». EL-SHADDAÏ en créant l’humain sur la Terre, il en avait fait un « DIEU » sur celle-ci, être comme Lui dans l’Univers, inventeur, créateur, gestionnaire, sculpteur, il avait fait cette marionnette à son image, en tout.

Que de différences entre ces deux Êtres ! L’un le Dieu, le seul, l’unique de tout l’Univers, Lui le Créateur, Fondateur, Gestionnaire de l’infiniment petit, à l’infiniment grand de tout ce qui est visible, mais aussi de tout ce qui est invisible, il existe un seul Dieu, EL-SHADDAÏ, « LUI ! » et personne d’autre, car avant Lui il n’y avait rien, sauf « LUI », et après Lui il n’y aura rien, à pars « LUI », et cet unicité il tient à la garder contre « vents et marées », car c’est un Dieu « Jaloux », « Autoritaire »

Cet humain, Moïse, avait du mal à s’exprimer, car il avait la langue lourde, mais ce Dieu, cet Être Suprême avait la patience pour l’écouter et cet « Homme » en dehors d’élaborer des Lois avec son « Dieu » pour des humains qui venaient d’être libérer de l’oppression égyptienne et qui vivaient encore sous les seules Lois qu’ils connaissaient Noachides, Abrahamiques, et Égyptiennes pour la vie courante, implorait cet Être Suprême pour pardonner la mauvaise tenue de ces humains envers leur Libérateur.

Entre ces deux êtres naquit un sentiment de cœur, car les deux se respectaient mutuellement, chacun à sa place, faisant attention à ne pas vexer l’autre, EL-SHADDAÏ par sa supériorité en tout, sa puissance, ses connaissances, son autorité, et Moïse avec ce peuple humain ingérable, qui  se plaignait toujours, un jour de manger toujours la même chose, la « manne », l’autre jour d’un manque d’eau, un notre jour du manque de viande, enfin jamais content regrettant même leur vie d’esclave,  un autre jour trouvant les Lois trop dur à respecter, et Moïse sans cesse devait demander l’indulgence, la miséricorde pour ces humains qui n’agissaient que par le mal.

Alors entre ces deux êtres se développa un sentiment d’amour, pas l’amour charnel comme l’humain le conçoit, non, un amour propre, indestructible, venant du cœur et de l’esprit, un amour plus fort que l’humain a, avec son frère ou sa mère, un amour où chacun donnerait sa propre vie pour l’autre. Voilà pourquoi, quand Moïse eut cent vingt ans, EL-SHADDAÏ l’endormit lui-même dans la mort, et l’enterra dans un endroit que lui seul connait, puis il pleura son « AMI » trois jours durant.

Anim

Les « Écritures » disent qu’il n’y a pas eu plus grand amour sur la Terre et dans les Cieux que l’amour entre Moïse et son Dieu EL-SHADDAÏ.

Il faut reconnaître que le sentiment d’amitié il n’y a pas plus beau sur la Terre, car c’est un amour que j’appellerais de platonique mais c’est un amour propre, sans tache, sans traitrise, c’est ce sentiment venant du cœur et de l’esprit, un sentiment droit, pur, respecté volontairement par les deux parties.

Un jour un vieil homme m’a dit : « Jamais dans ta vie tu ne rempliras une main comme amis ( ce qui ne fais que cinq doigt), si tu arrives à avoir le pouce et l’index alors tu es vraiment un homme heureux, mais n’y crois pas trop. »

J’arrive à la fin de ma vie et j’ai un ami, un seul et pourtant des humains qui disaient être mon ami il y en a eu beaucoup, mais sur le nombre un seul est resté.

Quand EL-SHADDAÏ appelle MOÏSE mon « AMI », le terme est pur, parfait venant de se Dieu seul et unique que nous prions, et quand je vous écris je pense à mon « AMI » Alain, voilà plus de vingt ans que nous nous fréquentons dans les joies et dans les peines, mais l’un soutient l’autre, sans aucune contrepartie.

Revenons sur ce « Peuple », les Hébreux !

Le temps passe pour ce peuple Hébreu, mais aussi pour moi !

Sincèrement je pensais poser ce texte sur les hébreux, le volet IV, bien avant, oui, mais voilà, la maladie en a décidé autrement. Selon les médecins du CHAL, (Centre Hospitalier Alpes Léman), puis du CHU de Grenoble, (Centre Hospitalier Universitaire), j’avais le Cancer aux deux pieds et ils devaient m’amputer. Là, je suis convaincu qu’il y a eu quelqu’un au-dessus de ma tête, car mon esprit fut guidé sur le Centre Cancérologique de Lyon. J’ai cherché ce Centre sur Internet et j’ai trouvé le Centre Léon Bérard à Lyon. Toujours grâce à Internet, j’ai téléphoné à ce « Centre ». Là, pour les cas rapides et importants un numéro de téléphone me fut fourni ainsi qu’une adresse « courriel ou mail » pour expliquer votre cas. Ce que j’ai fait ! Très peu de temps après je recevais une convocation du Centre Léon Bérard à Lyon, avec un docteur en dermatologie. J’ai été avec mon épouse à cette convocation. Ce docteur en dermatologie, quand elle a vu l’état de mes jambes et de mes pieds, m’a demandé si j’étais prêt à faire un sacrifice, de ne plus voir mon épouse pendant quinze jours, trois semaines, voire plus si nécessaire. Ce que j’ai accepté avec empressement. Ce docteur m’a envoyé au Centre de dermatologie des Hospices de Lyon Sud. Là, ils ont refait tous les examens et c’est comme cela que j’ai appris que je n’avais le Cancer qu’à un seul pied, le droit, et qu’il n’était plus question de me couper les pieds. De plus au niveau soins, les infirmières firent un travail splendide. J’ai vraiment eu de la chance, alors cette chance je la crois à un Être qui est au-dessus de ma tête, et qui veille sur moi, cela ne peut être autrement !

En ce jour, le 07/04/2020, jour de la Pâque qu’EL-SHADDAÏ nous demande de fêter, je n’ai pas pu vous prévenir de ce jour tellement important pour nous, ses « Enfants », et je n’étais pas là, car je suis sortie de l’hôpital ce jour, à 11h30mn. Pourtant le soir après le coucher du soleil, mon épouse et moi-même nous fêtâmes la Pâque en pensant à vous, mais j’étais dans l’incapacité de sortir un mot de ma bouche. En effet, ce DIEU seul et unique, m’a prouvé son existence, mais il m’a aussi démontré qu’il sondait chacun de nous et qu’il nous pardonnait nos fautes. Je vous ai écrit que j’avais le Cancer, un carcinome épidermoïde des deux pieds qui exigeait l’amputation de mes deux pieds, une amputation trans-métatarsienne bilatérale, que j’ai refusé, alors le « CHAL » m’a dirigé vers le CHU de Grenoble qui après examens en est venu au même diagnostiques du CHAL. Là, encore j’ai refusé l’amputation !

Myst

J’ignore pourquoi, mais je voulais un autre avis, car mon épouse a soixante-et-onze ans, alors si je venais à tomber avec mes deux pieds coupés, comment fera-t-elle pour relever un homme de cent-quarante-cinq kilogrammes ? Et j’en reviens à ce que je vous ai conté ci-dessus, plus avant ! Après un mois de soins intensifs, je pouvais le 20/03/2020 à 11h prendre l’ambulance pour entrer chez moi, revoir mon épouse, mais à 9h juste avant de partir le Docteur Anne Marquetti voulu me pratiquer une « Dyopsis » approfondit sur les deux pieds. Ce qu’elle fit sur place, sûr les deux pieds et profondément. Le 30/03/2020, je rentrais en urgence à l’Hôpital du CHAL, avec des difficultés de respiration, de la fièvre importante, et des nausées. Les docteurs internes du CHAL me firent tous les tests du « Coronavirus » et tous étaient négatifs, par contre ils me changèrent de « Service » car j’étais atteint d’Erysipèle bilatérale avec ulcères chroniques. Ce fut dans ce « Service » que j’ai appris que je n’avais plus aucune trace de mon Cancer. L’Interne me certifia qu’il n’existait plus aucune trace de mon Cancer que se soit aux pieds en dermatologie ou dans les ganglions où toutes traces de ce Cancer ne subsistaient plus. Les Internes de l’Hôpital de Lyon Sud, tout comme les médecins et chirurgiens qui me suivirent ne comprirent pas ce phénomène, cette disparition.

Là, je suis dans l’obligation de croire qu’un seul Être était capable de me guérir, de supprimer de mon corps ce Cancer, je parle de ce « DIEU » seul et unique, celui que je nomme EL-SHADDAÏ, lui seul était capable de me guérir de ce poison, peut-être Jésus le Nazôréen, si son Père lui donne le pouvoir de le faire.

Voilà plus de deux mois que je ne vous ai pas écrit, je vous demande de me pardonner, car la maladie à fait son travail, mais comme écrit ci-dessus en 7 jours, la plénitude, ce Dieu seul et unique, EL-SHADDAÏ, me supprima ce Cancer de mon corps, mais j’ignore le jour. Le Cancer n’est plus là, mais la maladie, elle est toujours là, puisque c’est une insuffisance veineuse. Je n’ai pas pu vous prévenir pour la Pâque, je vous demande humblement pardon !

Portez-vous bien surtout en ce moment !

Prenez soins de vous !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

samedi 22 février 2020

NdR-Chap. N°11-Les Hébreux Vol.III - Noé, dispersion Babel, Peuple hébreu formé en Égypte

Naissance des Religions

 

 

 

Les prémices vers des Grandes Religions

 

 
 
LES HÉBREUX Volet III

 

Chapitre N° 11

 

 

Noé, dispersion Babel,

 

 

les Hébreux peuple formé en Égypte

 

 

 

Les cinq premières années les humains vivent en communauté autour de l’Arche, cette caisse de bois servant de refuge et de maison pour les humains, et d’étables pour les animaux domestiques. Le premier animal sauvage à avoir été apprivoisé par l’homme fut le chien.

Autour de l’Arche ils commencèrent l’agriculture, mais aussi l’élevage en particulier des ovins, brebis et moutons, caprins chèvres et boucs, bovins vaches, taureaux et bœufs ainsi qu’un début d’aviculture début de la basse-cour avec poules, coqs, poulets, dindes, dindons, oies et jars, et semi-sauvage tourterelles et pigeons.

Noah-fils et nudité, Nuremberg chronicles (Copier)

Les « Écrits » bibliques nous expliquent que Noé planta en premier les pieds de vigne qu’il avait amené avec lui dans l’Arche. Quatre ans après il fit la première récolte du raisin qu’il pressa pour en faire du vin. À cette époque, les quelques deux cents humains, commençaient à fêter la nouvelle année quand les nuits les plus longues esquissaient une perte de temps et que la lumière gagnait sur ces Ténèbres vers le début de notre mois de Janvier. Pour fêter cette nouvelle année, ils mangèrent, et burent le premier vin depuis le Déluge, simplement qu’avec le soleil, ce raisin était un peu plus sucré, mais aussi un peu plus alcoolisé, et tous étaient soit bien gaie, soit un peu saoul comme Noé.

Là, je trouve le récit biblique un peu injuste avec Cham. En effet c’est le plus jeune des trois fils et c’est lui le premier qui entre dans la tente de son père et celui-ci est « à poil » étalé sur sa couche. Ce jeune garçon va prévenir ses frères qui à deux prennent une grande peau de bête et vont couvrir leur père en ayant la pudeur de ne pas le regarder.

Noé dessaoulé apprend ce qui s’est passé et banni son plus jeune fils car celui-ci l’a vu tout nu. Personnellement je pense que les couvertures de l’époque étaient très lourdes car, comme déjà écrit, les humains mesuraient entre deux mètres cinquante pour les plus petits et quatre mètres pour les plus grands pesant entre deux cents et trois cents kilogrammes. Je trouve ce jugement sévère et injuste car il est le plus jeune.

Dans l’année qui suit il quitte son père avec tous les siens et descend dans les plaines fertiles du Tigre et de l’Euphrate avec son clan environ soixante-dix, quatre-vingt humains, et tous ensembles ils construisirent la première ville avec son irrigation et évacuation des eaux usées. Au fur et à mesure que le clan s’agrandit, les humains construisent des villes dans ces plaines fertiles, et les frères de Cham en deviennent jaloux, alors Japhet à son tour quitte le giron paternel et descend des plateaux du Loubard vers les plaines du Tigre et de l’Euphrate et lui aussi construit sa ville, puis une autre. Sem resta avec son père et érigea une ville sur le plateau Loubard des montagnes Ararat, à quelques encâblures de l’Arche.

Myst

Les humains se multiplièrent et ils avaient le même langage et le même « Dieu ». D’après la Bible, Noé aurait partagé la Terre entre ses trois fils alors qu’il en avait beaucoup plus que cela ainsi que des filles, et qui dit filles dit gendres.

La séparation de la Terre par Noé avec ses trois Fils, ne convenu à personne puisqu’après le décès de Noé les fils firent autre chose, passant des accords entre frères qui ne durèrent pas longtemps.

Trois cents ans après le Déluge, NOÉ voulu un recensement des familles et des tribus en ne comptant que les hommes. L’ensemble sans les femmes et les enfants était de «  … //… Neuf cent quatorze mille cents. Voilà ceux qui furent passés en revue, du vivant de Noé après le cataclysme…… NOÉ vécut trois cent cinquante ans après le Déluge. Tous les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans et il mourut au plateau du mont Loubard au pays de la montagne ARARAT ……//…. »---Antiquités bibliques p 1247 V 5-8, Jubilés X 15-21 p 683.

Les humains continuèrent à se multiplier. Des clans, puis des tribus se formèrent, et après des peuples. Simplement que là les humains ne formaient qu’un seul et unique peuple avec le même langage et cela dura avec la descendance de Cham, jusqu’à Nimrod qui au début marchait avec EL-SHADDAÏ, mais la gloire et la réussite le firent devenir orgueilleux devant l’Être Suprême, et il dériva vers le mal.

Il réunit tous les Rois et Princes de la Terre dans sa ville de Shinéar et là, tous ensembles ils choisirent un endroit dans la plaine du Tigre et de l’Euphrate pour construire une tour qui monterait jusqu’au Cieux pour les sauver tous d’un autre Déluge. Avec l’ingénieur Bélius ils construisent une ville du nom de Babylone et plus loin une tour, où pour se faire ils prirent toute la population de la Terre, avec femmes, enfants, vieillards chacun construisant des briques et posait leur nom dessus. Jubilés X : 34 renverser

Tour de Babel-

« Allez, qu’ainsi nous montions au ciel. Et dans la quatrième semaine ils commencèrent à construire et ils firent des briques au feu et les briques leur servaient de pierre et ils les cimentaient ensemble avec l’argile qui est l’asphalte qui vient de la mer et des fontaines d’eau du pays de Shinéar. Et ils construisirent ça ; 43 ans pour construire ça. La largeur d’une brique était de deux briques et la hauteur était le tiers d’une ; sa hauteur comptait cinq mille quatre-cent-trente-trois coudées et deux paumes, soit deux mille sept-cent-seize mètres et quinze centimètres et la superficie d’un mur était de treize stades pour sa largeur soit un stade mesurait cent-quatre-vingt-cinq mètres soit deux mille quatre-cent-cinq mètres et trente stades, soit cinq mille cinq-cent-cinquante mètres pour sa longueur de l’autre. »

Sous le commandement de Nembroth, le Nimrod de la Bible, et de son ingénieur Bélius avec les autres Princes tous les humains valides, qui ne travaillaient pas la terre ou n’étaient pas bergers, se mirent à la fabrication des briques afin de construire cette Tour. Femmes, enfants, vieillards, et tous les hommes pendant quarante-trois ans vaquèrent à l’élévation de cette Tour. EL-SHADDAÏ descendit voir ce que faisaient les humains sur la Terre et dit : -- (III Bible É.I., Les Antiquités Bibliques VII : 3-5, p. 1251-52)-(Jubilés X :18-27, Antiquités Bibliques VII : 1-5, Philon, de confusione liguarum 56-58)

« Voici qu’ils sont un seul peuple et ils ont un seul langage. Ce qu’ils ont commencé à faire, la Terre ne le supportera pas et le ciel ne pourra tolérer sa vue. Il arrivera, si on ne les empêche pas immédiatement, qu’ils deviendront audacieux en tout ce qu’ils auront décidé de faire.

Voici je vais séparer leurs langues, changer leurs aspects et je les disperserai sur toute la Terre pour que chacun ne connaisse plus son frère et que chacun d’entre eux ne comprenne plus la langue de son prochain.

Je mets les pierres en garde à leur sujet. Ils se construiront des demeures avec les tiges de la paille et ils se creuseront des cavernes et, comme les bêtes des champs, ils habiteront là. Et il en sera ainsi devant moi en tout temps, pour que plus jamais ils ne pensent à cela. Je les considérerai comme une goutte d’eau et je les comparerai à un crachat.

Pour certains, leur fin viendra dans l’eau, quant aux autres, ils seront desséchés par la soif. De préférence à tous ces hommes, je choisirai mon serviteur Abram. Je le ferai sortir de leur territoire et je le conduirai dans la terre que mon œil regarde depuis l’origine.

Pour certains, leur fin viendra dans l’eau, quant aux autres, ils seront desséchés par la soif. »

EL-SHADDAÏ descendit, et nous descendîmes avec Lui. EL-SHADDAÏ fit tout ce qui avait été dit. Il sépara leurs langues, changea leur physique, leur aspect, chacun ne reconnaissant plus son frère, ne comprenant plus la langue de son prochain. C’est ainsi que leur dessein fut brisé et qu’ils cessèrent de bâtir la Tour.

EL-SHADDAÏ les dispersa de là sur la face de toute la Terre. Chacun partit selon son aspect, selon son langage. A cause de cela, on donna à ce lieu le nom de « CONFUSION » et de « RUINE » car EL-SHADDAÏ confondit leurs langages, changea leur visage et leur aspect, qu’il les dispersa sur la face de toute la Terre, et c’est là qu’il envoya un vent violent qui détruisit toute la Tour et la ville. …. »----{ IIIème Bible -- Livre des Antiquités Bibliques, II et III Baruch, IV Esdras, …..etc. }

En lisant ces « Textes » nous comprenons mieux la diversité de la race humaine.

La langue d’origine des humains a disparue ---{ d’après la Bible, c’était l’hébreux , mais cette langue paléo-hébreux a disparue aujourd’hui et le peu de document qu’il nous reste nous ne pouvons les traduire car la possibilité d’erreur est trop grande. }

Aspect des humains 3 couleurs de peau

A la tour de Babel l’aspect et le langage des humains changea, mais en suivant une logique. Tout le clan de Cham eût le changement dans la couleur noire avec les langages et investit tout le Continent Africain, qui prophétiquement fut représenté par Hénoch par un taureau noir. Japhet et tout son clan, représenté dans la prophétie d’Hénoch par un taureau blanc, reçu la couleur de peau dans les blancs avec ses dialectes et idiomes et investirent tout le Continent Européen, quant à Sem représenté prophétiquement par Hénoch par un taureau rouge reçu pour lui et son clan l’aspect de la couleur cuivré qui va du rouge au jaune vif avec toutes les langues qui vont et comme territoire l’Asie Mineur, l’Inde et toute l’Asie. Le Continent des Amériques fut peuplé par les trois souches par voie maritime ou les courants fort vous emmènent des côtes marocaines aux côtes brésiliennes, mexicaines, de Floride en à peine un mois lunaire, avec un simple radeau et une petite voile de quatre mètres sur deux ou trois mètres.

Ce changement brusque et soudain de l’humain arrêtera la construction de cette Tour car plus personne ne se comprenait et ne se reconnaissait. L’humain se dispersât sur la surface de la Terre s’étant regroupé par aspect et par idiome. Depuis ce jour où la Tour de Babel fut détruite par le « Souffle d’EL-SHADDAÏ » ce lieu n’est que désolation et ruine sur la Terre. La ville construite à coté de cette Tour portera le nom de Babylone et c’est de cette cité que sortira tout ce qui touche à l’idolâtrie, l’astrologie, les sciences occultes de la divination, la Prêtrise, et bien d’autres Mystères.

Le langage divin disparue de la Terre quand il y a eu ce changement d’aspect et de langage à la Tour de Babel. Les paléographes parlent d’un hébreu très différent de celui d’aujourd’hui.

Les humains par langage, mais surtout par aspect quittèrent le Moyen-Orient pour se disperser sur toute la Terre. De là, des clans se formèrent, puis des Peuples, et après des Nations.

Le Peuple Hébreux n’existe pas sur la Terre !

Il est assez difficile de trouver la vérité car après le Déluge, les écrits apocryphes donnent deux « Abram », dont l’un serait né à l’ère de Noah, et aurait connu le « Nimrod » de la Bible, à la tour de Babel. Du Déluge à la tour de Babel les humains perdirent entre deux-cents et trois-cents ans de vie, en effet Sem vécut six-cent-deux ans dont cinq-cent-deux ans après le Déluge, et son fils ainé Arpakshad vécut que quatre-cent-trente-huit ans, mais ils s’atrophièrent aussi en armature squelettique car ils devenaient moins grand et perdaient énormément en poids, car quatre générations après les humains ne vivaient plus que deux-cent-quarante ans environ. Arpakshad engendra Shélah qui foisonna Peleg, qui généra Réu, ces deux derniers vécurent deux-cent-trente-neuf ans. Réu proliféra Sérug qui ne vécut que deux-cent-trente ans, procréa Nahor qui ne vit que cent-quarante-huit ans. Les femmes aussi se transformaient en stature et apparence ainsi que les animaux mâles et femelles, ils maigrirent en tout, et leur apparence se transformât comme les humains et eux aussi vivaient moins longtemps, mais en plus, maintenant ils commençaient à se manger entre eux. En effet de nouvelles espèces apparurent sur la Terre pour nourrir certains animaux sauvages comme les Lions, les Panthères, Pumas, Tigres, Léopards, Guépards et ces animaux ne se mélangeaient pas entre eux, ne s’attaquaient pas les uns, les autres car ils avaient pour se nourrir des gazelles, antilopes, zèbres, gnous, etc., et EL-SHADDAÏ avait installé des Lois, des Règles entre eux, animaux sauvages, que chaque espèce respectait car c’était maintenant dans leurs gènes, ce que l’humain nommera, instinct.

Nahor engendra Térah qui engendra trois fils, Abram, Nahor et Hâran

Agneau - Lüneburger Heide

Abram grandit à Ur avec son père et ses frères, et quand Abram eut quarante ans sont père Térah monta à Harân pour la fête du Dieu Lune « Sîn », il monta avec toute sa famille, servantes et serviteurs et leur famille avec tous leurs biens, avec ses troupeaux d’ovins et caprins et ses nomades étaient appelés « Ceux qui passent », mais Térah se trouva bien en ce lieu d’Harân et il y resta lui et tout son clan.

Et Abram faisait paître son troupeau dans les vallées de la source de l’Euphrate et c’est dans une de ces vallées que pour la première fois il eut l’impression que quelqu’un lui parlait des Cieux, Genèse XVII : 1, « Et l’Être Suprême apparut à Abram et lui dit : « – Je suis EL-SHADDAÏ marche en ma présence et sois parfait et je ferai mon alliance entre moi et toi et je te multiplierai extrêmement. » » Plusieurs jour après, toujours dans ces vallées près de la source de l’Euphrate, cet Être Suprême parla à cet homme simple qui cherchait de la nourriture pour son troupeau de brebis et de chèvres Jubilés XII « – Pars de ce pays et de ta famille et de la maison de ton père vers un pays que je te montrerai et je ferai de toi une nation grande et nombreuse et je te bénirai et je rendrai ton nom grand et tu seras béni sur la terre, et en toi toutes les familles de la terre seront bénies ; je bénirai ceux qui te bénissent et maudirai ceux qui te maudissent et je serai un Dieu pour toi et tes fils et au fils de ton fils et à toute ta semence. Ne crains pas à partir de maintenant et pour toutes les générations de la terre, je suis ton Dieu ! » Essayez de vous mettre à la place de cet homme ? Il est seul en pleine montagne, avec ses bêtes qu’il surveille et à cette époque l’humain avait déjà dompté et dressé la race du chien pour la garde des troupeaux, mais aussi pour aider l’homme à regrouper ses bêtes car ils en avaient plusieurs centaines, alors cet humain est en pleine montagne et il entend quelqu’un qui l’interpelle et lui parle. Cette voix lui demande de quitter son père pour aller en terre inconnue. La crainte, la peur s’installe chez cet humain, surtout à cette époque où les humains croyaient en une multitude de « Dieux » et de superstitions.

Lui, Abram, croit en un seul « Dieu » qui vit au-dessus de sa tête, au-dessus des plus hautes montagnes et la première fois que cet Être interpelle Abram, il ne lui donne pas son « Nom », car au-dessus je vous ai écrit ce que dit la Bible, mais en vérité il lui dit : « Je suis le Dieu de ton cœur et de ton esprit, je suis ton Créateur, je suis le Fondateur de tout ce que tu vois, de tout ce que tu respires, je suis le seul et unique Dieu, marche avec moi, dans mes Lois et Préceptes et sois parfait, je ferai de toi ….. » et c’est Abram qui lui donne le nom de « DIEU au-dessus des Montagnes soit EL-SHADDAÏ » et c’est ainsi qu’il parle de lui, et c’est ce Nom qui lui donne !

Montagnes du Sinaï--Sinai

Abram ne part pas tout de suite, mais voilà ce qui se passe dans ces montagnes. Abram restait plusieurs mois dans les pâturages de montagne car l’herbe est meilleure et plus grasse pour les animaux. Encore une fois Abram est interpelé, mais cette fois-ci EL-SHADDAÏ n’est pas tout seul il est accompagné par les Anges dont Ouriel et Vevriel l’Ange qui dicta à Hénoch : « Et le seigneur Dieu dit : « – Ouvre sa bouche et ses oreilles pour qu’il puisse entendre et parler par sa bouche le langage qui a été révélé et qui avait cessé sur les bouches de tous les enfants des hommes le jour du renversement de la Tour de Babel. »

« Alors j’ouvris sa bouche et ses oreilles et ses lèvres et commençai à parler avec lui en hébreu, dans la langue de la création. Et il prit les livres de ses pères qui étaient écrits en hébreu et il les transcrit et à partir de ce moment-là il commença à les étudier et je lui fis connaître ce qu’il ne pouvait comprendre et il les étudia pendant six mois de pluie. »

EL-SHADDAÏ a la puissance pour sonder l’esprit et le cœur de chacun de nous et cela ce n’est pas la première fois que je vous l’écris. C’est ce qu’il a fait avec Abram et il l’a trouvé juste pour connaître le langage antédiluvien c’est-à-dire celui de la création. À partir de ce jour Abram et toute sa famille, son clan seront appelés « Hébreux »

Myst

Je fais un interlude et je vais parler de moi. Comme déjà écrit vous savez que j’ai un Cancer qui malheureusement ne guérit pas, et les cellules de ce Cancer de la peau s’attaquent à d’autres partie du corps, qui vous font atrocement souffrir. Voilà plus d’un mois et demi que je ne vous avais pas écrit, et je pense que je vais rester encore un bon mois avant de vous écrire puisque je vais au centre oncologue dermatologie pour observation pendant quinze jours et sûrement plus, à Lyon Sud. Alors je sais que mes jours sur cette Terre me sont comptés, mais cela ne m’empêche pas de rester fidèle à ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ comme le faisait Abraham.

Vous aussi dans les moments difficiles pensez à cet Être qui nous connait chacun individuellement. Je reconnais que je n’ai pas peur de la mort, mais cette inconnue me pose quand même des questions. La mort par elle-même c’est l’endormissement du corps, mais « Lui », « l’Esprit » va continuer à vivre. C’est notre clone invisible qui part vers le Jugement, car il à été dit à la terre de la Terre : « N’oublie pas terre de la Terre il te faudra rendre la chair d’avec ses os, toute la chair et tous les os afin que cet être redevienne une âme vivante sur la Terre »

Je nomme cela la résurrection, mais je pense qu’EL-SHADDAÏ nous mettra à l’épreuve avant de passer les mille ans de vie qui représente un jour, et ce n’est que justice, mais à cette seconde mort n’existe pas de résurrection.

Il faut que je vous repose la « Prophétie du Quidam » alors j’espère que ce Dieu que j’aime me laissera le temps nécessaire, celui de finir ce que j’ai commencé, plus la Pâque, important, à ne pas oublier, et cette prophétie.

J’espère que la lecture fut bonne pour vous, portez-vous bien !

Prenez soins de vous et priez en premier le « Père » et seulement notre Roi en second, je parle de Jésus le Nazôréen qui n’est pas un Dieu, mais seul son Père, EL-SHADDAÏ, est un DIEU.

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

mardi 31 décembre 2019

Fêtes Chrétienne - Jour de l'An - Fête Païenne ou fête Chrétienne

Fête du Jour de l’an 2020

 

 

 

Jour de l’AN, Fête païenne ou Chrétienne ?

 

 

Baptême ou circoncision de Jésus le Nazôréen

 

 

 

 

 

Jésus le Nazôréen est hébreu, juif en français, et le huitième jour après sa naissance il doit être offert à EL-SHADDAÏ par la circoncision, donc s’il est né un 25 décembre le baptême par la circoncision doit avoir lieu le 1er Janvier.

Autour du Bassin Méditerranéen, en montant jusqu’en Europe centrale, disons comme frontière les fleuves, d’un côté le Danube, le Rhin, l’ile Angle, de l’autre l’Indus, toute l’Asie Mineure, la péninsule Arabique et l’Afrique du Nord les Empires se font et se défont, Mèdes, Perses, Assyriens, Babyloniens, Grecques et Romains. Les divinités changent souvent de nom, tout en gardant leur statut originel tel que Cybèle, Reine des Cieux, nommée aussi Astarté déesse de Babylone, tout comme Tammuz qui est Adonis chez les Grecs.

 

Ast- 10- Orig

Quels étaient les marques de festivités générales dans ces pays et régions du Solstice d’Hiver et de la nouvelle année sachant que toutes ces festivités ont eu pour berceau la Mésopotamie, en particulier la ville de Babylone, l’Égypte, la Grèce et pour terminer Rome.

Commençons par les festins, la ripaille !

Isaïe LXV :11-12

« Quant à vous tous qui abandonnez Yahvé, qui oubliez ma montagne sainte, qui dressez à Gad une table, qui versez à pleine coupe des mixtures pour Meni, je vous destinerai à l'épée, tous, vous courberez l'échine pour être massacrés, car j'ai appelé et vous n'avez pas répondu, j'ai parlé et vous n'avez pas écouté; vous avez fait ce qui est mal à mes yeux, vous avez choisi ce qui me déplaît. »

En Écosse et dans les pays Scandinaves les humains fêtaient le dernier jour de l’année, nommé Hogmanay, qui est toujours de rigueur aujourd’hui simplement que le vin nouveau est remplacé par un grand verre de whisky.

Les racines de Hogmanay remontent peut-être aux fêtes païennes du Solstice d'Hiver parmi les scandinaves, incorporant les coutumes de la célébration gaélique du nouvel an, Samhain. En Europe, elles étaient devenues les fêtes des Saturnales, un évènement festif romain de l'hiver. 

Les vikings fêtaient Yule, qui contribua plus tard aux douze jours de Noël, ou Daft Days,  « jours stupides », comme ils étaient parfois appelés en Écosse. Les festivités de l'hiver devinrent clandestines avec la Réforme Protestante en 1545 environ, mais furent tolérées à la fin du XVIIème siècle.

 

Celte-Cüchulainn au combat, mythologie

Dans le sud de l'Écosse, la communauté sait qu’à Hogmanay, ou la veille du nouvel an, parmi ceux qui observent encore les vieilles coutumes, ils préparaient une table avec des gâteaux et autres friandises qu’ils offraient, certains distribuant des galettes de gruau et de fromage à ceux qui n'en voyaient jamais, qu'à cette occasion, le tout accompagné d’une boisson forte entrant pour une large part dans le menu du jour.

Il y a de nombreuses coutumes, nationales comme locales, associées avec Hogmanay. La coutume nationale la plus courante est la pratique du first-footing, prenant place immédiatement après minuit. Ceci consiste à être la première personne à franchir le pas-de-porte d'un ami ou voisin, et fait souvent intervenir le don d'un cadeau symbolique comme du sel, moins courant actuellement, du charbon, un whisky ou un petit pain noir, sorte de gâteau riche avec des fruits confis. Ce don vise à apporter différents types de chance au propriétaire de la maison.

Dans la mythologie scandinave, Yule est le moment de l'année où Heimdall, de son trône situé au pôle Nord, accompagné des Æsirs, l'Ansuzgardaraiwo, revient visiter ses enfants, les descendants de Jarl l’un des innombrables noms d’Odin. Ils visitent ainsi chaque foyer pour récompenser ceux qui ont bien agi durant l'année, et laissent un présent dans leur chaussette. Cette fête nordique et scandinave durait douze jours, du Solstice d’Hiver à la nouvelle année

Quand le christianisme commença son expansion en pays scandinaves et nordiques au IX siècle, les Prélats de cette religion associèrent rapidement cette fête païenne importante en la christianisant avec la naissance de Jésus-Christ.

Babylone au XVIIIème siècle av. l’EC., était le centre du monde civilisé. Cette ville, où plutôt cette région était le centre de la propagation du paganisme jusqu’aux extrémités de la Terre.

 

Celte-Lugh au combat par Millar

Ainsi les coutumes du Solstice d’Hiver qui existent encore aujourd’hui sous l’appellation « Fêtes de Noël et de Fin d’Année » jettent une lumière étonnante sur les révélations de la grâce faite à toute la Terre, au sens spirituel, prouvant à l’humanité qui veut bien réfléchir, le pouvoir de SAMMAËL qui se nomme aussi Béliar, Mastéma, Satan, Belzébuth, plus tous les autres, et ses émissaires Shémêhaza, Hermoni, Baraqiel, Aratagif, Kokabiel, Sahriel, etc …, sur l’humain, en l’influençant sur l’idolâtrie, les science occultes comme l’astrologie, la divination, le spiritisme, le charme et l’enchantement pour travestir la vérité.

Vous mes semblables, sans entrer dans toutes ces sciences occultes, je peux certifier que SAMMAËL à d’énormes pouvoir sur la race humaine, qu’il peut, ce servant d’humain, se déguiser en « Ange de Lumière », mais qu’il peut au moyen des ondes existantes autour de la planète Terre, faire apparaître une « Madone », mais aussi jouer le rôle antique des guérisseurs, comme à Lourdes où dans d’autres lieux de la Terre, les « Marchands du Temple » faisant fortune par le manque de raisonnement de la race humaine.

Oui ! Comme souvent je l’écris, l’humain est responsable de lui individuellement. Ne faites pas comme Ève ou Adam en rejetant sa propre faute sur autre chose, ayez le courage de reconnaître votre faute, votre péché, cette action est le début du sentier qui mène à ce Dieu unique, votre dieu « Dieu » que je nomme EL-SHADDAÏ.

D'après les poètes latins Ovide, Fastes, Virgile, Énéide, Saturne détrôné par son fils Jupiter, et réduit à la condition de simple mortel, vint se réfugier en Italie, dans le Latium, où il rencontra le dieu du commencement, Janus. Avec lui, il inventa l'âge d'or : l'égalité des conditions fut rétablie ; aucun homme n'était au service d'un autre. C'était pour rappeler la mémoire de cet âge heureux que les humains célébraient à Rome et dans l’Empire, les Saturnales, d'abord du 17 au 21 décembre, puis plus tard du 17 au 25 décembre.

Pendant ces fêtes, ils suspendaient la puissance des maîtres sur leurs esclaves, et ceux-ci avaient le droit de parler et d'agir en toute liberté. Tout ne respirait alors que le plaisir et la joie. Les tribunaux et les écoles étaient en vacances. Il n'était permis ni d'entreprendre aucune guerre, ni d'exécuter un criminel, ni d'exercer d'autre art que celui de la cuisine. Ils s'envoyaient des présents, et ils donnaient de somptueux repas. De plus tous les habitants de la ville cessaient leurs travaux, la population se portait en masse vers le mont Aventin, comme pour y prendre l'air de la campagne. Les esclaves pouvaient critiquer les défauts de leurs maîtres, jouer contre eux, et ceux-ci les servaient à table.

Les hommes et les femmes portaient des guirlandes autour du cou et s'offraient toutes sortes de menus-cadeaux en terre cuite. Les gens sacrifiaient aussi symboliquement un mannequin représentant un jeune homme, pensant ainsi transmettre la vitalité du personnage à la nouvelle année. Cette fête des sigillaires, « ancêtre » de la Saint Sylvestre, concluait les festivités à la fin du mois de décembre.

Un marché spécial avait lieu, le sigillaria. Des figurines étaient suspendues au seuil des maisons ainsi qu’aux carrefours.

 

Aucom-Paysage créé au commencement

Tous les Romains criaient dans la rue :

« Bonnes Saturnales ! ».

Les humains du XXème et XXIème siècle pensaient avoir tout inventé avec leur Marché de Noël, alors que tout cela existait déjà dans l’Antiquité et au Moyen-Âge !

Les Saturnales, bien entendu, honoraient Saturne, le dieu du feu, nommé Kronos ou Cronos dans la mythologie grecque. Saturne était le dieu du Soleil et des semailles parce que la chaleur de ce Soleil était nécessaire pour permettre l’ensemencement et la croissance des cultures. La planète Saturne a hérité ce nom plus tard car, parmi toutes les planètes, ses anneaux et sa couleur rouge brillant représentait le mieux le dieu du feu !

Venons maintenant au christianisme

Comme souvent, cela s’est passé dans les Cieux avant que ce ne soit sur Terre. Comme écrit en avant, Jésus le Nazôréen est passé dans les cieux par les stades de développement jusqu’à ce qu’il soit « mature », qu’il ait l’âge de raison, l’âge où il devient responsable de lui-même, de ses actes.

Ce Dieu, EL-SHADDAÏ, par amour pour l’humain, envoya son Fils sur la Terre comme un humain, puisqu’il mit son spermatozoïde dans l’ovule d’une femme qui fut rendu parfaite de corps, après avoir, à l’âge de trois ans supprimé la tare adamique.

Protévangile de Jacques XIX : 1-3, XX : 1-4 cela commence par une discussion entre la Sage-Femme et Joseph

19.1. Et je vis une femme qui descendait de la montagne et elle m'interpella :

--- « Eh, l'homme, où vas-tu ? »

« Je vais chercher une sage-femme juive. »

« --- Es-tu d'Israël ? »

« Oui » !

« --- Et qui donc est en train d'accoucher dans la grotte ? »

[Et Joseph dit à la sage-femme : « C'est Marie, ma fiancée, mais elle a conçu de l'Esprit saint, après avoir été élevée dans le temple du Seigneur. »

« C'est ma fiancée. »

« --- Elle n'est donc pas ta femme ? »

« C'est Marie, celle qui a été élevée dans le temple du Seigneur. J'ai été désigné pour l'épouser, mais elle n'est pas ma femme, et elle a conçu par le « Souffle d’Intelligence. »

«--- Est-ce la vérité ? »

« Viens et vois ! »

Et elle partit avec lui, et ils s'arrêtèrent à l'endroit de la grotte.

Une obscure nuée enveloppait celle-ci. Et la sage-femme dit :

«--- Mon âme a été exaltée aujourd'hui car mes yeux ont contemplé des merveilles : le salut est né pour Israël. »

Aussitôt la nuée se retira de la grotte et une grande lumière resplendit à l'intérieur, que nos yeux ne pouvaient supporter. Et peu à peu cette lumière s'adoucit pour laisser apparaître un petit enfant. Et il vint prendre le sein de Marie, sa mère. Et la sage-femme s'écria :

« Qu'il est grand pour moi ce jour ! J'ai vu de mes yeux une chose inouïe. »

Et la sage-femme sortant de la grotte, rencontra Salomé et elle lui dit :

« Salomé, Salomé, j'ai une étonnante nouvelle à t'annoncer : une vierge a enfanté, contre la loi de nature. »

Et Salomé répondit :

« Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si je ne mets mon doigt et si je n'examine son corps, je ne croirai jamais que la vierge a enfanté. »

 

Jésus-Naissance du Sauveur des humains

XX : 1-4

Et la sage-femme entra et dit :

« Marie, prépare-toi car ce n'est pas un petit débat qui s'élève à ton sujet. »

A ces mots, Marie se disposa. Et Salomé mit son doigt dans sa nature et poussant un cri, elle dit :

« Malheur à mon impiété et à mon incrédulité ! J'ai tenté le Dieu vivant ! Et voici que ma main se dessèche, sous l'action d'un feu. »

Et Salomé s'agenouilla devant le Maître, disant :

« Dieu de mes pères, souviens-toi que je suis de la lignée d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Ne m'expose pas au mépris des fils d'Israël, mais rends-moi aux pauvres. Car tu sais, ô Maître, qu'en ton nom je les soignais, recevant de toi seul mon salaire. »

Et voici qu'un ange d’EL-SHADDAÏ parut, qui lui dit :

« Salomé, Salomé, le Maître de toute chose a entendu ta prière. Etends ta main sur le petit enfant, prends-le. Il sera ton salut et ta joie. »

Et Salomé, toute émue, s'approcha de l'enfant, le prit dans ses bras, disant :

« Je l'adorerai. Il est né un roi à Israël et c'est lui. »

Aussitôt Salomé fut guérie, et elle sortit de la grotte, justifiée. Et voici qu'une voix parla :

« Salomé, Salomé, n'ébruite pas les merveilles que tu as contemplées, avant que l'enfant ne soit entré à Jérusalem. »

Une femme était impure pendant quinze jours après l’accouchement, donc elle ne pouvait pas donner le sein avant cette purification. Là, Marie donne le sein, après l’accouchement sans aucune douleur, à l’enfant ce qui prouve sa pureté.

Par cette action EL-SHADDAÏ donne la confirmation au monde que la mère et l’enfant sont de corps parfait.

Alors pourquoi un livre comme le Nouveau Testament, livre écrit soi-disant sous « inspiration Divine », fait-il abstraction de cette perfection corporelle de Marie ainsi que de Jésus le Nazaréen celui-ci ayant été modelé en son sein, donc naissant humain sans la tare génétique donné à la descendance humaine par Adam et Ève suite à leur transgression volontaire d’une Loi d’EL-SHADDAÏ ?

Vous comprenez pourquoi les humains ont déclaré ce Livre apocryphe !

Nous sommes en 325 et le christianisme n’a pas de fête sur la naissance d’un « dieu » pendant les « Saturnales » et le « Solstice d’Hiver » en son sein.

Alors d’où vient ce nouveau « dieu », « Jésus-Christ » né un 25 décembre, lui aussi ?

Pour le moment dans tout l’Empire on fête le « Solstice d’Hiver » ainsi que la naissance des divinités Sol Invictus et Mithra.

Pour certain il faut toujours des preuves alors en voici une ci-dessous.

Justinien Ier ou Justinien le Grand, né le 11 mai483 en Illyrie, mort le 14 novembre565, fut empereur byzantin de 527 jusqu'à sa mort en 565.

Justinien se conçoit comme l'élu de Dieu, son représentant et son vicaire sur la terre. Il se donne pour tâche d’être le champion de l’orthodoxie dans ses guerres ou dans le grand effort qu’il fait pour propager la foi orthodoxe, soit dans la façon dont il domine l’Église et combat l’hérésie[].

 

Jésus-Josph & Marie et les Rois Mages

Il veut gouverner l’Église en maître, et, en échange de la protection et des faveurs dont il la comble, il lui impose sa volonté, se proclamant Empereur et Prêtre, comme un Pontifex-Maximus[]. L’action législative de Justinien s’inscrit dans la durée, avec une attention toute particulière pour l’Église. En effet, l’empereur est un chrétien sincère et il s’estime, le dirigeant suprême de l’Église.

Le christianisme est, d’un point de vue institutionnel et juridique, religion d’État. C’est en cela qu’il règle avec une minutie pointilleuse les conditions de recrutement des membres du clergé, leurs statuts, l’organisation de l’administration des biens ecclésiastiques.

C’est lui, l’Empereur, qui gère toute l’Église de l’époque la séparation entre l’Orient et l’Occident ne sera effective qu’au XIème siècle.

Pour mémoire le 6 Janvier était fêté à la fois la Nativité, l’Adoration des Mages et le baptême de Jésus-Christ. Seule l’Église arménienne a conservé l’usage ancien de cette date.

La première « Anno Domini » est traditionnellement considérée comme l'année qui a suivi la Nativité, c'est la première année de l'ère chrétienne dans le calendrier grégorien.

En 354, le 25 décembre devint ainsi la date où l'on commémorait la naissance de Jésus Christ, le 1er janvier, 8 jours après la Nativité, la date de la Circoncision qui est considéré par certains comme un baptême et le 2 février, 40 jours après Noël, celle de la Purification de la Vierge, c’est la Chandeleur.

Galettes--Galette des Rois

Dans tout ce que je viens d’écrire ci-dessus rien est biblique. Quant à la Purification de la Vierge Marie elle ne peut avoir lieu puisqu’elle est exempte de corps de la tare génétique adamique

En 46avant notre ère, Jules César décide que le Jour de l’An, auparavant célébré à l’équinoxe de mars, serait fixé au 1er janvier,le mois de Janus qui se trouve être le Dieu des portes et des commencements, celui-ci avait deux faces, l’une tournée vers l’avant, l’autre vers l’arrière.

En France, le Jour de l’ann’a pas toujours été le 1er Janvier. La nouvelle année commence à cette date en vertu de l'Édit de Roussillon du 9 août 1564, promulgué par le Roi Charles IX.

Cette date du Jour de l’An, soit le premier jour d’une nouvelle année représentait dans l’Antiquité le début de la « Lumière ». En effet les humains s’apercevaient que les jours de lumière commençaient à augmenter et que les nuits représentant les « Ténèbres » diminuaient. Ce Jour de l’An était en vérité, à l’ère de Jésus le Nazôréen après sa mort, la vénération de son baptême, où plus exactement de sa circoncision comme le veut sa religion hébraïque, pour un mâle huit jours après sa naissance, mais voilà Jésus le Nazôréen n’est pas né un 25 décembre !

Une nouvelle année commence, alors j’espère de tout mon cœur que vous allez venir « Enfant » d’EL-SHADDAÏ. Je reconnais que ce n’est pas facile surtout à notre époque, mais croyez-vous que dans les trois premiers siècles après la mort de Jésus le Nazôréen c’était facile ? Sûrement pas ! Nous devons aimer un « DIEU » qui possède plus de sept milliards d’image, avec notre cœur et sincérité et ce Dieu ce n’est pas Jésus le Nazôréen, c’est son Père géniteur, mais aussi notre Père Fondateur, c’est lui que nous devons adorer, vénérer, glorifier, et son fils ? Nous devons l’aimer comme notre Roi, notre médiateur, assesseur, voilà !

Je vous souhaite bonne réjouissance et mangez, danser, chanter, mais ne buvez pas plus que vous ne pouvez le supporter, car les excès entraînent souvent l’humain sur des sentiers néfastes, en paroles et en actions et il ne lui reste de cette fête que des larmes, de l’aigreur, des remords.

Portez-vous bien !

Prenez soins de vous de votre maisonnée, de votre famille !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : Jean-Paul G. dit « GRANDELOUPO »

samedi 21 décembre 2019

Fêtes Chrétiennes - Noël 2019 - Naissance d'un Dieu, Jésus-Christ

Fête du Christianisme un 25 Décembre

 

 

Naissance d’un Dieu, Jésus-Christ

 

 

Le plus grand mensonge religieux

 

 

 

Noël et le 25 Décembre, le Christianisme a purement inventé cette fête pour mettre les païens dans son giron.

J’appelle cela faire un accord avec le « Diable » c’est-à-dire éloigner de la vérité d’innombrables humains.

Je certifie que le Christianisme est la religion de SAMMAËL, Prince de cette Terre, la démonstration par l’histoire ci-dessous. Après avoir lu, vous aurez beaucoup de mal à m’insulter de menteur où autres noms plus péjoratifs et grossiers.

J’aimerai que devant votre conscience vous reconnaissiez cette vérité imparable écrite ci- dessus

Le Christianisme est l’adoration du « MAL » !

A dire vrai, ma santé corporelle n’étant pas du mieux, en effet je viens du CHU de Grenoble et comme j’ai ce Cancer avancé de la peau, ils veulent toujours me couper les deux pieds, alors je n’ai pas trop de courage à chercher des textes historiques pour vous prouver l’exactitude de mes écrits, afin de vous emmener sur le sentier qui mène vers mon Maître EL-SHADDAÏ, ce Dieu unique, qui est, entre autre, le même « Dieu » que le dieu « DIEU » de tous les Chrétiens, sans aucune exception, mais aussi le « Dieu » de tous les humains de la Terre.

Astre-Syst

Étant comme vous imparfait, je fais preuve d’égoïsme en n’écrivant pas, et je dois être un parangon pour vous, mon Maître, EL-SHADDAÏ, me laissant libre de mes actions. Pour vous, mes semblables, dans cette période où le Prince de la Terre, Sammaël, se délecte des actions et pensées humaines, je dois impérativement être un soutien moral par mes textes, vous menant sur le chemin de vérité qui est celui de ce Dieu unique EL-SHADDAÏ.

Nous sommes au Solstice d’hiver ou la nuit, c’est-à-dire les Ténèbres sont le double de la Lumière, soit le jour.

Les humains se créèrent un nombre incalculable de Dieux et de Déesses et les adorèrent à la place de l’Être Suprême, mais tous croyaient en un Dieu supérieur aux autres.

Sur toute la Terre le Soleil et la Lune représentaient les Déesses et les Dieux voilà pourquoi beaucoup de prêtrises considéraient la naissance de ces divinités au Solstice d’Hiver.

Le solstice d’Hiver était fêté sur la Terre entière comme il convenait dans la région du globe ou vous étiez. Dans l’hémisphère sud le Solstice d’Hiver se fêtait quand dans notre hémisphère Européen nous étions en été. En effet ce Solstice devait cette réputation et toutes les fêtes qui l’accompagnaient à la fin des « Ténèbres » et au renouveau de la « Lumière ». Le soleil reprenait du temps sur la nuit, et la terre se réchauffait signe du renouveau de la nature.

Au Saisons-La Terre au solstice d'hiver

Dans l’antiquité, nos ancêtres, dans toute l’Europe ainsi que dans le Moyen-Orient fêtaient ce Solstice de l’Hiver. En effet c’était une période de repos, les armures étaient enlevées et les armes déposées. Les humains ne pensaient plus à la guerre. Pour le monde paysan il en était de même, les moissons terminées, le foin et le regain entassés dans les granges, les outils rangés, les bêtes rentrées à l’étable.

Toute l’Europe, le Proche et Moyen Orient, la péninsule Arabique et l’Afrique du Nord fêtaient le Solstice d’Hiver à la même période, avec un tampon de huit jours environ. Mais tous fêtaient ce phénomène astronomique qui était la fin de la course annuelle du soleil et le commencement d’un nouveau cycle. À ce symbole de la renaissance du soleil était accolée la naissance d’un ou plusieurs Dieux qui portaient des noms différents selon la région ou le pays tout en étant le même.

Les Sabéens d'Arabie, qui regardaient la lune et non le soleil comme le symbole visible de l'objet favori de leur culte, observaient la même époque comme la fête de la naissance du grand libérateur.

Nous lisons dans la « Philosophie Sabéenne » de Stanley :

« Le vingt quatrième jour du dixième mois, c'est-à-dire décembre, selon le calendrier Arabe, ceux-ci célébraient le jour de la naissance du Seigneur, c'est-à-dire, la Lune ».

Dans beaucoup de pays La Lune était mâle et le Soleil femelle. Le Seigneur Lune était le grand objet de culte des pays sémitiques, et ce Seigneur Lune était né un 24 décembre, ce qui montre clairement que la naissance qu'ils célébraient n'avait aucun rapport nécessaire avec le cours du soleil.

Astre-Soleil-Terre

Les Celtes, Saxons et les Nordiks, comme pour les Arabes avec leur Dieu Lune Nanna, célébraient la naissance de leur Dieu Lune, Mané, un 25 décembre.

Ci-dessous les remarques de quelques écrivains comme --KITTO, vol. IV, p. 66. -- WILKINSON, vol. V, p. 10 --

« Le nom de Gad se rapporte au dieu de la guerre, car il signifie attaquer mais aussi celui qui assemble, et sous ces deux idées on peut l'appliquer à Nemrod, qui était un dieu soleil en tant que premier guerrier célèbre, voir la Bible dans la Genèse X, pour avoir, réuni les hommes en communautés sociales.

Le nom de Meni, celui qui compte, semble un synonyme de Cush ou Chus, couvrir ou cacher, mais aussi compter ou démontrer. Le vrai sens du nom de Cush est donc « celui qui compte ou le calculateur » car tandis que Nemrod son fils était le propagateur du système idolâtre de Babylone, il était réellement, plus tard, en qualité de Mercure, Dieu romain, le créateur de ce système, car il apprit aux hommes à s'approcher de la Divinité par des prières et des sacrifices et comme l'idolâtrie et l'astronomie sont étroitement unies, il devait être habile dans la science des nombres.

Or, Cush, est le premier qui découvrit les nombres, la géométrie, l'astronomie, les jeux de hasard, d'échecs et il était, d'après une allusion au sens du nom de Cush, probablement appelé « Nombre, le père des dieux et des hommes ». En Chaldéen le (i) prend souvent la forme du (e) final, ainsi Meni correspond à Mené, celui qui compte, en hébreu. Nebû, fils de Mardouk assimilé à la planète Mercure le dieu de Babylone, était le même dieu qu’Hermès, dieu grec, lui-même assimilé au dieu romain Mercure.

Cela montre l'emphase de la sentence divine annonçant à Balthazar son destin :

Daniel V : 25-28,

« L'écriture tracée, c'est : Mené, Mené, Teqel et Parsîn.

Voici l'interprétation de ces mots : Mené : El-Shaddaï a mesuré ton royaume et l'a livré ; Teqel : tu as été pesé dans la balance et ton poids se trouve en défaut ; Parsîn : ton royaume a été divisé et donné aux Mèdes et aux Perses.»,

ce qui revient à dire: « Celui qui compte est compté. » La coupe était l'emblème de Cush d'où l'usage de lui verser la boisson sacrée.

Or, Mercure, le calculateur en Égypte, identifié à la lune qui sert à compter les mois, était appelé seigneur de la lune et comme distributeur du temps il tenait une branche de palmier, emblème d'une année

Ainsi, Gad était le dieu du soleil et Meni, le dieu Lune. »

Lune-Pleine-X0

Comme en Égypte ou Isis est la déesse lunaire, considéré comme une « Déesse Mère » qui serait né au Solstice d’Hiver c’est-à-dire fin décembre.

Sans beaucoup d’erreurs, je peux certifier qu’une grande partie de l’humanité, bien avant la naissance d’un certain Galiléen, fêtait le solstice d’hiver, car beaucoup de divinité étaient nés à cette époque. Le paganisme et le religieux se mélangeaient de tel manière qu’il était difficile d’établir une frontière.

Aujourd’hui au XXIème siècle, en cette période de fin d’année, au solstice de l’hiver, où la nuit fait le double du jour, la situation mondiale est exactement la même, il suffit de constater.

Cette période de fin d’année était la fête des Saturnales dans toute l’Europe, où l’on vénérait le sapin car il restait toujours vert, mais on le mettait dans l’âtre car il dégageait une odeur agréable, de plus il crépitait et mille étoiles partaient de sa combustion. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient le sapin était remplacé par le palmier.

Dans l’antiquité comme au Moyen-âge on mettait dans l’âtre une bûche qui devait brûler une dizaine de jours qui représentait le cycle des nuits les plus longues de l’année. Selon les régions et les croyances la bûche était d’essence différente.

A cette fête païenne est venue s’ajouter la religion avec ses « Dieux ». Dans le Nord de l’Europe c’est le Dieu « Odin » que l’on vénérait et dans l’empire romain c’était le Dieu « Saturne »

Les Saturnales, bien entendu, honoraient Saturne, le dieu du feu, nommé Kronos ou Cronos dans la mythologie grecque. Saturne était le dieu du Soleil et des semailles parce que la chaleur de ce Soleil était nécessaire pour permettre l’ensemencement et la croissance des cultures. La planète Saturne a hérité ce nom plus tard car, parmi toutes les planètes, ses anneaux et sa couleur rouge brillant représentait le mieux le dieu du feu !

Virtuellement chaque civilisation possède son dieu du feu ou dieu soleil. Les Égyptiens et parfois les Romains l’appellent Vulcain. Les Grecs l’ont appelé Kronos, tout comme les Phéniciens mais ils l’appelaient aussi Saturne. Les Babyloniens l’appelaient Tammuz, Tam signifie « rendre parfait » et muz « feu », en tant que Nemrod ressuscité en la personne de son fils, Moloch ou Baal comme l’appelaient aussi les druides. Tous ces titres étaient en fait les différents noms de Nimroth, le Nemrod de la Bible, fils de Koush, fils de Cham, fils de Noé.

Nemrod est considéré comme le père de tous les dieux babyloniens dont Mithra

Mithra est une divinité indo-européenne. Plusieurs documents hittites confirment son existence dès le IIème millénaire avant J.-C. Dans la Perse antique, le culte obtint une véritable importance.

Il se développa à Rome probablement à partir du premier siècle de notre ère, sans que l'on sache exactement quand et comment il fut introduit dans l'empire et s'est principalement répandu en Italie, en Grande Bretagne, sur le Rhin et le Danube.

Jésus-Annonce de l'Ange aux bergers

Ce culte était particulièrement populaire dans les armées, essentiellement chez les soldats et les centurions bien que quelques légats soient attestés. Beaucoup d'esclaves et d'affranchis comptaient également parmi ses fidèles.

Il est à noter que la fixation à la date du 25 décembre du Solstice d'hiver est due à une erreur commise par l'astronome Sosigène, lors de la réforme du calendrier à l'initiative de Jules César en 46 avant J.-C., qui fixa les débuts des saisons avec un retard de un ou deux jours par rapport à la réalité.

Ce culte à Mithra, le Mithragan, avait pris beaucoup d’ampleur à Rome, et dans les garnisons ou l’on célébrait le jour de sa naissance, victoire de la Lumière sur les Ténèbres, Soleil Invaincu, Sol Invictus, un 24 ou 25 décembre avec faste.

Le culte de ce dieu Mithra, Soleil Triomphant, eut son apogée sous l’Empereur Aurélien au IIIème siècle de notre ère.

Aurélien né le 9 septembre 214-215 et mort en septembre 275, est empereur romain de l'été 270 à septembre 275.

Le christianisme, dès lors, devient une religion concurrente du mithracisme, culte de Sol Invictus.

Ce culte gardera sa prestance jusqu’au début du IVème siècle. Il perdra petit à petit son influence après que Constantin le Grand suite à sa victoire au Pont de Milvius sur Maxence en 312 déclarera le christianisme comme religion de l’Empire en 325 au Concile de Nicée. 

En l’an 270, 275, sous le règne de l’Empereur Romain Aurélien le christianisme ne représente que quatre à cinq pourcents de toutes les religions du Bassin Méditerranéen.

Comme Aurélien, quarante années plus tôt, Constantin le Grand déclare le « Christianisme » religion de l’Empire et en ait le « Pontife Primat »

Constantin le Grand comme beaucoup de « Saint » de l’époque épousera la religion chrétienne par le baptême, que sur son lit de mort.

Pour le moment dans tout l’Empire on fête le « Solstice d’hiver » ainsi que la naissance des divinités Sol Invictus et Mithra.

A cette époque la fête de la naissance de Jésus le Nazaréen n’existe pas.

Jésus-naissance

Ce n’est pas Jésus-Christ qui créa le christianisme, mais un ensemble d’humains, qui, voyant cette nouvelle mouvance de « Jésus le Nazôréen », non structurée, prendre de l’ampleur, décidèrent de gérer tout cet ensemble hétéroclite par des dogmes écrits par eux qui feront force de Lois, oubliant, transformant, réécrivant les « Enseignements originels » de Jésus de Nazareth retransmis par ses Apôtres et Disciples puis par des apôtres fait apôtre par les Apôtres que l’on nommera les « Pères Apostoliques ».Ceux qui, un siècle et demi, voire deux siècles après la mort de Jésus de Nazareth, commencèrent à structurer toutes ces « assemblées » ou « églises » seront appelés les « Pères de l’Église ».

Selon l'évangile de Luc, Joseph accompagné de son épouse Marie, qui était sur le point d'accoucher, était venu à Bethléem afin de s'y faire recenser. N'ayant pas trouvé de place à l'auberge, ils s'installèrent dans une étable, dans laquelle Jésus serait né. Marie y plaça son bébé dans une crèche, mangeoire à bestiaux. La fête du Jour de la Nativité est aussi appelée plus couramment Noël.

Luc II : 1-7

« En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre — ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. — Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine.

Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David, appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David.

Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte.

Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter.

Et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune. »

Histoire de rire !

Jésus-Roi Mage et Étoile

Jésus le Nazaréen, est né entre -7 à -5 avant J-C., disons plutôt avant l’EC., vers la fin du mois de Septembre ou le début du mois d’Octobre puisque les bergers sont encore dans les pâturages avec leur troupeaux la nuit, la saison des pluies n’étant pas encore là.

Adam Clarke Commentary cite volume 5, page 370, édition New York :

« Il était habituel pour les Juifs d’envoyer leurs brebis au désert aux alentours de la Pâque, et de les ramener au bercail au début des premières pluies. Pendant le temps de leur sortie les bergers les surveillaient nuit et jour. Comme ces bergers n’avaient pas encore ramené leurs brebis au bercail, on peut supposer que le mois d’octobre n’avait pas encore commencé et que, conséquemment, Jésus-Christ n’est pas né un 25 décembre, parce que les troupeaux étaient encore dans les champs la nuit. Il n’aurait pas pu naître plus tard qu’en septembre, mois de « Tishri » en hébreu. En nous basant sur ces faits seulement, l’idée d’une nativité en décembre devrait être abandonnée. Le pacage des bêtes la nuit dans les champs est un fait chronologique. »

Confirmation par les écrits bibliques

Luc II : 8-12, 15-18, 20

« --- Il y avait dans la même région des bergers qui vivaient aux champs et gardaient leurs troupeaux durant les veilles de la nuit.

L'Ange d’EL-SHADDAÏ -- du Seigneur -- se tint près d'eux et la gloire d’EL-SHADDAÏ -- du Seigneur -- les enveloppa de sa clarté. Ils furent saisis d'une grande crainte.

Mais l'ange leur dit :

« Soyez sans crainte, car voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple. Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David.

Et ceci vous servira de signe : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche. »

Le Protévangile de Jacques, livre apocryphe qui explique toutes les Nativités, celle de Marie, Mère de Jésus le Nazaréen, et celle de celui-ci, à aucun moment ne cite une commémoration de la naissance d’Emmanuel, c’est-à-dire Jésus.

Nous sommes au milieu du IVème siècle.

L’Évêque de Rome, Libère, en 354 de l’EC., décide que la chrétienté devait aussi fêter la naissance d’un « Dieu ».

Libère en déclarant officiel la naissance de Jésus le Nazôréen, dit Jésus-Christ un 25 décembre, faisait du funambulisme, renforçant la pensée dogmatique de ceux qui considéraient Jésus le Nazôréen comme un « dieu », détournant les fêtes païennes du Solstice de l’hiver, des naissances le 25 décembre des divinités Sol Invictus et Mithra en les intégrant à une fête religieuse qui en n’était pas une, puisque non existante.

L’histoire a de temps en temps une réalité comique, car une festivité païenne devenir une fête religieuse tout en restant festive à une date où aucune fête de la dite religion existe, cela tient du « miracle » si je peux m’exprimer ainsi.

La fête chrétienne de la « Nativité » date de l’AN 354.

C’est l’Évêque de Rome, Libère, qui décide en 354, que Noël sera fêté le 25 décembre et qui codifie les premières célébrations pour pouvoir assimiler les fêtes populaires et païennes, célébrées autour du Solstice d'Hiver. Cette nouvelle date est rapidement adoptée en Orient, un sermon de saint Jean Chrysostome l’atteste et, depuis la fin du IVème siècle, elle supplante la date antique du 6 janvier.

Jésus-Joseph & Marie vers Jérusalem pour le recensement

Oui ! Comme vous l’avez remarqué j’écris « Évêque et non Pape » car le Pape chrétien n’existe pas encore.

En premier un condensé historique rapide de cette fête de la Nativité, c’est-à-dire Noël.

C'est après la conversion de l'Empire romain au christianisme que le 25 décembre reçut une nouvelle fonction, celle de célébrer la naissance de celui qui était maintenant appelé la « Lumière du Monde » et le « Soleil de Justice ».

En 425, l'empereur d'Orient Théodose II codifie officiellement les cérémonies de la fête de Noël, fête désormais exclusivement chrétienne

En 440, l’Évêque de Rome, Sixte III, institua la Messe de Minuit.

En 506, le Concile d’Agde fait de Noël une fête d’obligation.

En 529, l’empereur byzantin Justinien le Grand en fait un jour chômé.

Progressivement, la fête de Noël fut imposée dans toutes les contrées de l'empire carolingien

En 461 en Irlande

En 604 en Angleterre

En 615 en Suisse

En 754 en Allemagne

En 865 dans les pays scandinaves

En 997 en Hongrie

A partir du XIIème siècle, Noël était devenue la plus grande et la plus populaire des fêtes de l'Occident et de l’Orient chrétien.

Les faits historiques de toutes ces fêtes chrétiennes de fin et début d’année sont des fêtes ou l’hypocrisie de cette religion est au maximum, car ce sont des Saturnales déguisées.

Alors voyons ensembles la dégradation des Enseignements de Jésus le Nazaréen. Là-haut, dans les Cieux, son Père et Lui-même doivent dire que ces humains sont indécrottables.

Vous ne pourrez pas nier ces faits d’histoire !

Nous voilà au XIIIème siècle.

La naissance de Jésus le Nazaréen un 25 décembre est entrée dans les mœurs et fait partie des dogmes indémontables des Églises Chrétiennes avec le soir du 24 décembre une « Messe de la Nuit » à minuit.

Giovanni di Pietro Bernardone --- 1182-1226 --- est un religieux catholique italien. Fils d’un riche commerçant, il mène la belle vie et organise des sorties orgiaques avec ses condisciples. Puis il participe à la guerre contre la noblesse d’Assise et de Pérouse. En 1202 il est pris et condamné à un an de prison. Pendant cette captivité il sera atteint d’une maladie « honteuse » qui calmera ses ardeurs. (maladie sexuelle de l’époque inconnue aujourd’hui)

Giovanni di Pietro Bernardone entrera en religion en l’an 1206.

Je reconnais que là …, je me suis tenue légèrement hypocrite car en écrivant ces quelques lignes ci-dessus, je me délectais ! …

En effet, ce Monsieur Bernardone est quand même un grand « SAINT » de la chrétienté puisqu’il porte le nom de « Saint François d’Assise ».

Nous devons à Monsieur d’Assise la crèche, car en 1223 il fit jouer les gens de son village de Greccio la scène de la « Nativité » auquel il ajouta le bœuf et l’âne en plus des Rois Mage, des bergers, des paysans, avec Joseph, Marie, et pour représenter l’enfant il avait mis une grande hostie dans le berceau. Tous ces gens jouèrent le jeu un 24 décembre à la messe de minuit dans une grotte de Greccio.

L’année suivante, suite à un voyage de François d’Assise chez le Sultan Damiette, les cloches furent ajoutées pour annoncer l’heure des offices et de la prière.

Tous les ans l’Ordre des Franciscains réitérait la crèche et l’hostie fut remplacée par un réel nourrisson.

Cette coutume de la crèche de Noël se propagea dans toute la chrétienté.

Ceci est l’histoire d’une fête dite religieuse alors que du début à la fin ce n’est que paganisme.

Crèche-Basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde_de_Montréal (Copier)

Rien, absolument rien de biblique, tout fut façonné par l’humain.

J’espère qu’un grand nombre d’entre vous, vont réfléchir à la véracité de ces textes et qui vont quitter cette religion de Sammaël pour suivre les Lois de l’Être Suprême et les Enseignements de son fils Jésus le Nazôréen.

La Bible n’a jamais interdit de faire la fête, alors faisons la fête puisque c’est une période de réjouissance et faisons continuer les « Légendes »,mais à aucun prix n’allons adorer, vénérer la naissance d’un « Dieu »quelconque, se nommerait-il Jésus-Christ.

En effet rien que de mettre un sapin dans la maison et le décorer, est une marque d’adoration à l’arbre puisque cette coutume date de deux à trois mille ans avant Jésus-Christ. Si en plus au pied vous mettez une crèche alors l’adoration est certaine.

Maintenant décorer sa maison de mille feux avec des guirlandes et des boules pour fêter la fin de l’année, là, s’il n’y a pas de signes ostentatoires d’adoration du Divinité quelconque le mal n’y ait pas.

Alors je vous souhaite bonne réjouissance et mangez, ne buvez pas plus que vous ne pouvez supporter, car les excès entraînent souvent l’humain sur des sentiers néfastes, en paroles et en actions et il ne lui reste de cette fête que des larmes, aigreurs, remords.

Cette lecture est finie. Il reste vous et votre conscience pour venir vers ce Dieu que je nomme EL-SHADDAÏ, ce Dieu unique qui, si vous le méritez, vous ressuscitera au temps voulu pour que vous viviez dans la joie et le bonheur éternellement.

Voilà un but magnifique pour vivre sur cette Terre misérable en suivant librement les Lois de ce Dieu SHADDAÏ et les Enseignements de son Fils Jésus le Nazôréen.

Portez-vous bien !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

lundi 16 décembre 2019

NdR-Chap. N°10 - Les Hébreux volet II - Tristesse, écœurement d'un DIEU, ...

Naissance des Religions

 

 

 

Les prémices vers des Grandes Religions

 

 
 
LES HÉBREUX Volet II

 

Chapitre N° 10

 

Tristesse, écœurement d’un Dieu

 

avec toute sa Création

 

 

La Bible est vraiment discrète sur la vie des deux premiers humains, et pour avoir quelques renseignements seuls les livres apocryphes nous renseignent. Je cite le livre des Jubilés qui dit : Le Livre des Jubilés III, « Dans la première semaine du premier jubilé Adam et sa femme étaient dans le jardin d’Éden, labourant et le protégeant pendant 7 ans et nous lui donnâmes le travail et l’instruisîmes à tout faire en ce qui concerne le labourage. Et il labourait et était nu mais ne le savait pas et n’avait pas honte et il protégeait le jardin des oiseaux et des bêtes et bétail et rassemblait ses fruits pour nourriture et mettait de côté le reste pour lui et sa femme. »

Lune-Pleine Pleine Lune

« Et à la nouvelle lune du quatrième mois Adam et sa femme quittèrent le jardin d’Éden et ils habitèrent dans la terre d’Elda, dans le pays de leur création. Et Adam appela sa femme du nom de Ève et ils n’eurent pas de fils jusqu’au premier jubilé et après cela il la connut. Maintenant il laboure la terre comme il en a été instruit dans le jardin d’Éden.

Et dans la troisième semaine du deuxième jubilé elle donna naissance à Caïn, et dans la quatrième elle donna naissance à Abel, et dans la cinquième elle donna naissance à sa fille Awan. »

Un Jubilé dure sept semaines d’année plus une année et une semaine d’année dure sept ans, donc le Jubilé dure sept semaines d’année de sept ans, soit quarante-neuf ans plus une année supplémentaire la dernière semaine d’année où le sabbat de la terre devait être de deux ans donc le Jubilé durait cinquante ans.

Les Livres apocryphes disent qu’Adam et Ève aurait eu trente fils et trente filles

Les humains antédiluviens mesuraient entre un peu plus de deux mètres cinquante pour les plus petits et quatre mètres pour les plus grands et le poids était aussi en conséquence soit entre deux-cents et trois-cents kilogrammes.

La gestation de la femme était-elle de neuf mois ou un peu plus ?

Adam et Ève- Expulsés du Jardin avec seule une peau de bête

Les deux premiers humains furent chassés du Paradis avec les animaux, bêtes et bestioles et leur première naissance aurait eu lieu après le premier Jubilé passé hors de l’Eden soit cinquante années après l’expulsion du Paradis et Caïn naquit entre soixante-quatre et soixante-et-onze ans après le bannissement du Territoire d’Eden, puis la semaine d’année suivante ils eurent Abel, et leur première fille dans le courant de la cinquième semaine d’année du deuxième Jubilé.

Pourquoi les deux premiers humains attendent-ils si longtemps avant de procréer ?

Y aurait-il eu une séparation entre l’homme et la femme, le premier n’acceptant pas la fourberie féminine pour lui faire manger du fruit, surtout qu’elle connaissait la sentence de l’Être Suprême, et en plus volontairement elle passa un accord avec l’animal le plus sensé du Territoire d’Eden, pour entraîner son époux dans sa mauvaise voie ?

Pourquoi les auteurs bibliques ne nous expliquent pas les dissensions qu’il y a sans aucun doute, eu entre Adam et Ève qui durèrent plus de soixante ans ?

Les humains commencèrent à se multiplier à partir du milieu du deuxième siècle, car la première femme après Ève fut Awan d’après les Jubilés et elle naquit entre la soixante-dix-huitième année et la quatre-vingt-cinquième année après l’expatriation du Paradis.

Nav-USS John F

Au début les humains se reproduisaient entre frères et sœurs, sans que les enfants soit trisomiques, car ils venaient encore de la perfection. Le mélange ADN du sang mit quelques siècles à se mélanger pour que les ADN deviennent différents. Je ne vous apprends rien sur la génétique de nos enfants qui reçoivent à la naissance cinquante pourcent du père et autant de la mère. Il a fallu attendre une dizaine de génération pour que l’ADN adamique soit mélangé pour que d’autres ADN sorte, et qu’à leur tour, il soit mélangé, et ainsi de suite.

Les humains continuèrent à se multiplier pendant 2246 ans date du Déluge et Noé dixième Patriarche antédiluvien avait six-cents ans quand il entra dans l’Arche Lui et toute sa famille et il avait six-cent-et-un an quand il enleva le toit de l’Arche, cela faisait un an jour pour jour qu’il vivait dans l’Arche. Les Jubilés écrivent V : 26, Et il entra dans le deuxième mois de la sixième année de la cinquième semaine et il entra dans l’arche à la nouvelle lune jusqu’au seize du deuxième mois avec tous ceux que nous lui amenions, et le seigneur la referma de l’extérieur au dix-septième soir. Le début du Déluge, mais le premier jour dans l’Arche, « Et dans la septième année de la cinquième semaine, les eaux disparurent dessus la terre. Et au dix-septième jour du deuxième mois la terre était sèche et au vingt-septième jour il ouvrit l’arche et renvoya bêtes et bétail et oiseaux et toute chose mouvante. » Une année complète, jour pour jour où le toit de l’Arche fut enlevé, mais ils restèrent encore dix jours dans l’Arche avant qu’EL-SHADDAÏ donne l’ordre à Noé d’ouvrir la porte sur le côté que ce Dieu avait fermé une année plus tôt.

Myst-Yonagu, vestiges sous la mer

Je vous redonne les dimensions de l’Arche 330m de longueur, 55m de large, et 34m de haut sur quatre paliers de 8,25m de haut, équivalent à un immeuble de trois étages. Pensez que dans la cale et les paliers suivants vivaient des humains, mais aussi des animaux, bêtes et bestioles, qui avaient besoin de lumière. Cette lumière devait ressembler à la lumière du jour et a dû fonctionner plus d’une année, donc les humains antédiluviens avaient des connaissances sur l’électricité plus approfondies que nous particulièrement sur la pile atomique et l’électricité sans fil.

Pendant plus de cinq années l’Arche servit de maison pour les humains, mais aussi pour tout le monde animalier du plus petit au plus gros. Restèrent particulièrement les animaux que l’on nomme domestique comme tout ce qui deviendra « basse-cour » poules, coqs, dindes et dindons, oies et jars, semi- sauvage comme les cannes et canards, faisanes et faisans, poules et coqs de bruyères, tourterelles et pigeons, et bien d’autres espèces. Les cinq premières années pour quelques humains, ils commencèrent l’élevage de ces animaux domestiques tels que les ovins, caprins, bovins, et un peu plus tard les camélidés et équidés. Pour d’autres humains c’étaient l’agriculture. Parmi les deux cents humains de l’Arche il devait y avoir plus de femmes que d’hommes car certains humains avaient deux femmes, voire trois pour deux ou trois humains tout en respectant les enseignements de l’Être Suprême.

N’oublions pas la cause de Déluge, et EL-SHADDAÏ fit mourir un grand nombre d’humains parmi le petit nombre qui suivaient les consignes d’Hénoch avec les enseignements qu’EL-SHADDAÏ lui inculquait, car il ne voulait pas que ces fidèles Serviteurs voient la désolation, les horreurs que lui EL-SHADDAÏ faisait tomber sur ces humains qui avaient été prévenus tous les jours, pendant cent-vingt ans, mais qui jusqu’au dernier jour restèrent dans leurs mauvaises pensées et actions, rejetant ce Dieu seul et unique. Livre du Juste IV : 20 « Et tous les hommes qui marchaient dans les voies de Adonaï, moururent en ces jours, avant que Adonaï n'amène le désastre qu'il avait déclaré sur les hommes, car ceci fut de Adonaï ; qu'ils ne vissent pas le désastre que Adonaï avait parlé concernant les fils des hommes. »

Néphilim-squelette, geant

Ces humains au cœur dur, à la nuque raide, à l’esprit obtus, ne voulurent rien entendre, malgré les tremblements de terre, les éruptions volcaniques grandioses, les incendies gigantesques qui rendaient l’air étouffant, irrespirable, mais l’humain continuait ses mauvais penchants comme l’adultèrent, le contre nature comme la zoophilie, mais aussi homme avec homme, femme avec femme, adulte avec enfants, etc.

Je réitère, mais je ne crois absolument pas que cette Arche fut gérée par Noé et son épouse et les trois fils de Noé avec leurs épouses ce qui ferait une petite vingtaine d’humains pour s’occuper des animaux sur quatre paliers sur une largeur de cinquante-cinq mètres et une longueur de trois-cent-trente mètres, impossible car, même si cette caisse de bois avait été mécanisé pour le transport de la nourriture, de l’eau, de la réserve en carburant pour une année et demie le nombre d’humains étaient insuffisant avec ce que nous explique la Bible, car en plus, tous les étages devaient obligatoirement être ventilés afin que les animaux ne meurent pas par asphyxie. Cette caisse de bois devait être bien aménagé pour amener l’eau à tous les étages, mais aussi pour l’évacuation des excréments, de l’urine, des eaux usées. Il fallait une très bonne hygiène, car il n’y avait qu’un couple par espèce, et sans une hygiène strict la moitié des espèces auraient disparues du Globe, et même l’espèce humaine aurait été en danger par les maladies due au manque d’hygiène. La nourriture devait être très bien conservée, donc dans cette Arche, il devait exister un système de conservation sur plus d’une année et demie. N’oublions pas que les animaux comme l’humain mangeaient les mêmes aliments.

Plus vous raisonnerez sur cette Arche, et plus vous aurez des questions qui demandent réponses, mais aussi sur tout ce que je vous ai écrit et vous vous apercevrez que les gens qui ont écrit sur la vie des humains antédiluviens avaient raisons. Ces humains avaient des connaissances plus approfondies que les nôtres aujourd’hui, pourquoi ?

Ces humains venaient avec un cerveau parfait donc avec un QI de cent-pourcent, une intelligence phénoménale et une mémoire gigantesque par rapport à nous. Ils maîtrisaient des ondes qu’aujourd’hui nous savons leurs existences, mais que nous sommes incapables d’apprivoiser, ces ondes sont là, nous les détectons, mais c’est tout !

Pendant 2246 ans les humains se sont servis de leur cerveau pour se déplacer, mais aussi pour s’entre-tuer, car ils connaissaient l’atome nucléaire avec une plus grande exploration que nous. Ils avaient la connaissance des vaisseaux spatiaux, et autres engins de déplacement individuel, ainsi que public.

Néphilims-Les Anges regardent les filles des humains

Ce que j’écris là est une question de foi, nous croyons ou nous n’y croyons pas !

Mais il y a dans le monde à l’heure actuelle quelques mystères non résolue comme les pyramides de Bosnie dans l’ex-Yougoslavie qui dégagent un champ électro-magnétique contraire à nos connaissances d’aujourd’hui prouvant que les humains de cette époque avaient la science d’une autre forme d’électricité que nous avons abandonné car gratuite, voilà pourquoi la tour de Tesla fut écartée.

Les Anges virent que les filles des hommes étaient belles, et nous sommes sous le Patriarche Yared ou Jared en l’an mille, mille-cinquante, depuis que l’humain était une âme vivante sur la Terre, où trois Patriarches vivaient encore, Énosh, Kénan, Mahalalel et bien sûr Jared, mais Adam était décédé il y a un siècle, son fils Seth il y a quelques années, ainsi qu’Hénoch qui était né vers 480-490 et décédé 365 ans plus tard tout en étant le septième Patriarche soit en l’an 845-855, et ces Anges qui descendirent sur la Terre pour s’accoupler avec les filles des hommes en quittant leur enveloppe angélique, éduquèrent les humains sur les secrets de la terre, du ciel et des étoiles, mais aussi sur les minerais, les pierres précieuses, et la botanique. Ils apprirent à leurs épouses comment apprécier les parures et bracelets en pierres précieuses, en or fin travaillées et en argent, mais aussi comment se farder. Il en résultat une grande impiété, et les hommes se perdirent dans des débauches. Mais ces Anges apprirent aux humains l’infiniment petit, les mystères de l’invisible de la terre et du ciel avec la sorcellerie, l’astrologie, les signes du soleil, de la lune et des météores. Toutes ces connaissances amenèrent un grand vice chez les humains, mais aussi une grande violence et le sang des humains et des animaux se mit à couler beaucoup sur toute la Terre.

Noah-a, Arche dans la tourmante

Tout le mauvais comportement des humains, mais aussi de ces monstres animaliers fit qu’EL-SHADDAÏ regretta d’avoir créé l’Homme, la Femme, l’humain, mais aussi d’avoir donné à l’homme l’aide à sa débauche avec les animaux. Alors avant que le Déluge ne vienne il fit que tous ces monstres animaliers se dévorent entre eux, et que les géants humains se tuent entre eux jusqu’au derniers. Mais le mal avait envahi l’esprit et le cœur des humains et ces derniers continuaient de plus en plus dans le mal, alors il décida de supprimer, d’effacer, l’humain, les animaux, bêtes et bestioles, enfin tout ce qui se meut et respire, mais il avait ce « Défit » avec son pire ennemi « SAMMAËL et les SIENS »

Pour en arriver à vouloir détruire toute sa création sur la Planète Terre, et de supprimer même sa plus belle création de tout l’Univers, il fallait que l’écœurement soit à son maximum, donc cet Être Suprême avait des sentiments ! Il y avait sur la Terre des humains qui suivaient les enseignements d’EL-SHADDAÏ, ils étaient de la descendance d’Hénoch dont Noé et ses trois fils faisaient partie, mais ils n’étaient pas les seuls. Ci-dessous le Livre du Juste

Malaléel fils de Caïnan ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Jared. Et Jared ou Yared ayant vécu deux cent soixante-deux ans, engendra Hénoch. Et Hénoch ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Mathusalem.

Et voici les générations d’Hénoch : Mathusalem et Élisua et Élimélech, trois fils ; et leurs sœurs étaient, Melcha et Noéma. Mathusalem ayant vécu quatre-vingt-sept ans engendra Lamech.

Or, tous les jours qu'Hénoch avait vécu sur la terre étaient de trois cent soixante-cinq ans. C'est dans la cent treizièmes années de la vie de Lamech, fils de Mathusalem, qu'Hénoch monta au ciel.

Au bout d'une année la femme de Lamech enfanta un fils.

Mathusalem le nomma Noé, disant : « La terre se repose de sa malédiction », mais Lamech son père le nomma Manahem, disant : « Celui-ci nous soulagera des travaux pénibles que nous impose la malédiction dont EL-SHADDAÏ a frappé la terre. » L'enfant grandit et fut sevré ; et il marchait sur les traces de Mathusalem son aïeul, étant parfait et droit avec EL-SHADDAÏ

Et EL-SHADDAÏ dit : « Je vais effacer de dessus la terre depuis l'homme jusqu'à l'oiseau du ciel, le bétail et les bêtes des champs, car je me repens de les avoir créés ».

Noah-ni,-Animaux entrant dans l'Arche (2)

Il y a la descendance d’Hénoch, avec ses enfants, et les filles prirent mari, mais dans ceux qui suivaient les enseignements EL-SHADDAÏ, car je vois difficilement les enfants d’Hénoch renier le Dieu de leur père, et ces gendres donnèrent un coup de main à construire l’Arche, mais Mathusalem avait lui aussi des fils et des filles, dont la majorité suivaient les enseignements de leur père donc d’EL-SHADDAÏ, le Dieu de leur père.

Le Déluge a eu lieu Noé et toute sa famille montèrent dans l’Arche, et ils emmenèrent avec eux les Livres d’Hénoch, car c’était pour ces survivants des livres prophétiques, en effet avant le Déluge les saisons n’existaient pas sur la Terre, mais ils sont partis avec d’autres livres, scientifiques, mécaniques, et chacun emportant quelques secrets.

Les paléographes :

« Par quelques écrits nous savons aujourd’hui que Noé et sa descendance connaissaient l’ « Écriture ».Flavius Josèphe dans « Les Antiquités Juives » confirme ce fait et emprunte même quelques lignes du « Livre de NOÉ » ainsi que le « Livre des Remèdes », écrit par celui-ci, qui fut la source de toutes les connaissances médicales du monde de l’époque. »

Depuis que je vous écris sur ce Déluge, plus j’avance et plus je raisonne, pense, réfléchis, et les questions arrivent.

Noah-ni,-Arche Noé, couple animaux

Cette caisse de bois vient de se caler par le fond, l’eau diminue rapidement, mais cette Arche fait trente-quatre mètres de haut et une certaine réserve d’eau doit exister car les animaux boivent tous les jours ainsi que les humains. Noé attendit une année plus dix jours avant d’ouvrir la porte de cette caisse. La verdure des Continents qui dérivaient sous l’eau resta intact ? L’eau qui couvrait les montagnes des Continents devait être une eau douce, non salée, alors est-ce que le feuillage des arbres resta sain ? A quelle vitesse les arbres ont-ils refait leur feuillage ? Les forêts se sont refaites en combien de temps, six mois, un an ?

Une chose est certaine, l’Arche servit de refuge pour les animaux comme pour les humains au minimum un à deux ans, le temps de l’acclimatation, mais aussi le changement de morphologie, ainsi que le changement de nourriture valable pour les animaux, mais aussi pour les humains, qui devenaient carnivores tout comme certains animaux sauvages !

Et pendant ce temps la verdure, flore, arboricole se refaisait ainsi que les montagnes, vallons, collines et cours d’eau, ruisseaux, rivières et fleuves, car EL-SHADDAÏ posait sur cette nouvelle terre des lois de physique et chimie différentes des lois antédiluviennes rien que la pression atmosphérique, les enveloppes qui protègent la Terre des rayons nocifs du soleil, mais aussi le champ magnétique des Pôles qui maintenant sont de la glace et les Continents continuent à dériver, des volcans sortent des mers et font de grandes îles comme le Japon, la Réunion, Haïti, Chypre, Corse, Sicile, etc.

Noah-anim, tigre antédil

EL-SHADDAÏ donne aussi aux humains de nouvelles lois à respecter sur le comportement sexuel des frères et sœurs, mais aussi sur l’inceste et le contre-nature, ainsi que sur la nourriture car la morphologie de l’humain allait changer tout comme la longévité de vie de ce dernier. Pour le moment ces humains n’avaient qu’un seul Dieu, une seule langue, et ceci tant que Noé serait vivant, mais les dissentions entre frères commençaient à se faire sentir, les Jubilés VI « Et je fus sauf, moi et vous mes fils, et toute chose qui entra avec nous dans l’arche. Mais voici, je vois à vos œuvres devant moi que vous ne marchez pas dans la justice mais que vous avez commencé à marcher dans la voie de la destruction et que vous êtes séparés l’un de l’autre et envieux l’un envers l’autre et ainsi il se passe, mes fils, que vous n’êtes pas en harmonie chacun avec son frère. Car je vois et voici, les démons ont commencé leurs déraisons contre vous et contre vos enfants, et maintenant je crains pour vous, car après ma mort vous verserez le sang des hommes sur la terre et vous serez détruits de la surface de la terre aussi.

Ne tolérez pas que l’âme soit mangée avec la chair ; que votre sang qui est votre vie ne soit pas réclamé de la main de toute personne qui le verse sur la terre, car la terre sera nettoyée du sang qui a été versé en elle que par le sang de celui qui l’a seulement versé, ainsi la terre en sera purifiée durant toutes ses générations »

En parlant du sang, vous, mes semblables, je tiens à vous prévenir car vous l’ignorez peut-être, ne manger pas de boudin qui est fait avec le sang du cochon que l’on cuit. Cela la religion chrétienne le sait et cette Loi d’EL-SHADDAÏ aussi, Jubilés VI « Car quiconque verse le sang humain et quiconque mange du sang de n’importe quelle chair sera entièrement détruit de la terre et il ne restera aucun homme qui mange du sang ou qui verse le sang humain sur la terre » Genèse IX : 3-6 « Tout ce qui se meut et possède la vie vous servira de nourriture, je vous donne tout cela au même titre que la verdure des plantes. Seulement, vous ne mangerez pas la chair avec son âme, c'est-à-dire le sang. Mais je demanderai compte du sang de chacun de vous. J'en demanderai compte à tous les animaux et à l'homme, aux hommes entre eux, je demanderai compte de l'âme de l'homme. Qui verse le sang de l'homme, par l'homme aura son sang versé. Car à l'image de Dieu l'homme a été fait », ainsi que des viandes étouffées, particulièrement les chasseurs avec les oiseaux comme les faisans

Jung-sanglier femelle

Pourquoi les ecclésiastiques dans leur prêche en chaire le Dimanche à la grande Messe, ne préviennent jamais leurs ouailles des dangers de manger du sang, comme le boudin noir, sachant qu’EL-SHADDAÏ qui est aussi leur Dieu, « DIEU » à cela en abomination et que c’est la mort définitive sans résurrection pour les humains qui mangent du sang ?... ?

Pour finir pour ce chapitre je vous donne de mes nouvelles, cette semaine je retourne au CHU de Grenoble pour regarder l’avancement de mon Cancer, et je vous tiendrai au courant de l’avancement de cette maladie, mais il y a Celui qui est au-dessus de ma tête comme de la vôtre, cet Être Suprême qui me donne un grand coup de main pour surmonter la douleur qui me semble moindre en ce moment, alors je prends moins de morphine.

Prenez soins de vous et de votre maisonnée, et surtout priez le Père qui lui est « DIEU », et demandez à son fils, Jésus le Nazôréen de transmettre nos actions et nos pensées afin que son Père EL-SHADDAÏ nous pardonne nos égarements dû à notre imperfection, et que son Fils nous aide par l’esprit à nous améliorer en suivant ses Enseignements et ceux de son Père.

Portez-vous biens !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

lundi 9 décembre 2019

NdR-chap. N°9 - Les Hébreux volet I - La Terre s'humanise après l'expulsion de l'EDEN

Naissance des Religions

 

 

 

Les prémices vers des Grandes Religions

 

 
 
LES HÉBREUX Volet I

 

Chapitre N°9

 

La Terre s’humanise après l’EDEN

 

 

Peuple dont on ignore la formation exacte, mais si l’on fait attention aux écrits Sumériens, Assyriens, Babyloniens, ce peuple avait déjà une existence sans doute sous un autre nom. Une chose est sûre, les humains formant ce peuple sont des descendants de la grande famille des humains qui survécurent au Déluge avec Noé et toute sa famille qui comprenait quelques-uns de ses frères et sœurs et leurs descendances, mais aussi oncles, tantes, neveux et nièces, et leurs descendances, gendres, belles-sœurs et leurs descendances, tout cela faisait partie de la famille de Noé directe et indirecte, nous prouvant qu’il y avait plus de deux-cents humains qui construisirent l’Arche et qui montèrent à bord.

Adam et Ève-animaux du territoire d'Eden (2)

Je pense que sur l’Arche, j’ai déjà beaucoup écrit, alors je ne vais pas recommencer !

Tous les humains qui montèrent dans l’Arche, croyaient et surtout suivaient les enseignements de ce Dieu seul et unique que je nomme EL-SHADDAÏ. La planète Terre après le Déluge n’était plus du tout la même. Avant le Déluge la Terre était une serre gigantesque et les humains apercevaient peu d’étoiles, la lune était voilée, tout comme le soleil, le jour. L’axe de la Terre était perpendiculaire à l’équateur, les pôles n’étaient pas glacés, au Pôle Sud, l’Antarctique était une terre attachée au Continent puisqu’il n’y avait qu’un seul et unique Continent, et la mer du Pôle Nord n’était pas gelée, les saisons n’existaient pas.

Au Saisons-La Terre au solstice d'hiver

La Terre sur son axe verticale ondulait de quelques degrés, la pression atmosphérique était de deux atmosphère d’aujourd’hui soit 1013hPa X 2 = 2026mbar ou hPa, hecto-Pascal. Par toutes les catastrophes, guerres nucléaires, Tsunamis, tremblements de terre, éruptions volcaniques, incendies gigantesques, puis le Déluge pour finir, fit que la planète Terre vacilla sur son axe verticale, secouant le solide sous l’eau et le liquide en surface, et l’Arche fut terriblement balloté. Humains comme animaux, tous sentir la fin arrivé, la peur, la crainte, tous criaient et imploraient, car il était difficile de tenir debout dans cette caisse de bois.

L’axe de la Terre s’étant enfin stabiliser à vingt-trois degrés de son axe vertical, le calme fut revenu sur les eaux et l’Arche vogua paisiblement.

Au Saisons-La Terre à l'équinoxe

Les pôles se glacèrent extrêmement vite voilà pourquoi aujourd’hui l’on retrouve des mammouths et autres animaux préhistoriques dans leur action de marcher, manger avec l’herbe des pâturages de l’époque, voir courir pour certains d’entre eux. Les géologues modernes affirment qu’aux Pôles Nord et Sud la pluie tombait en glaçons, que les mers du Pôle Nord gelèrent en quarante-huit heures sur deux, trois mètres d’épaisseur. Et que les Pôles avant la stabilisation de la Terre sur son axe changèrent de vingt, vingt-cinq degrés en plus, à moins quarante degré et qu’en Antarctique les animaux furent congelés vivant en pleine action. Cette glaciation se fit extrêmement rapidement.

Pourquoi l’axe terrestre bougea et à un certain degré ?

Par l’eau et à cause de l’eau les plaques tectoniques bougèrent !

D’un seul Continent la terre vint à six Continent. Les plaques Américaines, Africaine, Australienne, Eurasienne, se détachèrent et glissèrent formant les grands océans, Pacifique, Atlantique, Indien, Austral et Arctique.

Pourquoi la Terre a-t-elle vacillé sur son axe vertical et se soit réglé à 23° ?

Pourquoi pas moins, pourquoi pas plus ?

Pourquoi les Continents ont dérivé de milliers de kilomètres en même pas huit mois et sous l’eau ?

Qui a géré cette planète Terre pour l’empêcher de tourner dans tous les sens ?

Comment la pression atmosphérique a-t-elle diminuée ?

Et le champ magnétique entre les deux Pôles ?

Il me semble que c’est ce champ magnétique central qui fait tourner la Terre sur son axe à une certaine vitesse, oui, mais, qui a réglé cette vitesse pour que la Terre fasse un tour sur elle-même en 24 heures ?

Certains scientifiques supposent, supputent, comme les géologues, paléontologues que la Terre à la fin du Déluge tournait sur elle-même en vingt heures et mit plusieurs mois avant de se réguler sur vingt-quatre heures, est-ce vraie ?

Av-antedil-c-wegenerreconstruction

Par contre et c’est une affirmation scientifique, les Continents continuèrent à dérivés après le Déluge !

Conte, histoire de marins, l’Atlantide, ce Continent entre les deux Amériques, l’Afrique du Nord, et l’Europe de la Péninsule Ibérique a-t-il vraiment existé ? Les géologues et paléontologues affirment son existence et pensent même que quelques siècles après le Déluge ce Continent se serait enfoncé dans l’océan Atlantique à la vitesse de vingt mètres à la seconde. Les restes de ce Continent serait les Iles Canaries d’un côté et l’Archipel des Antilles de l’autre. Ce cataclysme aurait entrainé un nombre important d’éruptions volcaniques, particulièrement en mer Méditerranée et dans la Péninsule Arabique, mais aussi à l’opposé comme en mer de Chine et les Archipels d’Indonésie, des Philippines et du Japon.

Autres questions : comment les saisons se sont-elles réglées ? Qui ou comment les Équinoxes et Solstices sont-ils venus ? Comment se réglage terrestre s’est fait ? Et qui l’a géré ? Que de questions sur lesquelles je ne sais comment m’exprimer ? En effet je n’ai pas fait de grandes Études puisqu’à neuf ans je ne savais ni lire ni écrire, l’école je ne connaissais pas ! Quand vous avez neuf ans et que la dixième est là dans trois mois, que vous vous asseyez avec des mômes de cinq à six ans, ils ne vous font pas de cadeaux, et ceux qui sont dans une classe supérieure c’est encore pire, alors vous avez intérêts à être fort en caractère car vous ne pouvez pas jouer des poings, c’est trop facile, trois ans de différence chez les gamins cela se voit.

Atmosphère terrestre vue depuis l'espace

Pour en revenir à ces saisons, basculement de la Terre, sa vitesse de rotation, comment ? Oui, je pose trop de questions, alors cela s’est fait parce que ….. , parce que se devait être comme cela !

Un peu de sérieux, une intelligence supérieure à l’homme dans l’Univers a réglé tous ces phénomènes, nous sommes bien obligés de le reconnaître. Cette intelligence ne peut être que dans un Être possédant un cerveau, siège de l’Esprit et de l’Intelligence car ces deux entités sont invisibles, impalpables, intouchables, comme le vent.

Cet Être je le nomme comme Abraham, EL-SHADDAÏ, qui est le gestionnaire de l’Univers, et de la Terre, et c’est lui qui a créé ce basculement terrestre de vingt-trois degrés sur son axe vertical afin que les saisons existes Genèse VIII :21-22, « EL-SHADDAÏ respira l'agréable odeur et il se dit en lui-même : « Je ne maudirai plus jamais la terre à cause de l'homme, parce que les desseins du cœur de l'homme sont mauvais dès son enfance, plus jamais je ne frapperai tous les vivants comme j'ai fait 

Tant que durera la terre, semailles et moisson, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit ne cesseront plus ». » Ce Dieu dit bien que tant que durera la Terre, les saisons dureront comme le jour et la nuit. Ce verset biblique confirme que c’est EL-SHADDAÏ qui institua les « Saisons » qui dureront tant que la Terre existera, c’est-à-dire que même après le jour de colère de ce Dieu au temps de la fin, au temps des dernières générations pécheresses, et même quand l’humain après les résurrections vivra sur une Terre sans péché pendant quelques siècles avant la dernière mise à l’épreuve, les saisons seront toujours là.

Adam et Ève-animaux de l'Eden (2)

Autres questions que je vous ai déjà posées, quand l’Arche s’est posée sur la terre ferme Noé a attendu depuis le jour où la porte de l’Arche fut fermée par EL-SHADDAÏ que le temps soit d’une année avant de faire sauter le toit de l’Arche et d’admirer la voûte Céleste avec la Lune et les étoiles la nuit, et ce Ciel d’un bleu azur le jour avec ce soleil qui était impossible de regarder. Une année complète passa mais Noé attendit l’ordre d’EL-SHADDAÏ pour ouvrir la porte afin de sortir de cette prison de bois et il attendit une dizaine de jours après l’année complète et il ouvrit la porte.

Les animaux comme les humains sortirent doucement de l’Arche.

Noah-Choisit les couples d'animaux

Questions quand tous ces êtres vivants sortirent doucement de l’Arche, la terre était sèche, mais il y avait de l’herbe, des fleurs, tout ce que l’on trouve dans un pâturage ! Des arbustes avec des baies pour les animaux comme pour les humains car tout le monde avait besoin de reprendre des forces. Comment toute cette nature était-elle là ? Il faut plus de cinquante ans pour faire une forêt !

Je suis bien obligé de penser que cet Être Suprême a dû donner à la terre de la Terre tout autour de l’Arche comme un accélérateur pour tout ce qui est pré, forêt, arbuste et arbre fruitier, car les animaux comme les humains étaient habitués à manger de l’herbe, des racines, et des fruits.

Adam & Eve chassés du Territoire d'Eden

J’ai du mal à vous faire ressentir toutes les questions que je me pose ? Les bêtes et bestioles mirent un certain temps avant de sortir de l’Arche car il leur fallait obligatoirement un temps d’adaptation du jour avec le soleil et la chaleur, mais la nuit aussi par sa fraîcheur. Tout ce petit monde animalier comme le hérisson, lapin, renard, blaireau et autre avait besoin de se repérer, pour creuser leur terrier et multiplier la petite famille. Les animaux sauvages aussi et eux ils vivaient dans les forêts, les grandes étendues, mais comme les bêtes ils leur fallaient des repères.

Pour les humains s’étaient le même dilemme, Noé planta en premier la vigne qui mit quatre années avant d’avoir la première récolte, d’autres humains semèrent des céréales, plantèrent des racines, ainsi que des arbres fruitiers.

Ces humains antédiluviens étaient montés dans l’Arche avec des outils pour cultiver la terre, mais aussi pour travailler le bois, la pierre, les métaux, manuellement car ils avaient compris qu’il ne restait qu’eux sur la Terre en tant qu’humain ainsi que les espèces animalières, bêtes et bestioles. Tous les engins qui fonctionnaient à la pile atomique, ainsi que ceux qui fonctionnaient avec le carburant antédiluvien, ne dureraient pas longtemps après la sortie de l’Arche car personne ne savait les réparer et personne n’était capable de trouver où de façonner ce carburant. Je réitère, après le Déluge le paysage de la Terre n’était plus le même.

Noah-ni,-Arche Noé, couple animaux

Les humains qui sortirent de l’Arche avec Noé parlaient tous la même langue et ne priaient qu’un seul et unique Dieu. Cette langue c’était la langue divine, celle d’Adam et d’Ève, ce langage qui permettait à EL-SHADDAÏ de converser avec l’humain, que les animaux comprenaient, car il ne faut pas oublier que les animaux du Paradis avaient le verbe avec l’Être Suprême et Adam. Livre des Jubilés III, « Et la femme vit que l’arbre était plaisant et agréable à l’œil et que son fruit était bon comme nourriture et elle en prit et mangea. Dès lors elle couvrit sa honte avec des feuilles de figue d’abord puis elle en donna à Adam et il mangea et ses yeux furent ouverts et il vit qu’il était nu et prit des feuilles de figue et [les] cousit ensemble et fit une bande pour lui et couvrit sa honte.

Puis EL-SHADDAÏ leur fit des manteaux de peau, les en habilla et les renvoya du jardin d’Éden.

Et le jour qu’Adam couvrit sa honte, le matin au lever du soleil de ce jour où il quitta le jardin, il fit une offrande d’une douce odeur d’oliban, de galbanum et nataf et d’épices.

Et dès ce jour la bouche de toutes les bêtes et du bétail et des oiseaux et de tout ce qui marche et de tout ce qui bouge fut fermée afin qu’ils ne puissent plus se parler, car ils se parlaient tous l’un l’autre d’une seule lèvre et d’une seule langue ».

« Et EL-SHADDAÏ renvoya du jardin d’Éden toute chair qui était dans le jardin d’Éden et toute chair fut dispersée selon leurs espèces et selon leurs classes à des endroits qui furent créés pour eux. Et de toutes les bêtes et bétail, à Adam seul il donna, le moyen, de couvrir sa honte.

À ce sujet il est prescrit dans les Tablettes Célestes touchant tous ceux qui connaissent le Jugement de la loi qu’ils doivent couvrir leur honte et ne doivent pas se découvrir comme les païens se découvrent. »

Seul l’Être Suprême donna aux deux humains un habit de peau de bête pour couvrir leur honte, c’est que les animaux avaient leur pelage qui leur servait de vêtement.

A cause de la transgression des deux humains les animaux perdent le « verbe » qu’ils possédaient en Territoire d’Eden, mais d’après les Jubilés les animaux sont aussi chassés du Paradis, et dispersés sur toute la Terre, chacun selon son espèce, selon son genre, comme le seront les humains des siècles après le Déluge.

Genèse III : 21-22, « EL-SHADDAÏ fit à l'homme et à sa femme des tuniques de peau et les en vêtit. Puis il dit : « Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous, pour connaître le bien et le mal ! Qu'il n'étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l'arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours ! » »

La Bible ne dit rien de plus, et cela c’est bien dommage, pourquoi ?

adam_eve

EL-SHADDAÏ a bien dit à Noé : « Entre dans l’Arche ta famille et toi ». Genèse VII : 1. Dans la famille il n’y a pas que ces trois fils et leur femme ! Je vous ai déjà écrit sur cette impossibilité et je réitère avec cette certitude, il y avait un minimum de deux-cents adultes sans compter les enfants et quelques vieillards, cinq, six, pas plus. La famille comprenait frères, sœurs, oncles, tantes, nièces, neveux, cousins directs et indirects, avec leurs épouses et époux, tous ces humains suivaient les lois et enseignements d’EL-SHADDAÏ, par l’intermédiaire de la descendance d’Hénoch, dont Noé fait partie.

Les humains qui montèrent dans l’Arche étaient des descendants de la perfection cérébrale par l’Esprit, et corporel par le sang, mais Adam et Ève par leur transgression d’une seule et unique interdiction firent entrer la tare de la mort par le sang. En se multipliant l’humain multiplia le poison du péché qui faisait diminuer le temps de la vie par le vieillissement et la mort d’une cellule du corps qui ne se reproduisait plus comme elle aurait dû faire, simplement que cette cellule mère, nous en avons des milliers. Les scientifiques modernes ont prouvé que le vieillissement était contre-nature. Le sang qui transporte la vie véhicule maintenant le poison du péché, qui se propage à la vitesse de la reproduction humaine et ce sang se dégénère de plus en plus, il alimente les cellules mères, mais en plus c’est ce sang qui nourrit le fonctionnement du cerveau par l’oxygène en principal et plein d’autres éléments, donc ce cerveau perd aussi de sa pureté de fonctionnement et la mémoire faiblie,

coeur-circuler

Je n’invente rien, le sang des années 1950 était meilleur que le sang des années 2019. Une preuve en l’an 1800 les humains pouvaient se marier entre cousins sans que leur progéniture soit trisomique, mais il y avait sur la Terre un milliard quatre-cent millions d’humains, en 1908 nous étions un milliard huit-cents millions, et en 1955 nous étions six milliards quatre-cents millions, aujourd’hui en 2019 nous sommes sept milliards deux-cents millions d’humains sur la Terre et le sang est de plus en plus mauvais.

Les premiers siècles de vie de l’humain c’est fait en pleine jeunesse, mais aussi en dégénérescence de la perfection. Adam resta seul en Eden une semaine d’année, puis avec sa compagne, Ève, encore une semaine d’année, alors dans la deuxième semaine, il y eu la transgression. Pendant cette première décennie, ces deux humains mâle et femelle vivaient bien ensemble dans le Paradis, mais ils ne procréèrent pas, pourquoi ?

Ève aurait-elle été stérile le temps que tous ses organes fonctionnent correctement ?

Ce que je viens d’écrire est valable aussi pour Adam ?

Les deux, homme et femme étaient nus et ils l’ignoraient, donc, aucune attirance sexuelle l’un vers l’autre, ceci expliquant cela ! Et le fait de vivre nu n’était pas une honte, mais naturel !

Anim-Jeff mon Ami !

Je suis un peu fatigué, comme je vous l’ai annoncé sur ma santé, j’ai un Cancer de la peau, mais pas que ! ….. puisque je retourne au CHU de Grenoble sans doute pour une confirmation, mais la maladie fait partie de la vie, alors je dois penser à votre état spirituel qui est plus important qu’un vulgaire Cancer.

Je reconnais que vous êtes tous mon soutient car, si un seul de vous arrête son idolâtrie chrétienne et musulmane, alors j’aurai ma récompense car vous viendrez prier un Dieu seul et unique, un Être que nous connaissons dans notre cœur, avec sincérité, pas besoin d’image, de croix, de statues de pierre et autres matières, non, seul à l’intérieur de notre corps dans notre esprit et notre cœur, là est notre Dieu et Jésus le Nazôréen n’est pas un Dieu, non c’est notre Roi sur la Terre, mais à l’heure d’aujourd’hui il n’a toujours pas son investiture, mais c’est notre médiateur, assesseur, prions son Père comme il nous l’a appris.

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales à tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

samedi 30 novembre 2019

NdR- Les Musulmans vol. II, chap. N°8 - Dix ans de guerres au nom de l'Islam

La Naissance des Religions

 

 

Chapitre N° 8

 

 

Les Musulmans …. 622 – 632

 

Dix ans de guerre au nom de

 

l’ISLAM

 

Volet 2

 

 

Mohamet ou Muhammad a maintenant vingt-cinq ans et fait un voyage commerciale, en Syrie, pour une riche veuve,Khadidja, fille de Khowaïlid, issu comme Mohamed de Kossaï,---{ tribu des Koreïchites }--

Isl- les batailles

A son retour, il épouse celle-ci en lui offrant vingt chameaux de dote. Avec elle il aura sept enfants, trois mâles et quatre filles. Tous mourront, deux garçons très jeunes, et les autres pendant la « Grande Disette » de 607 à 609 environ.

A l’époque de Mohamet, ou Muhammad ABU-KASIM, ou aussi Muhammad ABU-AL-QÄSIM les Arabes du désert vivaient dans une indépendance complète, sans aucun centre d’autorité nationale. Ils ne professaient pas non plus tous, la même religion ; la religion chrétienne s’était répandue parmi les Arabes des villes ; quelques tribus suivaient la religion de Moïse, mais l’immense majorité des Arabes étaient idolâtres.

La Kaaba était devenue le centre de tous les Arabes idolâtres, mais aussi de toutes les autres religions, aussi bien des croix de Jésus-Christ, et des statues de Saints et de Saintes, que les sculptures des « dieux » des autres religions. Tout ce petit monde se respectait en parfaite harmonie.

En 610, Mohamet, Muhammad Abu-Kasim appelé en 622 « Mahomet », était un commerçant bien établi dans la société des Koreïchites, mais toujours insatisfait. La richesse et le florissant commerce donnait à celui-ci du temps pour se consacrer aux femmes et à la méditation.Par le cours de ses nombreux voyages, il fut influencé par les doctrines chrétiennes, hébraïques, voire bouddhistes et hindouistes, et il percevait l’énorme différence qui existait entre le polythéisme des Arabes et la « pureté » d’une foi fondée sur un dieu unique.

Je ne vais surtout pas entrer dans le dogme de la religion, donc je resterai avec sagesse sur les faits historiques de la littérature Arabe non religieuse.

Isl- les combats

Mohamet ---dit « Mahomet » --- était un homme extravagant, qui avait de temps en temps des crises d’épilepsie, maladie non connue à l’époque, alors on le prenait pour un fou. Comme tous les Arabes chaque année il allait faire son pèlerinage à la Mecque, adorer la  « Pierre Noire » de la Kaaba, qui représentait la présence d’ « AL-ILAH » le « Grand-Dieu »et il en profitait pour prêcher sa nouvelle « Religion » qu’il appelait « ISLAM » ----«  se rendre à Dieu » ----

Cela lui valut beaucoup d’ennemis et sans la protection de ses oncles, bien qu’ils fussent en très grand désaccord avec lui, Mohamet aurait été lapidé ou décapité.

A la Mecque sa situation se détériorait suite à ses prêches, alors quelques Koreïchites tentèrent une dernière démarche auprès de lui pour le persuader de quitter la Mecque ou de cesser ses prédications afin d’éviter une effusion de sang, car les pour et les contre commençaient sérieusement à s’invectiver.

Mohamet quitte la Mecque pour aller s’installer à Taïf ville rivale. Ses prédications y rencontrèrent tout autant d’opposition, d’insultes et de haine. Il retourna donc à la Mecque et mit beaucoup plus de réserve dans sa conduite en ne prêchant plus en public et en arrêtant d’insulter et de railler les Dieux des autres religions.

En 619-620 son oncle Abou-Talib, ainsi que sa femme Khadidja meurent.

Mohamet {--« Mahomet » ---} privé d’appui est dans une situation précaire à la Mecque.

En 622 à la Mecque, secrètement il fait un pacte avec les Arabes de Yathrib, malgré tout, le mystère fut connu des Koreïchites qui résolurent de se débarrasser d’ABU-KASIM Mohamet --- Mahomet ---. La chasse contre les musulmans commença et dans la crainte des mesures violentes beaucoup se réfugièrent à Yathrib.

Isl

ABU-KASIM, trompant la vigilance de ses ennemis qui épiaient tous ses déplacements, s’enfuit de la Mecque dans les premiers jours du mois de Juin 622 par ce stratagème : ---- « Prévenu d’un complot tramé contre sa vie, il sortit de chez lui par une porte de derrière, en laissant Ali dans son lit. »----

Cette fuite « HIDJRET » sera appelé l’« HÉGIRE » qui marque le début de l’ère des mahométans. Pendant plus d’un mois il a fui les Koreïchites faisant des détours, en passant par Koba, village situé à quatre kilomètres de Yathrib, et c’est là qu’il posa la première pierre de la première mosquée musulmane.

A partir de ce jour-là, le Nom de Mohamet par un jeu de syllabe deviendra « MAHOMET ».

Yathrib est dirigée par quatre tribus guerrières, deux Arabes et deux Juives, qui vivent en complètent harmonies, même si de part et d’autre il y a des adeptes de la nouvelle pensé de Mahomet

Arrivé à Yathrib, Mahomet passe un accord avec les chefs de tribus, qu’il respectera :

« Si nous nous faisons tuer pour toi, quelle sera notre récompense ?

--- Le Paradis !

---Mais si nous t’aidons au succès de ton entreprise, ne nous quitteras-tu pas pour retourner à la Mecque ?

--- Jamais ! Je vivrai et je mourrai avec vous ! »

Alors il fait cet accord avec les « Ansar » ---{ Juifs }--- et les « Mouhadjir » --- { Arabes } --- pour éviter toute espèce de rivalité ; ces deux clans avec leurs quatre tribus formeront son armée fidèle. Il décida que les juifs et les arabes, alliés aux musulmans, devaient être à l’abri de toute insulte ou vexation, et pouvaient librement professer leur culte.

Installé maintenant à Yatrib, il fit construire des « minarets », sorte de tour de guet à laquelle il joint une « mosquée », lieu de prière.

Depuis ce jour Yatrib sera appelée « MÉDINE ».

ABU-KASIM dit « MAHOMET », ne sachant ni lire, ni écrire, d’une connaissance remarquable du monde Arabe, Juif, Chrétien, par ses nombreux voyages en Syrie, d’une grande intelligence, se révèlera être un homme, d’une autorité dictatoriale, rusé, fin politicien, et un grand chef de guerre.

De 624 à 632 Mahomet ne vécut que de « GUERRE », nommé « djihad », soi-disant au Nom du Grand Dieu dont il changea le nom de « AL-ILAH » en « ALLAH » pour différencier les « musulmans » des autres religions arabes considérées comme « infidèles » par Mahomet.

Mam-Mahomet à la bataille de Badr

Je ne vais pas écrire toute l’histoire des combats et des guerres de MAHOMET rédigés par les historiens Arabes sauf, rapidement, les plus importantes.

De 622 à 627 une multitude de petite guerre contre les juifs et les idolâtres, c’est à dire contre les juifs, chrétiens, arabes qui ne suivaient pas les mahométans appelés « musulmans ».

En 627 une coalition de guerriers arabes, juifs et chrétiens assiège Médine, et comme les musulmans creusèrent trois fossé autour de Médine, cette guerre fut appelée « la guerre du fossé »----{ le Coran relate ces faits enjolivés dans la Sourate XXXIII sous le nom de « Al-ahzab », les confédérés comme un miracle ….}---- De terribles combats eurent lieu dans ces fossés entre les assiégeants et les assiégés.

Après un mois de siège des amis de Mahomet s’infiltrèrent dans le camp de la coalition et y semèrent la discordent. Les tribus ne s’entendant plus, le siège fut levé deux semaines après. Le siège dura en tout, un peu plus d’un mois et demi, laissant des centaines de mort et blessé de part et d’autre.

Quelque temps après, Mahomet parti à la tête de trois mille hommes pour se venger en assiégeant à son tour la tribu des Koraïza. Ceux-ci privé de nourriture se rendirent quelque temps après. Mahomet fit égorger tous les chefs, et partagea entre les musulmans les femmes, enfants, et toutes les richesses.

Après cela, Mahomet partit en expédition contre diverses tribus arabes qu’il soumit par la force à l’ « ISLAM ». Pendant ces six années ---{ 622-628 } --- de conflits les musulmans ne purent faire leur pèlerinage à la MECQUE et ils commencèrent à gronder contre Mahomet.

En 629, il passe un accord avec les Koreïchites de non-agression contre toutes les tribus arabes non musulmanes et les Koreïchites pendant dix ans, ce qui permit aux musulmans ainsi qu’à Mahomet de faire le pèlerinage.

Après son pèlerinage, Mahomet ne respectera pas son engagement.

Il partit jusqu’à Mouta au frontière de la Syrie avec une armée de plus de trois milles hommes, mais il essuya une sérieuse défaite.

Étant affaibli, il attaqua les tribus bédouines qui ne purent que se rallier à celui-ci, sous peine d’extermination. Au début de l’année 630, il ne manquait plus à Mahomet que de conquérir la MECQUE tenu par les Koreïchites.

Isl-

Fort d’une armée de dix mille hommes, il partit faire le siège de la MECQUE. Les combats furent sanglants aux portes de la ville, mais après dix jours la ville capitula.

Mahomet fit décapiter les Koreïchites qui gardaient la Kaaba même ceux qui étaient sous les tentures.

Il fit sept fois le tour de la Kaaba en touchant avec respect la « Pierre Noire » avec son bâton recourbé à une extrémité nommé « mihdjan ».

Ce même jour, il fit monter toute la population de la Mecque à la colline de Safa pour l’obliger à lui faire allégeance et serment d’obéissance sous peine de décapitation.

En 631, ayant appris la marche d’une armée romaine et arabe contre les musulmans, il monta avec une armée de trente mille hommes à Tabouk, sur la frontière Syrienne. La nouvelle était fausse, alors il alla soumettre la ville d’Aïla, ville commerçante située sur la mer Rouge, et quelques autres places voisines de Tabouk.

Le 8 Juin 632 « MAHOMET » meurt d’une crise d’épilepsie ……{ la maladie des fous }

Dans la même année plus de six cents de ses proches furent tués ; particulièrement les « kourra », lecteurs du livre sacré des paroles de Mahomet, et les « hamalatoul Kor’an » qui récitaient le livre sacré des paroles de Mahomet.

Abou-Bakr ---{ Aboubekr }--- beau-père de Mahomet lui succéda de 632 à 634, et devint le premier Khalife désigné par les compagnons du Prophète ---{ sunnite }---, mais contesté par les chiites et les kharidjites.

Pendant ces deux années la chasse aux musulmans fanatiques fit rage. Les instincts premiers revinrent, les tribus se reformèrent, le pillage, les petites guerres, le commerce galant repris.

Isl-Mosquée al-Nabawi de Médine, en Arabie saoudite

Abu-Kasim Muhammad ou Mohamed monta sa religion « Musulmane » par le sang et les larmes avec des humains qui ne pensaient qu’à décapiter et égorger leurs semblables et sur les atrocités des « Mahométans » j’aurai pu écrire dix pages de leur guerre pour obliger les humains « infidèles » comme ils les nomment à embrasser leur religion ou sinon mourir décapité. Ah c’est vrai depuis 622 Mahomet n’a tué personne d’après les historiens, mais combien d’humains perdirent la tête par décapitation sur son ordre, même les prêtres de la Mecque qui gardait la Kaaba. Cet homme me fait penser au « Parrain » de la maffia qui ne se salissent pas les mains, mais qui commande à leur « lieutenant » de faire le sale boulot pour eux.

Je vais écrire ce que je pense et cela n’engage que moi, mais cette religion Musulmane a pris son essor par les guerres, le sang, les tueries, même aujourd’hui. Toujours aussi courageux l’homme ou la femme se suicide au nom d’ALLAH et de son prophète Mahomet, en tuant avec eux femmes, enfants, vieillards, car il pense aller au Paradis, mais le Dieu seul et unique, que je nomme EL-SHADDAÏ et qui peut aussi se nommer ALLAH ou AL-ILAH, au jugement de l’esprit il dira : « Tu refuses la vie sur Terre puisque volontairement tu te supprimes la vie, et ici tu veux vivre ! Ce n’est pas possible puisque tu ne voulais pas de ta vie, alors ici tu ne peux vivre non plus, ta place est dans le Néant ! » Ce raisonnement, mon raisonnement je le trouve juste, mais je ne suis pas un Dieu. Et je ne vois pas un Dieu donner le Paradis à une âme Terrestre qui se supprime sur la Terre en supprimant des autres âmes qui veulent vivre ! Où serait la Justice Divine ?

Isl-Mosquée_Masjid_el_Haram_à_la_Mecque

J’ai lu un certain nombre de Sourate divisée en verset, l’enseignement est, disons biblique, mais il y en a beaucoup qui diffusent la haine du « Djihad », et le Coran vous pouvez le transformer comme cela vous chante, et c’est ce que font les fanatiques Islamiques.

OMAR ben al-Khattab, second Khalife de 634 à 644, il mourut assassiné.

Cet homme réunit toutes les tribus et clans et refit une armée gigantesque, leur promettant richesses, femmes et Paradis s’ils se battaient au Nom d’ALLAH et de son prophète Mahomet.

Comme nous dirions aujourd’hui :  « la mayonnaise à prise ! »

Ils reprirent le nom de « Musulman » avec ce qui restait des paroles de Mahomet. Omar conquit la Perse, toute l’Arabie, et l’Égypte.

En 644 c’est Othman ben Affan qui lui succéde 644-656.

Il existait quatre écritures du Coran, celui des Sunnites, Chiites, Kharidjites plus un autre perdu aujourd’hui.

Réunissant toutes les factions, il les obligea à écrire un seul et unique « CORAN » qui représenterait toutes les tendances, d’où cette incohérence et cet amalgame de mélange politique et religieux, sans compter les rajouts, suppressions, inventions, etc ---- comme les écrits Bibliques.

Isl-La Kaaba vue le soir

Cet ouvrage fut terminé en 650, mais ne fut jamais bien accepté par les chiites.

De ce Coran « le ar-rasm al-othmani » il en existe deux copies ; une à Istambul et l’autre en Ouzbékistan.

Par contre aujourd’hui, il existerait deux « CORAN » un sunnite dit le « pur » ?…, descendant de Omar ben al-Khattab et un chiite, celui des « infidèles » descendant d’ALI égal au Prophète.

----{ Je possède un « Coran » qui est la copie de l’exemplaire original qui avait été confié à la garde de Hafsa, fille d’Omar et veuve de Mahomet.

-----De quel Omar ? …..Le premier qui n’a eu que deux ans de règne Abou-Bakr ou Aboubekr, ou le second Omar Ben Al-Khattab qui régna à la suite du premier pendant dix ans ! …. Je pencherai pour la seconde solution, qui est infiniment plus logique. }------

Voici mes remarques :

La religion musulmane n’a grandi que par les massacres et le sang, et pour moi il n’y a guère de différence entre les « Musulmans » et les « Chrétiens » car cette seconde à elle aussi grandit par les massacres et le sang.

Mao-a,Mort de Mahomet

Se sont deux « Religions » jumelles qui se tuent entre elles, composées d’une multitude de factions pour l’une et de sectes pour l’autre. Toute leur histoire est composée de guerres, meurtres, assassinats. Elles n’ont vécu et ne vivent que dans le sang des tueries et le massacre des innocents, femmes, enfants, vieillards, … -----Irlande, Irak, Liban, Soudan …

Seule différence, leur origine ; Mahomet c’est servi de ses connaissances sur les religions qu’il côtoyait pendant ses voyages et a pris un peu de l’une, un peu de l’autre, et encore d’une autre, pour créer sa nouvelle religion puis c’est servi des armes pour faire admettre ses idées.

L’autre, Jésus le Nazaréen, c’est servi de sa langue et de son esprit.

Ce n’est que bien plus tard que ses adeptes prendront les armes en son NOM.

Si Néron en 64 n’avait pas persécuté la secte des « Nazôréen » le christianisme ne serait pas né, et aurait été étouffé dans l’œuf, si je puis m’exprimer ainsi. Il faut aussi reconnaître que Constantin le Grand en déclarant le christianisme « religion d’Empire » a permis à celle-ci de sortir définitivement de l’anonymat.

Tout ce que je viens d’écrire se trouve dans les livres d’histoire des Arabes, et encore je n’ai écrit qu’une infime partie de la vie non religieuse d’ABU-KASIM dit « MAHOMET ». Aujourd’hui les musulmans refusent et nient farouchement l’esprit guerrier, autoritaire, sanguinaire de « Mahomet » et pourtant je n’ai écrit que le dixième des atrocités de cet homme, ce sont des faits historiques pour des écrivains Arabes dont je remercie leur courage car contre eux, beaucoup d’Islamistes cherchent à les tuer, mes ces écrivains sont déjà décédés et je tairai les vivants. Dans mes voyages de ces pays arabes, je suis tombé sur des hommes qui suivent le Coran, celui que je possède, qui parle d’amour de son prochain, des enseignements bibliques, un peu de « djihad », mais tellement peu, …. Alors chez eux le fanatisme n’existe pas.

Le prochain thème sera les Hébreux

En attendant portez-vous bien !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

dimanche 24 novembre 2019

NdR-Les Musulmans vol I, chap. N°7 - Abu-Kasim Muhammad - Mohamet

La Naissance des Religions

 

Chapitre N° 7

 

Les prémices vers des Grande Religions

 

Les Musulmans ….

 

Abu-Kasim Muhammad - Mohamet

 

Volet 1

 

La religion musulmane, la religion la plus jeune de toute, la plus guerrière et dangereuse par son fanatisme, meurtre, assassinas, suicide kamikaze, promulgué par leurs Dirigeants, Mollah, Imam, Ayatollah, basé sur l’hypocrisie et le mensonge, dont les bases sont nommées le « djihad »

Voici une petite anecdote historique :

Boudd-a,Prince Siddhârtha Gautama

Le musulman indien Maulana Abul Kalam Azad a suggéré dans un commentaire du Coran que Siddhârta Gautama serait le Prophète de l’Islam Dhū'l-Kifl référencé dans les sourates 21 et 38, ainsi que les personnages bibliques Ismaël, Idris, Énoch et Élisée. Il a proposé de voir dans le Kifl de Dhū'l-Kifl, qui en Arabe signifie « propriétaire d'une double part », une déformation de Kapilavastu où le Bouddha a passé sa jeunesse.

Un rappel : le Coran n’est pas écrit comme la Bible où l’histoire se suit exemple le Livre des Rois ou celui de Samuel. Le Coran est écrit par ce qu’on nomme des « Sourates ». Il commence par les plus longues pour finir par les plus petites, ce qui en fait un livre désordonné, sans suivi, où l’on saute allègrement « du coq à l’âne ». Les « Sourates » comme la bible sont divisées en verset et commence toujours ainsi :

« Au nom du Dieu clément et miséricordieux » et selon l’éditeur se sera :

« Au nom d’Allah clément et miséricordieux »

Sourate XXI, 112 versets, verset 85 :

« Souviens-toi d’Ismaël, d’Edris, de Dhoulkefl, qui tous supportaient avec patience les maux et les peines. »

Sourate XXXVIII, 88 versets, verset 48 :

« Souviens-toi aussi d’Ismaël, d’Élisée, et de Dhoulkefl : tous étaient justes. »

Néanmoins, il n'y a aucune preuve directe pour soutenir cette spéculation, et selon d'autres auteurs, Dhū'l-Kifl n'était qu'un homme juste et pas un prophète, ou alors il était le prophète Ézéchiel mentionné dans la Bible. 

Par la naissance de cette religion nous allons comprendre ; faits historiques et véridiques qui dérangent certains de ses adeptes, car ils n’aiment pas la vérité.

Mam-y,Coran datant de 1867 à Istanbul en Turquie

Le Coran est un ensemble, qui paraît informe et incohérent, de préceptes moraux, religieux, civils et politiques, mêlés d’exhortations, de promesses et de menaces relatives à la vie future, et de récits empruntés avec plus ou moins de fidélité à l’antiquité biblique, aux traditions arabes, et même à l’histoire des premiers siècles du christianisme et du bouddhisme.

Muhammad ---Mahomet---- ne savais ni lire ni écrire.

Le Coran dit :

« Dieu lui-même à dictée à Mahomet le Coran »

Ceci est une véritable invraisemblance. De source sûre et historique, donc non contaminé par le dogme religieux, les discours de Mahomet étaient copiés par ceux qui savaient écrire.

Ce sont ses disciples qui transcrivirent, sur des morceaux de parchemin, sur des coques de bois, sur des étoffes et même sur des ossements d’animaux, au début de façon très désordonnée, ses discours et ses révélations supposées, d’où la complexité et l’obscurantisme des enseignements coraniques, chacun pouvant l’interpréter comme bon lui semble.

En effet divisé en 114 chapitres nommés « Sourates » le Coran est disposé par ordre de longueur décroissante. Les révélations les plus longues et les plus complexes viennent en premier, les plus courtes, en dernier.

L’écriture ancienne des Himyarites, l’ougarite d’origine Sémitique, était presque perdue, comme le Paléo-hébreu, l’Araméen et avait été remplacée par l’Hébreu carré, le Syriaque, un peu de Grecque et de Latin, qui ne s’adressait qu’aux Arabes juifs ou chrétiens. Quant à la nouvelle écriture connue sous le nom de « Djezm » introduite peu avant la naissance de Mohammet Abu-Kasim ---plus tard Mahomet --- n’était connue que par un petit nombre.

Vous comprenez le pourquoi de l’obscurantisme du « Coran », car écrit comme expliqué ci-dessus, mais en plusieurs écritures qu’il a fallu traduire.

Seul reste les « piliers » de l’Islam : « Islam, « chahada », profession de foi » «  la prière « calat » cinq fois par jour » «  le jeûne « swan » le Ramadan » «  le Hadj aller au moins une fois en pèlerinage à la Mecque dans sa vie » et « l’aumône « zakat ».

Mam-Manuscrit datant du viie siècle,

Le Coran fut écrit dix ans après la mort de Muhammad dit « Mahomet », soit en 642 après J.C. sous le règne d’Omar Ben Al - Khattab, successeur de Mahomet, par le jeune copiste Zaïd-Ben-Tsabit, après avoir réuni tous les textes épars. Le résultat de ce travail devint le « CORAN » ---{ de qur’an, lecture, discours }----- .

Comme d’autres croyants avaient rassemblé les discours de Mahomet qui n’étaient pas inclus dans la version Coranique de l’an 642, en 650 une version officielle apparue, mais les chiites de Perse refusèrent cette version.

Par ailleurs, le chiisme reconnaît les saints et leur tombeau donne lieu à des pèlerinages. A contrario du Sunnisme, le Chiisme est une religion qui reconnaît une hiérarchie officielle.

Histoire historique de la naissance de l’Islam.

La grande presqu’île Arabique n’a pas été tout le temps habité par un peuple de la même race et de la même langue.

La première race connue, les Arabes pur-sang, sont désignés sous le nom « el-Ariba ». Ce sont les Arabes aborigènes composés ce ces peuples les Adites, Thémoudites, Amalika, Amalécites et des peuplades de Tasm et de Djadis issus d’après les historiens arabes de SEM et CHAM, fils de NOÉ.

La seconde race est celle des Arabes, qui se sont fait Arabes, les « Moutéarriba » ; on les considère comme issus de Kaktan ou Yaktan fils d’Héber. Ils se sont établis au Yemen, nommé l’Arabie Heureuse, et d’où viendrait la Reine de SABA.

La troisième race est celle des Arabes assimilés aux Arabes, les « Mousta’riba » ; se sont les descendant d’Ismaël, fils d’Abraham et de sa servante égyptienne Agar. Ils se sont établis dans le Hedjaz, l’Arabie Déserte, cette bande de terre aride qui longe la Mer Rouge. Ils se sont successivement répandus dans toutes les autres parties de l’Arabie.

Cette race fut longtemps considérée comme une race de bâtards appelés les Ismaélites, car croisé entre la race égyptienne et juive.

----//… « Abraham renvoie donc dans le désert sa servante égyptienne Agar et son fils, Ismaël, qui manque d'y périr. Un ange apparaît alors à Agar, sauve son fils et lui promet d'en faire le « père d'une grande nation. »…… »----//…{ Histoire et vie d’Abram

Abram-a,Agar et Ismaël dans le désert

Et Agar appela l’Éternel qui lui avait parlé du nom de Atta-EL-Roï, c’est toi le Dieu qui me voit : « Atta-EL-Roï fut avec Ismaël. Il grandit et vécut dans le désert où il devint un habile chasseur à l’arc. Il s’établit dans le désert de Parân et sa mère, Agar, choisit pour lui une femme du pays d’Égypte. »

La famille des Koreïchites est une de cette descendance directe d’Ismaël, au sein de laquelle naquit « ABU-KASIM Muhammad », appelé plus tard « MAHOMET », en 569- 570 ou 571 ap.J.C. à la Mecque.

Faisons un peu d’histoire pour comprendre.

Bien avant Abu-Kasim Muhammad, appelé en premier « Mohamet », puis « Mahomet » vers l’âge de quarante ans, la vallée de la Mecque était depuis les temps les plus lointains, le séjour des tribus arabes qui se groupaient aux environs du temple de la Kaaba, dont ils se disputaient la garde et l’intendance comme un honneur et un titre à la suprématie.

La « Kaaba » est une maison carrée dans laquelle s’est enchâssée une météorite de couleur brune tirant sur le rouge il y a bien longtemps, appelé par les Arabes la « Pierre Noire ».

Les humains qui furent témoins de ce phénomène, prirent cette maison en adoration, car pour eux cela représentait la maison terrestre du « GRAND-DIEU » celui au-dessus de tous les autres dieux, le « Créateur de l’Univers » Par crainte et sûrement par peur ils doublèrent cette maison carrée et en firent un édifice imposant de peur qu’elle ne s’écroule et la recouvrirent d’une immense tenture. Ce quadrilatère fut complètement détruit par un incendie vers l’an 600. En 605 les Koreïchites résolurent de rebâtir le temple de la Kaaba en insérant cette fameuses « Pierre Noire » à une certaine hauteur……Bien des années plus tard après la mort de « Mahomet », avec la fertilité de l’esprit arabe, une légende est née, ou bien sûr, était inclus « Mahomet » à la construction de cette nouvelle Kaaba.

Ces humains nommés « Bédouins », des nomades à la frontière du désert, vivant de l’élevage des chèvres, moutons, chameaux et dromadaires, mais aussi du tissage de la laine et des poils de chèvre, le « cachemire », étaient polythéistes et adoraient des esprits invisibles appelés « Djinns » ; c’étaient des démons ou des anges animés de sentiments amicaux envers les humains qui personnifiaient les forces de la Nature ou des passions humaines. Les divinités variaient selon les régions de l’Indus, Tigre, Euphrate, Nil et de toute la Péninsule Arabique, mais tous croyaient à cette divinité supérieure « Créateur de l’Univers » qu’ils nommaient « AL-ILAH », celui qui est, proche « d’EL-OHIM », le dieu des Patriarches de la Bible ou « EL-LI », le dieu des Prophètes.

Ce dieu « AL-ILAH », le père de tous les dieux des tribus bédouines a toujours sa reproduction, son effigie, à l’intérieur de la Kaaba. { Comme  au Vatican certains livres sont cachés et interdit d’être dévoilé, à l’intérieur de la Kaaba certaines choses ne seront jamais dévoilées, comme cette  icône }

De nombreux sanctuaires disséminés dans le désert faisaient l’objet de pèlerinages, encore aujourd’hui.

Par contre, au moins une fois dans son existence un Arabe bédouin devait faire le pèlerinage dans la vallée de la Mecque pour se rendre à la Kaaba, afin de remercier le Dieu supérieur à tous les dieux le « Grand-Dieu de l’Univers » AL-ILAH, qui, beaucoup plus tard, sera transformé en « ALLAH ».

Cette croyance d’un Dieu unique supérieur à tous les autres se retrouve dans toutes les grandes religions antiques et a pour origine l’Orient sémitique, c’est-à-dire la région de la dispersion des humains. Ex. : Brahman { hindou }, Ahura Mazdâ { empire Perse }, Al-Ilah { les Arabes bédouin }, El-Shaddaï { Abram et sa descendance } et les grandes religions d’Amérique latine avec « Pachacamac » et « Viracocha » ainsi que les indiens « Peau-Rouge » et le « Grand-Esprit » avec l’Amérique du Nord

Isl- les combats

Cette société de bédouins était très divisée, surtout les Arabes du désert de descendance Ismaélique.

Ils vivaient de brigandage, de petites guerres pour la possession d’un puits ou d’un pâturage, du contrôle d’une piste de caravaniers. La razzia et le pillage étaient leurs passe-temps favoris, comme les jeux de hasard, la soûlographie, la polygamie, le commerce de la galanterie, ainsi que les mariages incestueux.

Ainsi la société arabe était-elle fragmentée en de multiples clans qui formaient des tribus, dirigées par des Chérifs ou Saïds qui seront appelés après le décès de Mahomet, Khalife, Émir, Imam …..

Ces arabes du désert vivaient ainsi à la naissance d’Abu-Kasim Muhammad dit « Mahomet »

Vers l’an 200 ap.J.C., un des descendants d’Adnan, nommé Fihr, et surnommé el-Koreïch, devint le père de la grande tribu des Koreïchites, qui acquit par la suite une grande influence à la Mecque. Kossaï, un de ses descendants à la cinquième génération, parvint non seulement à supplanter les Khozaa, autre grande tribu arabe, dans l’intendance de la Mecque, mais encore, pour assurer définitivement ces importantes fonctions à sa famille, il persuada aux Koreïchites de bâtir à l’entour de la Kaaba une ville dont les différentes parties seraient occupées par les membres de la grande tribu Koreïchite.

Kossaï fit construire un Temple qui entourait la Kaaba. En 440 ap.J.C. le nom des Koreïchites était connu dans toutes les parties de l’Arabie.

Grâce à tous les pèlerins qui venaient à la Kaaba, tous les clans associés aux Koreïchites faisaient fortune. Chrétiens, Juifs, Arabes vivaient en parfaite communauté et la Kaaba servait de pèlerinage à de multiples religions chacune ayant leur « Dieu » représenté par des « Idoles ». La ville de la Mecque était riche et florissante. Cela n’empêchait aucunement, bien au contraire, tous les passe-temps cités ci-dessus.

Kossaï eut quatre fils ; Abdmenaf le benjamin eut quatre fils aussi ; Hachim le troisième eut un fils Cheïba appelé aussi Abdelmottalib parce qu’il avait été adopté par son oncle Mottalib.

Isl-

Abdelmottalib avait des charges très importantes à la Mecque et faisait partie de la grande noblesse. Malheureusement pour lui il n’avait qu’un fils.

Chez les Arabes comme chez les Israélites la postérité mâle avait beaucoup d’importance. Ce sentiment était tellement enraciné chez les Arabes, qu’Abdelmottalib essuyait de la part de ses compatriotes des insultes pour n’avoir eu qu’un fils.

Voici un fait historique réel.

Je vous laisserai, seul juge ! …. Cette Loi est toujours valable aujourd’hui en 2019, voilà pourquoi le Khalife de Libye Kadhafi était obligé de libérer les infirmières bulgares.

Vous serez étonné d’une similitude avec des Écrits religieux, que les musulmans refusent en acceptant la LOI.

Quelle contradiction ? …

Voici les faits :

----« Dans son dépit, Abdelmottalib fit serment que si le « Grand-Dieu » « AL-ILAH » lui accordait dix enfants mâles, il lui en immolerait un devant la Kaaba. Le vœu d’Abdelmottalib fut exaucé. De 528 à 569, il eut douze fils et six filles.

Un jour, décidé à remplir son serment, il réunit les dix plus âgés de ses fils, et leur fit part du serment qu’il avait fait jadis avant leur naissance. Chacun d’eux se résigna à être la victime, et l’on se rendit à la Kaaba devant l’Idole « HOBAL » pour tirer au sort. Le sort tomba sur Abdallah, celui que son père aimait le plus.

Le sacrifice allait être accompli dans le lieu destiné à l’immolation des victimes, lorsque des Koreïchites accoururent, arrêtèrent le bras d’Abdelmottalib, et lui conseillèrent de consulter une devineresse qui se trouvait à Khaïbar, ville fortifiée, habitée par des juifs. La devineresse demanda quelle était l’amende qui se payait pour un meurtre. L’amende est de dix chameaux lui répondit-on. Alors elle plaça Abdallah d’un coté et dix chameaux de l’autre, et consulta le sort. Si le sort tombait sur Abdallah il fallait ajouter dix chameaux, jusqu’à que le sort tombe sur les chameaux. Abdelmottalib se conforma à la décision de la devineresse, et comme le sort fut dix fois contraire à Abdallah, son père ne racheta son serment qu’au prix de cent chameaux. Depuis ce temps, le prix du sang humain fut fixé par les Arabes à cent chameaux. »----

Isl

Cela ne vous fait pas penser à l’histoire d’Abraham ? …..

Comme je l’ai écrit ci-dessus cette LOI a toujours cours aujourd’hui !

Ce qui signifie que si vous pouvez acheter cent chameaux vous êtes autorisé à tuer votre semblable. J’en déduis que la peau d’un humain ne vaut pas cher pour les Arabes.

Abdelmottalib maria Abdallah à Amina, fille de Wahb, un des descendants d’Abdmenaf. C’est de ce mariage que naquit Muhammad dit « Mahomet »

La date exacte de la naissance de « ABU-KASIM » Muhammad ---Mahomet --- est inconnu et a une variation de six années, les historiens estimant la probabilité vers 569-570 ap. J.C.

Connaissant le don du merveilleux, du fantastique, du mythique de la littérature arabe par ces contes voici une légende :

« Au moment ou naquit le futur prophète le palais des Cosroës, à Ctésiphon, s’ébranla, et quatorze de ses tours s’écroulèrent ; le feu sacré des pyrées s’éteignit malgré la surveillance incessante des mages ; le lac Sawa se dessécha et une lumière extraordinaire sortait du sein d’Amina, sa mère, pour illuminer le monde. »

Il avait environ neuf ans quand son oncle Abou-Talib le recueillit, après la mort de ses parents, puis de son grand-père Abdelmottalib, et lui donna le nom « ABU-KASIM », transforma son prénom de Muhammad en « Mohamet » appelé bien plus tard « Mahomet »

Mao-a,Arrivée_de_Mahomet_à_La_Mecque-Ishâq_al-Nishâpûrî-1581

Abou-Talib, avec la caravane des Koreïchites, l’emmena en Syrie.C’est à son retour de ce voyage que Muhammad Abu-Kasim, âgé de quatorze ans, prit part à la seconde des guerres connues parmi les Arabes sous le nom de guerres d’El-Fidjar, ou de la violation du mois sacré, du crime, guerres que soutenait les Koreïchites contre la tribu des Benou-Hawazin. Il fut conté que pendant les batailles de cette guerre Abu-Kasim Muhammad appelé trente ans plus tard, « Mahomet », ne faisait que ramasser les flèches pour les amener à ses oncles, alors si cela est véridique le menteur n’est pas loin. Tous les écrits ou histoires orales, sur ces guerres pendant dix ans ont été évincés de la vie de Mohamet --- Mahomet ---, les têtes tombaient facilement pour ceux qui osaient écrire ou parler de cette époque.

Mahomet, contrairement à Jésus le Nazôréen, a monté sa religion, l’Islam par la force, le sang, les têtes coupées, car c’était un homme autoritaire qui considérait qu’il avait toujours raison. Il faut avoir cela en tête, Mahomet ne savait ni lire, ni écrire, mais il avait pour lui une grande intelligence, et beaucoup de mémoire.

Il était atteint de la maladie des fous, en un mot il était épileptique, et quand il avait ses crises pour les cacher il déclarait qu’il avait été visité par les Anges.

Mao-a,Mahomet et sa femme Aïcha libérant la fille d'un chef de tribu

Mahomet possédait neuf sabres et celui qu’il préférait, était un sabre à deux lames divergentes vers la pointe, toujours à sa ceinture et il lui avait donné le nom de « Dhoulfikar » et au sujet de ses goûts il disait : « Les choses que j’aime le plus au monde, ce sont les femmes et les parfums, mais ce qui me réconforte l’âme c’est la prière. »

Comme nous pouvons le constater la différence avec Jésus le Nazôréen est énorme, car Jésus parlait d’amour et sa seule arme était son enseignement. Il ne conversait pas sur le plaisir charnel, qui pour lui était une union pour ne faire qu’un, un plaisir mutuel, et avoir une descendance. Par contre, quand nous lisons les paroles de Muhammad, nous constatons qu’il parle d’adultère, du sexe galant, pornographique, et l’amour est loin, sauf cet amour corporel, physique, luxurieux, érotique, la pensée saine de Jésus le Nazôréen est lointaine, car pour Mahomet, le sexe, et son propre plaisir avait de l’importance puisque pour lui « les femmes comptaient le plus au monde avec les parfums » voilà pourquoi le Coran Sourate IV : 3 écrit : « Si vous craigniez de n’être pas équitables envers les orphelins, n’épousez, parmi les femmes qui vous plaisent, que deux, trois, ou quatre » Mais pour Mahomet il avait neuf femmes, prérogative qu’il revendiquait en sa qualité de chef spirituel et de prophète. « Faites ce que je vous dis, mais ne faites pas ce que je fais ! » Historiquement Mahomet à la Mecque fit bien couper la tête des prêtres de la Kaaba, et à la population, c’était allégeance à ma religion et à Moi si non la décapitation, alors c’est cela l’amour ? …..

Je continuerai sur cette religion dans quelques jours le temps de continuer mes recherches

Portez-vous bien et prenez soins de vous, de votre famille !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »

samedi 16 novembre 2019

NdR-chap. N°6 - Religions et pensées Asiatiques

La Naissance des Religions

 

 

Chapitre N° 6

 

 

Hindouisme, Bouddhisme, Confucianisme, Taoïsme, Shintoïsme,

 

 

Religions et pensées Asiatiques

 

 

 

Cette religion le mazdéisme est au commencement une religion Perse avec contrairement au christianisme un Dieu et un seul qui porte un nom « Ahura Mazda » dont le livre sacré est « l’Avesta » et fut la religion officielle des empires iraniens successifs Mède, Achéménide, Parthe et Sassanide. Le mazdéisme se transformera en une religion toujours monothéiste, une véritable avec le « Zoroastrisme » du nom de son prophète Zoroastre Zarathoustra, religion iranienne qui aujourd’hui a toujours ses fidèles et compte en Iran quelque deux-cent mille adeptes. Il semblerait que le christianisme, dans ses « Dogmes », a copié sur cette religion Perse qui pensait que chaque être humain est doté d'une âme éternelle et de libre arbitre. Après la mort, les âmes encourent un jugement et vont au ciel ou au purgatoire.

Boudd-a,Bouddha donnant son premier sermon à Sarnath

Zoroastre n’a jamais prétendu être un prophète, il s'est contenté de donner des directions de recherche spirituelle

Son enseignement reposait sur l'opposition entre le dieu du Bien, Ahura-Mazda et le dieu du Mal, Ahriman. L'homme, par la pureté de sa vie, de ses pensées, de ses paroles et de ses actes, devait se détourner des puissances du Mal et mériter ainsi le bonheur après la mort

Beaucoup de religions de l’Antiquité étaient polythéistes, mais quelques-unes étaient aussi monothéistes, mais il faut admettre qu’à l’ère de Jésus le Nazôréen, ces religions étaient rares.

Zoroastre a nommé son dieu Ahura Mazda, force créatrice du monde et des quatre éléments, l'eau, la terre, le feu et l'air, éléments que les zoroastriens vénèrent et respectent au plus haut point puisque venant du dieu. Il a aussi créé l'homme en lui donnant son libre arbitre afin qu'il puisse toujours choisir ce qu'il a à faire entre le bien et le mal. Tout homme est l'ouvrier du dieu pour faire évoluer le monde.

Selon Zoroastre, la « bonté » est quelque chose comme une lumière qui vient du fond de soi, et cette bonté est inhérente à l'homme. Il y a en tout homme deux tendances, l'une qui le porte au bien, l'autre qui le porte au mal ; ce que propose Zoroastre, c'est de toujours choisir le côté du bien, et cela se fait par une constante dialectique. Il est bien dit que c'est l'homme qui choisit, sans obligation, et que celui qui remplit sa responsabilité pleine et entière envers les autres est un « Saoshvant ».

Les zoroastriens admettent une vie après la mort et un jugement des âmes ; chaque être humain étant jugé selon ses mérites.

Si l’on vient à lire les textes Zoroastriens, l’on s’aperçoit que mille sept-cents ans avant le Christianisme, ceux-ci connaissaient déjà le paradis et l’enfer avec le passage du « Pont de Chinvat » après la mort suite au jugement de l’âme, mais que l’esprit continuait à vivre et selon ses actes, l’humain avait le droit à « la Maison des chants » pour le bien, ou tomber de ce pont dans « la Maison du Druj » qui était « l’Enfer »

Chn-a, Amaterasu, un des principaux kamis de la religion shintoïste

Les Zoroastriens connaissaient l’écriture puisque sur des « Livres Sacrés dont l’Avesta » ils récitaient des chants à leur Dieu « Ahura Mazda »

Le Christianisme du IVème siècle n’a rien inventé, sauf que, les premiers Apôtres qui ont été évangéliser la Mésopotamie, mais aussi l’Inde, comme Thomas et Barthélémy, connaissaient cette religion du Zoroastre, dont l’enseignement n’était pas si néfaste.

Des humains dans leur migration s’installèrent sur les rives de l’Indus. Comme tous les autres clans ou peuples, ils avaient leurs Idoles et furent appelés les « Indiens ». À l’origine des peuples, les humains après la dispersion émigrèrent sur toute la Terre et leur descendance formèrent des peuples qui reviennent à leur origine en descendant des plateaux montagneux Ararat mais aussi des plateaux Iraniens et de l’Afghanistan rejoignant les plaines de l’Indus dans un monadisme très lent, mais amenant une religion « d’esprit » ou la pensée à une énorme importance avec les « brahmanes » qui récitent des védas sorte de prière glorifiant les mouvements célestes des planètes, et d’un « Esprit » puissant gérant tout cela et la vie de l’humain.

Ces « Indiens », où plutôt ces « Hindous », nom donné par les Arabes au VIIème siècle, bien avant Moïse, Bouddha, Jésus Christ, ou Mahomet, chantaient les premiers hymnes religieux inspirées du « Souffle de Dieu ». Ces cantiques, les « Veda », sont encore aujourd’hui les textes sacrés de l’hindouisme. De nos jours cette religion est un amalgame extraordinaire de cultes et de doctrines hérités des innombrables traditions de cet immense pays.

Hind-a,Le dieu Shiva à Ganga Talao, Île Maurice

Le concept religieux fondamental datant du XVIème siècle avant J.C. est le « monisme », c’est-à-dire la réunion en une seule unité le « Brahman » l’Être Divin, le soi interne, l’âme ou l’Esprit éternel et le monde qui réunit « Brahma » { le Créateur}, « Vishnu » { le Conservateur}, « Civa » {le Destructeur }  le tout constituant la « Trimurti » { trinité} hindoue.

Dans la religion hindoue, chacun s’incarne dans sa vie future en fonction du comportement qu’il a eu dans sa vie. Les inégalités entre les humains ne sont pas dues au hasard, ni l’œuvre des dieux, mais le résultat des actions de chaque individu. Cette succession de morts et d’incarnations s’achève lorsque l’humain a atteint la conscience de Dieu et qu’il peut rejoindre le « Brahman ».

L’Hindouisme conception du soi interne et que le principe de toute vie, de tout progrès, de toute énergie, réside dans les différences, les contrastes, le tout étant le Brahman absolue, c’est la cosmogonie, l’Âme universelle. Le conflit polythéiste et monothéiste n’existe pas dans le concept de la religion Hindoue qui est aussi une civilisation Indo-Européenne et un parallèle formel entre la Trimurti et la Trinité Chrétienne dont le rapprochement théologique ne peut être démenti ; en effet en Inde, on représente la divinité comme triple, le Brahman égal le Brahma, Vishnu et Shiva les trois aspects du divin, mais l’Hindouisme possède trois-cent-trente millions de divinité autant que de fidèles à la religion.

La comparaison avec le christianisme est dans la pensée, le cœur, la vérité, car l’Hindouisme ne se cache pas de sa Trimurti, contrairement au christianisme qui se déclare dans ses « Dogmes », une « Sainte Trinité », mais qui se dit monothéiste, alors que l’Hindouisme reconnait le polythéisme de la Trimurti, le Brahman seul est monothéiste, que de vérité dans cette religion, tandis que la chrétienté veut absolument être monothéiste, sachant que cela est impossible.

Autre différence de vérité, la Trimurti Hindouiste déclare trois-cent-trente millions de divinité, alors que la religion chrétienne, particulièrement catholique possède autant de « Saint » qui existe de calendrier régional, départemental et journalier, donc nous ne pouvons les dénombrer surtout qu’ils changent selon le pays francophone.

Cette religion Hindou, comme toute religion aura ses schismes et de là naîtra une autre religion très importante le « Bouddhisme », et voici l’histoire de sa naissance.

Le Bouddhisme, Confucianisme et Taoïsme.

Né en Inde vers 560 av. J.C., Siddhârta Gautana --- 624-544--- était le fils d’un noble guerrier hindou. Né à Kapilavastu, village sur les contreforts de l’Himalaya, son père, Suddhodana, chef de ce village, est un guerrier aristocrate, la « Caste des Kshatriya », ligné pur-sang de Prince, marié à la reine Mäyädevi.

Gautama serait né un soir de pleine lune du mois de Visakha dans le jardin de Lumbinî sa mère se tenant à une branche d’arbre. Et cette naissance serait miraculeuse.

À seize ans, il épouse la jeune princesse Yassodharä qui lui donne un fils, Rähula.Toutes les traditions concordent sur le fait qu'il est contemporain des deux rois du Magadha, Bimbisâra et de son fils Ajatasatru.

Siddhârta Gautana, après maintes pérégrinations parvint à l’illumination qu’il cherchait sous un arbre nommé « Boddhi »

Boudd-a,Le guru est une figure respectée en Inde

Depuis ce temps cet homme fut appelé Bouddha---l’illuminé----- par ses adeptes.

Cette religion a la particularité de ne pas avoir de « Dieux » Créateurs, Fondateurs, des planètes et de l’Univers. La religion bouddhiste varie selon le pays où elle est pratiquée

Cette religion aurait été anéantie par les Arabes Musulmans, si toute une partie du Népal, Bengale, Cachemire ne les avaient repoussés comme Charlemagne en Espagne.

Le bouddhisme à vraiment prit de l’ampleur grâce à l’Empire Chinois des Tang.

Comme toutes les « Religions », le bouddhisme a tout perdu de ses principes originels. Le Bouddha n’a jamais adoré de dieu et n’a jamais accordé d’importance à la divinité. Ses disciples ont cependant interprété ses enseignements de manière à faire de lui un être divin : le « Bouddha Amitabha » avec ces innombrables statues pour l’adoration de celui-ci et de ses Disciples. Le Bouddhisme comme le Christianisme ont des fidèles, des ouailles, qui viennent se prosterner et prier devant des statues de pierre, de bois ayant une représentation humaine et sont des « sous-Dieux » puisque ses adeptes les vénèrent, les glorifient, les adorent en demandant je ne sais quoi à cette matière sans vie.

De cette religion qui vient de l’Hindou, sortiront du Bouddha des parallèles, mais qui ne seront jamais des religions, plutôt des enseignements d’une grande sagesse tel que le « confucianisme », créé par Kongfuzi, Confucius, qui naquit vers 551 av. .J-C. le « Maître Kund ». Le confucianisme est une doctrine politique et sociale érigée en religion d’État jusqu’au XXème siècle.

Le « Taoïsme » qui comme le « Confucianisme » est un enseignement de pensées morales, religieuses et politiques qui fut répandu dans toute la Chine, Corée, et Japon. Cette pensée, le Taoïsme a pris en ampleur sur son fondateur le Confucianisme, « l’école des lettrés » qui est un enseignement philosophique, moral, politique, et en moindre mesure religieuse de la Chine du cinquième siècle avant l’Ère Commune. Ces pensées se sont développées pendant plus de deux mille ans à partir de l’œuvre attribué à Kongfuzi, « Maître Kong », connu en Europe sous le nom de « Confucius ». Il est considéré comme le premier « Éducateur » de la Chine et ces pensées furent imposé par l’empereur chinois Han Wudi -156 à -87

Le « Confucianisme », comme le début du Christianisme avec Constantin le Grand, fut érigée dans des doctrines religieuses, mais aussi politiques et sociales.

La construction de ce grand pays, la Chine ne s’est fait que par l’annexion des pays limitrophes entre autres, puis des dynasties ou « Empire ». A l’époque de Confucius, -551 à -479, la Chine n’était encore que des royaumes féodaux, et la dynastie des Zhou Orientaux pendant l’époque des Printemps et Automnes de -771 à -481. La Chine était polythéiste avec une multitude de Dieux et sous dieux, mais elle croyait en un nombre incalculable de petits Êtres mystiques en bien et en mal.

Vers le IIIème et IIème siècle av. l’EC., le confucianisme est un enseignement moral et politique qui touche la dynastie Han, le puissant de l’époque. Arrive aussi de l’Inde une nouvelle pensée religieuse enfantée de l’Hindouisme, le Bouddhisme, mais au niveau religieux et sens moral le Confucianisme enfante lui aussi le Taoïsme

Hind-Dattatreya la trimurti

Le « Taoïsme » se développa, particulièrement au Japon, pendant la période des Royaumes combattants ou le confucianisme fut violemment combattue sous le règne de Qin Shi Huang fondateur du premier Empire Chinois.

Le Taoïsme Chinois, enseignement de la voie, est l’un des trois piliers de la philosophie chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme, se fonde sur des textes anciens dont le « Tao Tö King » de Lao Tseu, le « Lie Tseu », et le « Zhängzi » de Tchouang Tseu qui influencèrent tout l’Extrême-Orient et même une partie de l’Occident avec cet équilibre philosophique du yin et du yang, mais aussi de la pensée et des actions personnelles, l’humain étant responsable de lui-même par l’esprit et par ses propres agissements.

Le « Taoïsme » est-ce un parti politique chinois ou une religion car le Tao pourrait-être une harmonisation du yin et du yan, la terre et le ciel, le visible et l’invisible, et aussi le bien et le mal ? Les références les plus sûres sont constituées par le « Canon Taoïste » composé de trois Livres écrit au IVème siècle av. J-C. compilé sous la dynastie des Han, le Dao de Jing, le Zhuangzi et le Lie Zi. Ce dernier Livre, d’après les spécialistes de la culture Chinoise, étant un rajout tardif aux deux autres, ne serait d’aucune utilité aussi bien pour la littérature pauvre, que pour l’enseignement sociale et politique, cette compilation étant vide de sens.

Le Taoïsme, bien avant le christianisme, enseignait à ses fidèles l’immortalité de l’Âme, vers le IVème siècle avant Jésus le Nazôréen, ainsi que la résurrection du corps. À la mort il y a séparation entre le corps matière et l’esprit, le visible de l’invisible, ce dernier étant attaché à ce corps dans toutes les vies futures. L’immortalité dans la science mystique des « Maîtres Penseurs » ne se fera pas sans la coordination des deux entités « Corps-Esprit » qui en retient le quotient intellectuel, l’expérience et la mémoire qui est la grande réflexion et préoccupation du Taoïste, nourrir le principe vital. Le taoïsme entraîne ses ouailles, suite aux découvertes archéologiques qui confirment les dépenses ruineuses du deuil, avec le culte des ancêtres et la croyance aux « Esprits » à croire, avec beaucoup de variantes, que les morts continuaient une existence et que les vivants devaient leur apporter des offrandes pour qu’ils espèrent une vie meilleure.

Hindou-Brahman- Arbre sacré, Temple à Shiva

Sur le sujet de la sexualité des Prêtres et Moines Taoïstes, ces derniers devaient respecter le culte chinois de la descendance, donc la sexualité n’était pas réprimée, mais sacralisée avec le yin et le yang le principe symbolique vital, où la femme, la « Tigresse Blanche », pousse l’homme, « le Dragon Vert », à l’éjaculation afin de prendre son énergie sexuelle dans le mariage.

Toutes ces religions asiatiques et ces courants de pensées comme le confucianisme, taoïsme, ont un regard bon enfant sur le sexe et respecte une des premières lois divines qui disaient : « Multipliez-vous et remplissez la Terre ». Le Christianisme par contre considère le sexe comme quelque chose d’abominable, qui mène vers la dépravation et la mort.

Sa doctrine admet qu’une puissance « Divine » règne sur l’Univers, mais elle s’attache plus à codifier les rapports humains qu’aux principes généraux ou le Taoïsme, VIème siècle av. J.C., principe régnant sur la loi universelle de la nature, qui fut observé par Confucius et le Shintoïsme qui fait un amalgame du Confucianisme et du Taoïsme.

Les deux livres sacrés du Shintoïsme « Kojiki et Nihongi », celui du Taoïsme le « Tao-tö » et pour le Confucianisme le « Chiao », mais je n’en suis pas sûr.

Hind-l'Indus

Le « Shinto »  « la voie des Dieux » ou « la voie du Divin » est un ensemble de croyances religieuses au Japon.  Cette croyance, le Shintoïsme, est de beaucoup, plus vieille que le Bouddhisme et est dans son ensemble polythéiste. Les Japonais croient en un grand nombre d’Esprits, les « Kami » et ces « esprits » les japonais les retrouvent partout car ils sont les « Maîtres » des grandes iles d’où un grand nombre de légendes ainsi que des contes mythologiques sûr les « Kami » qui ont beaucoup de pouvoir et de force. Ces esprits, les « Kami », envahissent toutes les provinces de la grande île, ainsi que toutes les îles adjacentes.

Dans le prochain chapitre se sera sur une religion que personne ne veut parler ou écrire, mais les faits historiques étant là, j’écrirai sur la naissance de la Religion Musulmane et de sa transformation.

Je reviens sur la souffrance, des douleurs corporelles que je subis, même en ce moment d’écriture pour vous, et malheureusement je ne peux rien faire. Mon épouse me voit souffrir et elle ne peut absolument rien faire, et soyons logique, la prière aide moralement, mais ne supprime pas la douleur, et dans cette souffrance il y aura toujours des « lèchent bénitiers » qui vous sortiront, « vous souffrez, c’est le Bon-Dieu qui vous punit de vos mauvaises actions ! ». Mon « Toubib » m’a prévenu, voilà plus de trente-trois ans qu’il ne suit, alors il connaît tous mes secrets, c’est le médecin de famille, le Cancer de la peau c’est le plus douloureux et le plus difficile à soigner, surtout qu’il se propage vite, mais qu’il est visible souvent trop tard et comme la « Gangrène » il faut l’amputer. Alors, afin que ce Cancer ne se propage pas les spécialistes veulent m’amputer des deux pieds et peut-être que la souffrance disparaîtra, je l’espère !

Comme je vous l’ai déjà écrit, je ne souhaite pas, même à mon pire ennemi, de telles souffrances, car la torture s’arrête souvent rapidement, mais la douleur corporelle pour vous et d’esprits pour ceux qui sont à côté de vous et qui se sentent inutile et qui prie celui qui est au-dessus de nous sachant très bien que lui n’ont plus ne peux rien faire, alors ! …. La foi ! Et dire du mal de Lui ne calmera pas mes douleurs ! … Non contre la douleur vous êtes obligé de la supporter, la souffrance c’est pour vous que vous soyez une personne du bien ou une personne du mal, devant la souffrance l’humain est à égalité.

Alors en attendant portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales à tous

Sig JP.G. dit « GRANDELOUPO 

dimanche 10 novembre 2019

NdR-Dégénérescence de ..., chap. N°5 - Religion monothéiste Perse : Ahura Mazdâ

La Naissance des Religions

 

 

Dégénérescence de l’humain

 

Chapitre N°5

 

 

Religion monothéiste Perse :

 

Ahura-Mazda

 

 

Avant de continuer mes écritures je vais vous parler de la souffrance. Que sait-on de la souffrance ? Rien ! Car pour la même pathologie, le même degré, selon l’individu la souffrance ne sera pas ressentie égalitairement, pour l’un se sera supportable, pour l’autre se sera l’enfer. Je suis personnellement en plein dedans puisque l’on m’a détecté un Cancer de la peau sur les deux pieds que les médecins parlent de couper. Mais en attendant c’est la souffrance ! Cette chose que vous ne pouvez pas maitriser ! Et cela me faisant tellement mal que je demande à EL-SHADDAÏ de m’atténuer ces douleurs insupportables qui vous font pleurer comme un gamin et moi je me réfugie dans l’écriture, car je sais que l’Être Suprême qui est au-dessus de moi ne pourra rein faire, même si vous avez la foi en Lui. Alors l’écriture est pour moi une sorte de prière, et je reconnais que comme je ne pense pas à ces douleurs, j’ai l’impression que la souffrance diminue, alors j’écris pour vous, pour que vous ayez foi en ce Dieu seul et unique.

Les Berbères descendance Chamitique avait gardé le secret d’une certaine écriture que je ne sais pas expliquer car dessins grossier genre BD et carré, rectangulaire.

 

Abram-a,La caravane d'Abraham

C’est la Bible et les « Apocryphes » qui donnent matière à la réflexion, au raisonnement, la descendance d’Abraham est Sémitique, Sem engendre Arpakshad sa vie est de quatre-cent-trente-sept ans, il épouse Melka fille de Madaill et génère Shélah qui vie quatre-cent-trente-trois ans et procrée Eber qui dit-on est l’ancêtre des Hébreux et il a deux fils le premier-né Péleg qui vie deux-cent-trente-neuf ans et son frère Yoktan. Péleg engendre Réou, durée de vie deux-cent-trente-neuf ans, qui est le père de Seroug dont la durée de vie fut de deux-cent-trente ans, son épouse Kahal lui donne un fils Nahor qui vie cent-quarante-huit ans et épouse Yapush fille de Réhu  qui engendre Thera dont la durée de vie est de deux-cent-cinq ans et sa femme Yona enfante un fils Abram qui sera nommé plus tard Abraham qui signifie « Père de la multitude »

Entre la naissance d’Arpakshad et celle d’Abraham sept siècles se sont écoulés et les humains de quatre-cent-quarante ans ils ne sont plus qu’à cent-cinquante ans environ à l’ère d’Abram.

Quand Eber naquit les humains commençaient à être idolâtre et ils s’étaient dispersés en majorité sur la terre, mais de la descendance de ces trois frères, et pour être exact je dirai de la descendance de ces trente frères un petit nombre resta  en Mésopotamie et s’installât définitivement dans tout ce territoire qui allait du Golfe Persique à la mer Méditerranée en passant par l’Anatolie, la Péninsule Arabique, la Syrie, le Liban, la Numidie, Mauritanie, et de l’Autre côté par la Grèce, l’Italie, et la Péninsule Ibérique et comme déjà écrit les trois couleurs de peau furent mélangé pour avoir ce résultat de peau ni noire, ni cuivrée, ni blanche, mais d’un espèce de gris sale du clair au foncé.

Abraham-le départ

 

C’est de cette région que partir les grandes religions terrestres, le judaïsme, la chrétienté, les musulmans, et de l’Inde juste après la traversée du fleuve Indus, l’Hindouisme, le Bouddhisme, le Confucianisme en Chine

Toutes ces recherches et découvertes confirment certains « ÉCRITS » religieux.

Tous sont en accord pour faire partir la dispersion de la race humaine de l’Assyrie, Sumer, Babylonie.

La langue antédiluvienne, c’est-à-dire la langue divine avait disparue de la surface de la Terre à la destruction de la Tour de Babel, et à la « Dispersion » des humains sur toute la Terre selon leur aspect et leur langage, mais le parler de la création avait été supprimée dans la bouche des humains et ce parler c’était de l’Hébreu pur, que l’on nomme le « Vieil Hébreu », qui étrangement ressemblait à de l’araméen.

Les Jubilés comptent une belle histoire avec Abraham, mais en dehors de ces Jubilés, quand j’étais gamin j’avais entendu ce conte, mais voilà où est la vérité ? Et comme ma grand-mère qui m’a élevé m’a appris : « Il n’y a jamais de fumée sans feu ! » Chacun est libre selon sa foi de croire ou ne pas croire, mais je me pose cette question : « Le langage Hébreu d’où vient-il ? Cette langue possède une grammaire, avec ses règles ! Alors son origine ? »

 

Ange-l'humain parle avec

« Et Terah quitta Ur de Chaldée, lui et ses fils, pour aller vers la terre du Liban et la terre de Canaan et il habita sur la terre de Hâran, et Abram habita avec Terah son père à Hâran deux semaines d’années.

Et dans la cinquième année de la sixième semaine d’année, la nuit de la nouvelle lune du septième mois Abram s’assit pour observer les étoiles du soir au matin pour voir quel serait le caractère de l’année au sujet des pluies et il était seul lorsqu’il s’assit et observait. Et une parole vint dans son cœur et il se dit : « – Tous les signes des étoiles et les signes de la lune et du soleil sont dans la main du seigneur ; pourquoi les rechercher ? S’il le désire il ferait pleuvoir matin et soir, et s’il le désire il le retiendrait, car toutes choses sont dans sa main. »

Et il pria cette nuit et dit : « – Mon Dieu, Dieu Plus-haut, toi seul est mon Dieu, et toi et ton autorité ai-je choisi, car tu as créé toutes choses et toutes choses sont le travail de tes mains. Délivre-moi de la main des mauvais esprits qui ont autorité sur les pensées des cœurs humains et ne les laisse pas m’éloigner de toi mon Dieu. Affermis-moi et ma semence à toujours, pour que nous ne nous éloignions pas de toi à compter de maintenant et à jamais ! »

Et il dit : « – Dois-je retourner en Ur de Chaldée afin que je retourne vers ceux qui cherchent ma face ou dois-je rester encore ici ? Fais prospérer la voie juste dans les mains de ton serviteur afin qu’il puisse la réaliser devant toi et que je ne marche pas dans l’égarement de mon cœur oh mon Dieu. »

Et il cessa de parler et de prier et voici, la parole du seigneur lui fut envoyée par moi disant : « – Pars de ce pays et de ta famille et de la maison de ton père vers un pays que je te montrerai et je ferai de toi une nation grande et nombreuse et je te bénirai et je rendrai ton nom grand et tu seras béni sur la terre, et en toi toutes les familles de la terre seront bénies ; je bénirai ceux qui te bénissent et maudirai ceux qui te maudissent et je serai un Dieu pour toi et tes fils et au fils de ton fils et à toute ta semence. Ne crains pas à partir de maintenant et pour toutes les générations de la terre, je suis ton Dieu ! »

 

Boudd-a,Dharmachakra, la roue de la Loi, symbole du Dharma

Langage de la création

Et le seigneur Dieu dit : «– Ouvre sa bouche et ses oreilles pour qu’il puisse entendre et parler par sa bouche le langage qui a été révélé et qui avait cessé sur les bouches de tous les enfants des hommes le jour du renversement de la Tour de Babel.

Alors j’ouvris sa bouche et ses oreilles et ses lèvres et commençai à parler avec lui en hébreu, dans la langue de la création. Et il prit les livres de ses pères qui étaient écrits en hébreu et il les transcrit et à partir de ce moment-là il commença à les étudier et je lui fis connaître ce qu’il ne pouvait comprendre et il les étudia pendant 6 mois de pluie. »

Les Livres qu’Abraham apprend en Hébreu sont les Livres de la Bibliothèque Céleste dont les Livres d’Hénoch, et vous constaterez que cet homme étudia le langage Hébreu pendant le temps de six mois de pluie, donc étalé dans le temps, nous pouvons estimer l’étude sur trois ans.

Quand je viendrai sur la religion hébraïque j’approfondirai ce passage des Jubilés et je chercherai où j’ai trouvé ce conte quand j’étais un môme.

La civilisation égyptienne, hindouiste a pour origine les humains de cette région, puisqu’ils étaient appelés : « les hommes à la tête brune » et eux appelaient leur pays la « TERRE. »  En dehors du sumérien comme langage, il existait l’akkadien d’origine sémitique et une sorte de patois araméen d’origine inconnu qui fut appelé le « langage énochien ».

La dispersion la plus rapide, fut celle en direction de l’Inde, qui doit son nom à un grand fleuve tumultueux et difficile à traverser « l’Indus ». Beaucoup d’humain firent le tour par les montagnes du Cachemire et du Tibet, puis ils continuèrent leur migration vers la Chine.

D’autre suivirent les berges de la « Mer Supérieur »-----{Méditerranée }---et s’installèrent dans le delta du Nil et formèrent l’Égypte, d’autre continuèrent et traversèrent la « Grande Mer »----Océan Atlantique---- et peuplèrent les Amériques. N’oublions pas que les humains se sont dispersés d’après leur langage et leur aspect.

D’autres encore traversèrent le « Bosphore » et envahirent l’Europe occidentale, ---on dit que ceux-là seraient de la descendance de Japhet, fils de Noé, certaines recherches archéologiques confirmeraient ce faite --- tandis que certains passant entre la Mer Noire et la Mer Caspienne allèrent peupler l’Europe centrale, la Mongolie, et une partie de la Chine du Nord.

Les Humains de la dispersion de la Tour de Babel croyaient tous en un « Être Suprême », mais ils leur fallaient le matérialiser.

 

M-O Turquie Occidentale-Le Bosphore Istambul

Dans chaque clan, chaque groupe de famille il existait des humains qui connaissaient la « divination », les plantes et les remèdes, savaient lire les astres, etc, et ils étaient considérés comme des « Sorciers », mais le plus souvent comme des « Prêtres.» Alors sur le conseil de ces « Prêtres », ils se façonnèrent des « Dieux » aux formes hideuses, moitié animal, moitié humaine, puis ils commencèrent à leur donner des offrandes, ce qui faisait la richesse de ces « Prêtres » et toujours sur le conseil de ceux-ci on commença les sacrifices.

Le système « Religieux » était né avec ses « Idoles » ! …

Mais il y avait aussi, cette presque certitude, d’une autre vie après la mort.

Au plus loin de l’Antiquité les humains ont laissé des traces de cette culture comme ci, ils portaient ce gène en eux depuis leur création. N’oublions pas que le « sommeil profond » est nommé la « Petite Mort » et que le rêve, songe, vision est une résultante de la vie de notre Esprit. Cela depuis sa création l’humain l’avait compris, d’où ce culte des morts.

C’est parce qu’ils croyaient en la survie de l’âme ----l’Esprit ---- qu’ils déposaient des objets familiers et de la nourriture dans le tombeau des défunts. Les « Prêtres » se servirent de cette croyance pour asseoir leur autorité.

Toutes les religions ont comme base les humains de la dispersion.

Abram, puis Abraham est un descendant des fils de Sem fils de Noé, lesquels étaient retombés dans l’idolâtrie Voici une partie de la descendance d’Abram appelé Abraham… Réou épousa Ora, elle lui enfanta un fils Seroug. Seroug grandit et épousa Melka fille de Kaber, elle lui donna un fils Nakhor. Nakhor épousa Yaska fille de Nestag et eut un fils qu’elle appela Térakh. Térakh épousa Édna fille d’Abram et elle lui enfanta un fils qu’il appela Abram du nom du père de sa mère, car celui-ci était mort avant que sa fille n’ait conçu un fils. ABRAM dit « ABRAHAM » est le fils de Terakh et a deux frères, Nahor et Haran. Haran meurt en laissant un fils, Loth et Abram épousera sa demi- sœur Saraï qui est stérile. Terakh quitte Ur vers le pays de Canaan avec Abram, Loth et toute leur famille. Ils se fixent à Harran ou (Harra) connu pour être à la fois un grand centre caravanier et l’un des deux principaux sanctuaires avec Ur qui soit dédié au Dieu-Lune « SIN » vénéré par les Mésopotamiens. ….[ réf. Manuscrit de la Mer Morte. Rouleaux de Qumram « les Jubilés » ; Copie des Antiquités Bibliques Codex Ier siècle av. J-C.]

La Médie vient de Madaï l’un des fils de Japhet, fils de Noé qui s’installa dans cette région, alors que cette terre ne lui avait pas été donné au moment du partage

Je reviendrai à Abraham, à la naissance de la religion hébraïque, en plus recherché, mais un résumé rapide. Toute sa famille est idolâtre, le Livre des Jubilés explique : « Et cela arriva dans la septième année de la sixième semaine d’année, Abram s’adressa à Terah son père s’écriant : « – Père ! » Qui lui répondit : « – Voici, je suis ici mon fils ! » Et il dit : « – Quels aide et avantage avons-nous de ces idoles que tu vénères, et devant quoi t’agenouilles-tu ? Il n’y a pas d’esprit en eux, car ce sont des formes sourdes-muettes et une méprise pour le cœur ; ne les vénère pas ! Vénère le Dieu du ciel qui fait que la pluie et la rosée descendent sur la terre et qui fait toute chose sur la terre et qui a créé toute chose par sa parole et toute vie est devant sa face. Pourquoi vénérez des choses qui n’ont pas d’esprit en eux ? Car ils sont le travail de mains [d’homme] et tu les portes sur tes épaules et tu n’as pas d’aide d’eux mais ils sont une grande cause de honte pour ceux qui les ont faites et une méprise pour le cœur de ceux qui les vénèrent. Ne les vénère pas ! »

 

Boudd- a,Sal arbre des Indes sous lequel serait né Gautama

Et son père lui répondit : « – Je sais cela aussi mon fils, mais que ferai-je avec un peuple qui m’oblige de servir devant eux ? Et si je leur dis la vérité, ils me tueront, car leur esprit tend vers eux pour les vénérer et les honorer. Garde le silence mon fils, sinon ils te tueront. » Et il dit ces paroles à ses deux frères et ils furent en colère contre lui et il garda silence.

Et dans la septième année de la deuxième semaine d’année du quarantième jubilé, Abram prit pour lui une femme et son nom était Sara, fille de son père, et elle devint sa femme. Et dans la troisième année de la troisième semaine d’année, Haran son frère prit pour lui une femme et dans la septième année de cette semaine elle lui porta un fils et il appela son nom Lot. Et Nahor son frère prit pour lui une femme.

Et dans la soixantième année de la vie d’Abram qui est dans la quatrième année de la quatrième semaine d’année, Abram se leva la nuit et brûla la maison des idoles ; et il brûla tout ce qui était dans la maison et aucun homme ne le savait. Et ils se levèrent dans la nuit et cherchèrent à sauver leurs dieux du milieu du feu. Et Haran se dépêcha de les sauver mais le feu s’enflamma sur lui et il fut brûlé par le feu et mourut devant Terah son père en Ur de Chaldée et ils l’enterrèrent en Ur de Chaldée.

Comme je l’ai écrit ci-dessus les hommes étaient dans « l’Idolâtrie » la « Divination » et les « Sciences Occultes ».

Une question reste en suspend !

La pensé du « Dieu » unique vient-elle d’Abram ou d’avant Abram ?

Voici une écriture historique mésopotamienne.

« Ahura Mazdâ est le grand « Dieu » ; il est au-dessus de tous les « Dieux », c’est lui qui a créé les eaux de la Terre, il a également créé les humains et les a totalement comblés… »

Ces invocations à AHURA MAZDÂ, le « Dieu » suprême, et, en fait, le « Dieu » unique, sont fréquentes dans les textes des souverains « Perses ». Ils reconnaissaient aux peuples soumis le droit de vénérer leurs divinités, mais eux-mêmes avaient adopté et cherchaient à diffuser une religion qui se rapprochait du monothéisme, ou adoration d’un « Dieu » unique. Mazdâ signifiait : « le penseur » ou « la Pensée ». Ahura était donc un être spirituel, l’Esprit qui régit tout le cosmos, le principe du « Bien » et de la Joie universelle.

 

Boudd-Village tharu à Sauraha

Créateur de toutes choses, Ahura a un ennemi mortel : Ahrimam, ou principe du « Mal ».

Entre le« Bien »et le « Mal », la lutte a commencé le jour de la Création ; elle s’achèvera par le triomphe du « Bien ». Le feu sacré était le symbole d’Ahura Mazdâ ; allumé sur des autels dressés en plein air, il départageait les bons des méchants. Aussi les Temples fastueux étaient-ils tenus pour inutiles, puisque « le monde entier était le Temple d’Ahura ».

Vous constaterez que cette « Pensée » ressemble à celle de Jésus le Nazaréen.

Je reviens sur ce que je vous écrivais au commencement de ce chapitre sur la souffrance.

 

Boudd-a,Statue de Siddhartha Gautama à Ravangla en Inde

Je vous ai écrit ces lignes dans la souffrance corporelle, et la douleur était tellement puissante que je me suis posé des questions sur ce Dieu pour lequel je vous écris ! Oui ! Je pensais qu’il pouvait supprimer ces douleurs que la souffrance stoppe, mais il n’en a rien été ! La douleur est là ! Personne ne peut rien faire ! Vous êtes seule ! La souffrance et vous où pour le cas présent moi ! Je réitère dans la souffrance nous sommes seule complètement seule, mon épouse me donne sa main et je la serre au gré des afflues terrible qui passe dans les pieds et vous savez que personne ne peut rien faire pour vous, même pas EL-SHADDAÏ auquel je demande qu’il calme ces souffrances, mais même Lui ne peut rien faire, il a passé un contrat avec son pire ennemi, SAMMAËL, pour le moment c’est lui le « Roi », de la Terre, le « Prince » des environs de cette Terre que l’on nomme le « Firmament », lui seul pourrait quelque chose pour moi, si je venais à renier, ne serait-ce que cinq minutes, une minute  ce Dieu seule et Unique que je nomme EL-SHADDAÏ, comme Abraham, mais je me nomme pas Abraham et je ne suis pas Abraham, je suis moi, « GRANDELOUPO », et je ne renierai pas ce Dieu seule et unique, alors je reste avec ma douleur, mes souffrances ! et je vais voir avec mon médecin cet après-midi qu’il augmente les doses de morphine et peut-être que ! ….. et pourquoi pas ?

Vous « Quidam » dont certains vont prier pour moi, pour cela je les remercie par avance, car vous êtes là ! Mon soutient ! Vous mes semblables, là est mon réconfort, pensez avec sincérité à ce Dieu seul et unique, dont nous n’avons aucune image où plutôt sept milliards de visage là est l’effigie de notre Dieu. Une certitude, la souffrance d’un humain personne ne peut la juger, car personne n’est à sa place ! La souffrance que je supporte difficilement aujourd’hui je ne la souhaite pas à mon pire ennemi, même la torture s’arrête, mais la souffrance ne s’arrête pas et dure des heures et des heures, vingt-quatre sur vingt-quatre heures, et au moment ou cela diminue c’est une libération ! Alors pour ne pas penser à cette souffrance, je vais continuer à vous écrire sur notre croyance, comment l’être humain a banni son Concepteur, son Créateur, mais la encore c’est une question de cœur et d’esprit donc de foi.

Pour nous, nous ne croyons qu’en un seul et unique Dieu, qui porte un « Nom » et pas ce nom vulgaire et commun, mais son véritable nom, celui de l’époque de Moïse est perdu par la faute des humains alors les Hébreux le nomment « Yahvé, Adonaï, Élohim » et nous « Très-Haut, Tout-Puissant, Éternelle », vous et moi l’appelons « EL-SHADDAÏ » comme Abraham.

La suite dans quelques jours, portez-vous bien, prenez soins de votre santé et je sais de quoi je parle !

Salutations cordiales à Tous !

Sig : J-P. G. dit « GRANDELOUPO »